plan de cette partie du site - autres langues - sommaire

Citoyens du Monde - Agenda - Congrès des Peuples

Esperanto

Français

English

Español

L'Agence - Les informations - L'actualité

19 août 2018

Kofi Annan (1938-2018) : Une voie à suivre

Kofi Annan (1938-2018) Une voie à suivre pour le règlement des conflits armés par la négociation de bonne foi

par Rene Wadlow

Au fil des ans, nous nous sommes rendu compte qu'il ne suffit pas d'envoyer des forces de maintien de la paix. Pour séparer les parties belligérantes. Il ne suffit pas de s'engager dans des efforts de consolidation de la paix après la fin de la guerre. Les sociétés ont été ravagées par les conflits. Il ne suffit pas de mener une diplomatie préventive. Tout cela est essentiel, mais nous voulons des résultats durables. Nous avons besoin, en bref, d'une culture de la paix".

Kofi Annan

L'hommage que les citoyens du monde peuvent rendre à la mémoire de Kofi Annan, l'ancien Secrétaire général des Nations Unies, est de poursuivre ses efforts pour la sécurité mondiale et la résolution des conflits armés par la négociation avec la présence de médiateurs compétents. Comme il l'a écrit : "Nous devons chercher un nouveau terrain d'entente pour nos efforts collectifs". Les citoyens du monde croient que les États membres de l'ONU ont l'obligation les uns envers les autres de faire des efforts de bonne foi pour parvenir à des accords conformes aux principes les plus élevés du droit mondial. L'Organisation des Nations Unies a été conçue pour faire plus que pour déblayer les décombres des conflits qu'elle n'a pas été en mesure de prévenir.

Kofi Annan a vu que le concept d'une société mondiale se développe morceau par morceau, façonné par de nouvelles possibilités de communication, de transport, de commerce et de finance. Il faut s'efforcer de trouver les aspirations des gens à tenir ce qu'ils ont en commun et à exprimer ces valeurs de citoyens du monde d'une manière que beaucoup peuvent reconnaître et accepter.

Les relations entre la sécurité, le règlement des conflits et le respect des droits de l'homme ont pris une forme plus dynamique qu'à tout autre moment depuis la création des Nations Unies. Il est donc nécessaire que les États et les organisations non gouvernementales (ONG) accordent une attention et une action concertées.

Kofi Annan a toujours été sensible au rôle que les ONG peuvent jouer dans la construction d'une culture de la paix. En 1997, il a déclaré que l'ONU devrait être " un pont entre la société civile et les gouvernements ". Il a souligné que le rôle des ONG devenait de plus en plus important. Le mandat de maintien de la paix de l'ONU a changé en ce sens que les conflits armés se déroulent de plus en plus souvent à l'intérieur des États plutôt qu'entre eux. Ainsi, les efforts de maintien de la paix peuvent comprendre l'assistance électorale, l'aide humanitaire, le soutien administratif et la protection des droits de l'homme.

Il existe au moins trois domaines dans lesquels les ONG peuvent coopérer efficacement avec les Nations Unies :

1) Établissement des faits et alerte rapide. Dans la diplomatie préventive, les ONG, en raison de leur connaissance des situations locales, sont bien placées pour jouer un rôle dans l'alerte précoce en attirant l'attention des gouvernements sur les conflits naissants et émergents. Pourtant, il faut faire davantage pour coordonner les activités visant à mettre fin à la violence avant qu'elle ne se propage. La création de coalitions peut avoir un effet multiplicateur sur la capacité de comprendre les complexités du conflit avant que la violence ne se produise. Des mécanismes consultatifs devraient être mis en place pour permettre aux ONG de fournir des informations d'alerte rapide et de recevoir des informations de l'ONU.

2) Lignes de communication. La diplomatie pour garder les canaux de communication ouverts entre les adversaires est une tâche difficile mais nécessaire. Souvent, un côté rompt le contact, ce qui est alors difficile à rétablir. Compte tenu de son importance, il faut trouver de meilleurs moyens de communiquer et, si désiré, de transmettre les communications d'un côté à l'autre.

3) Formation. Il est nécessaire d'utiliser le pouvoir mobilisateur des ONG à la fois en termes de personnes (mise en réseau) et de ressources, notamment financières. Il est nécessaire de développer des réseaux entre les spécialistes universitaires, les ONG et les parties au conflit elles-mêmes.

Kofi Annan était un modèle de réseautage calme et de communication ouverte. Nous devons continuer dans son esprit.

René Wadlow,
président de AWC
https://awcungeneva.com/
http://worldcitizensunited.org/

On peut obtenir tous renseignements ou réagir à cet article en laissant un message sur le forum des Citoyens du Monde
(sans mot de passe et depuis votre messagerie habituelle)
Archives de ce forum
AMIP : Agence Mondialiste d'Information et de Presse