le kiosque

plan de cette partie du site - -

Registre des Citoyens du Monde - Assemblée - Délégués élus

Esperanto

Français

English

Español

L'Assemblée - Agenda - Les membres - Les projets - Le journal -
Une Assemblée des Peuples surgira des masses mondiales

Les 70 ans de la citoyenneté mondiale

Dimanche 18 et lundi 19 novembre 2018

Citoyens du Monde est une identité en même temps qu'une volonté politique qui se structure en 1946 autour du Colonel de la résistance Robert Sarrazac comme « Front Humain des Citoyens du monde » puis conséquemment à une intervention à l'Assemblée Générale des Nations Unies à Paris en 1948.

Garry Davis, citoyen des États-Unis, ancien militaire choqué par la guerre, qui n'était pas d'accord avec le concept d'États abandonna sa nationalité étasunienne en rendant son passeport, des journalistes l'ont dénommé « premier Citoyen du monde" bien que cette expression fût déjà utilisée par Socrate, Érasme, Lamartine... Se mettant à rester jour et nuit sur le parvis du Palais de Chaillot « sous la protection des Nations Unies » Garry Davis reçut beaucoup de soutien de personnes ordinaires mais aussi de personnalités célèbres telles qu'Albert Camus, André Gide, l'Abbé Pierre, Albert Einstein, Pierre Bergé par exemple.

L'intervention:

Garry Davis provoqua une interruption de l'Assemblée Générale des Nations Unies, le 19 novembre 1948, déclarant que la paix ne peut pas être faite par des États-Nations et demandant la formation d'un gouvernement mondial élu par tous les peuples, une « Assemblée des Peuples » (texte d'Albert Camus ci-joint), grâce au soutien de plus d'une vingtaine de personnes présentes dans le théâtre dont Robert Sarrazac qui a réussi à lire le texte que Garry devait proclamer car il fut ceinturé et expulsé avant qu'il eût le temps d’articuler ne serait-ce qu’une phrase.

Vidéo de l'INA : https://www.youtube.com/watch?v=ieqDWVprIbs

Le jour J de cet évènement serait le lundi 19 novembre 2018. Le dimanche 18 novembre serait aussi concerné.

Le lieu serait, à Paris, le Théâtre de Chaillot, le parvis des Droits de l'Homme et sans doute un autre endroit pas trop éloigné (une salle d'exposition)

Le principe : 70 droits par 200 acteurs

En amont :

  1. un concours de dessins à programmer pour l'année 2017 dans les collèges pour toucher les jeunes de 12 à 15 ans, sur le thème "dessine-moi un droit de l'homme". Un jury sélectionnerait 200 de ces dessins qui seraient rassemblés de deux manières : une exposition et un recueil (un livre) dans lequel les 200 dessins seraient reproduits, avec, en face un texte sur les responsabilités correspondantes. Exemple : j'ai le droit de boire / j'ai la responsabilité de préserver les ressources en eau potable. J'ai le droit de respirer / j'ai la responsabilité de ne pas polluer l'atmosphère. J'ai le droit de manger / j'ai la responsabilité du partage de la nourriture, etc....
  2. un concours de textes à composer au cours de l'année 2017 dans les lycées pour toucher les jeunes de 15 à 20 ans. Il s'agirait de 200 textes d'une page maximum, racontant une anecdote (comique, tragique ou neutre) relative à un droit de l'homme ... ou à un non-droit. Ces textes pourraient être recueillis dans un livre imprimé ou en pdf sur Internet.
  3. une participation à inventer sur l'accès aux droits de la part des personnes socialement "marginalisées" : handicapés, personnes victimes du racisme, de la xénophobie, du sexisme, personnes sans emploi, sans toit, sans droits,
  4. une participation sportive par des parisiens de toutes nationalités (dimanche 18 novembre) aux abords du palais de Chaillot : rollers, vélos, ballons

Le jour J

Au théâtre de Chaillot, qui a été le lieu de l'Assemblée Générale des Nations Unies en 1948, et donc aussi le théâtre du coup d'éclat :

- "matinée" de variétés et d'émotions : chansons de citoyens du monde : HK-Saltimbanques, Yves Angelloz, Jacques Yvart, Isabelle Aubrey ... ; saynètes reprenant des textes du concours, l'interpellation du 19 novembre 1948 ; évocation de progrès ou d'échecs dans l'application des droits de l'homme (lutte contre l'apartheid, Martin Luther King, accès à l'eau potable, les zones de conflits, les réfugiés) ... tout cela à mettre en scène par un spécialiste, avec un fond d'écran en vidéoprojection passant en boucle les visages de 200 acteurs des droits de l'homme, les photos de 200 Territoires Citoyens du Monde. Cette "matinée" de 14 h à 17 h verrait la participation ou l'assistance privilégiées de personnes issues de 200 nationalités. Elle pourrait être parrainée par la directrice de l'UNESCO, par divers artistes ou autres personnes invitées par le collectif. Elle se terminerait par un message.

... le tout, transmis en direct et différé par Internet.

Structures nécessaires

Une équipe assez nombreuse

  • - dont les représentants seraient essentiellement parisiens afin d'obtenir les réservations et autorisations nécessaires : salle d'exposition, palais de Chaillot, parvis des Droits de l'Homme, parcours dans les rues de la ville, sonorisation ...
  • - mais élargie à toutes les organisations liées à la citoyenneté mondiale en France, en Belgique et ailleurs, ou intéressées de former un collectif autour de cet évènement,
  • - élargie aussi à des personnes aux compétences spécifiques : dossier de demande de subventions, mise en scène, informatique, graphisme, édition, logistique ...

Un financement

Entre autres pour la location du Théâtre de Chaillot. http://theatre-chaillot.fr/contact

mais aussi pour l'implication de personnes parisiennes issues de 200 nationalités

Financement à rechercher : Sénat ? Ministère de la Culture ?

Au sujet du site