plan de cette partie du site - -

Registre des Citoyens du Monde - Assemblée - Délégués élus
-----
L'Assemblée - Agenda - Les membres - Les projets - Le journal -
SOLIDARITÉ BONNE VOLONTÉ

SBV

domaine

Éducation - Droits humains - Solidarité - Développement -

Identité

Buts

  • Encadrer les enfants orphelins et abandonnés de Goma,
  • Lutter contre la pauvreté tout en initiant les personnes démunies à leur bien-être
  • Protection des droits de la personne humaine
  • Expansion de la langue Espéranto
  • Le micro crédit

objectifs

  • Créer une coopérative d’épargne et de crédit pour que les membres de SBV et personnes démunies puissent résoudre leurs problèmes financiers et changer leurs conditions sociales,
  • Construire un orphelinat et centre de formation ou une école de métier pour que les enfants que nous encadrons soient intégrés à la société de manière à la servir en toute responsabilité guidée par la Lumière,
  • Initier les activités telles que : l’élevage et l’agriculture pour la promotion de personnes démunies, les membres de Solidarité Bonne Volonté et la communauté de Goma en particulier et de la RDC en général.

activités

Le micro crédit permettrait aux membres de la SBV et à toute personne en difficulté de créer une petite activité afin de subvenir à ses besoins primaires.
Projet de porcherie

personnes impliquées

Alexis Assumani Bengantundu- Jeanne Mandundu Matchozi - Alphonse Waseka
Augustin Kakozwa

adresse

Av. Boteti n 50 Bis, Q. Kasika, Com de Karisimbi, Ville de Goma/NK/RD du Congo
GOMA Nord-Kivu
adresse postale : BP 127, Gisenyi, Rwanda

TEL

+243 \ 8104299 40, \ 8115200 25, \ 9987350 42

Courriel

www

solidarecobonavolo.weebly.com
penelope198.wix.com/solidarecabonvolo en français, anglais et Esperanto

membre de SMF

2008, 2009, 2010, 2011

mise à jour : 08/05/2017

Conférence pour la "Paix en RD du Congo"

tenue hier, le 18 Mars 2014 par Jeremy GILEY de "Peace One Day".

Avec comme co-intervenants: Mary Robinson Représentant du Secrétaire Général de Nations Unies pour la Région de Grands Lacs, La Représentante de l'UNICEF, le numéro 1 de HCR, Soeur Angelica NAMAIKO, Le Ministre de l'Éducation Nationale Maker MWANGU, l'Artiste musicien congolais Lexus LEGAL, le Gardien de l'équipe Nationale de la RD du Congo, Kidiaba MUTEBA. Beaucoup d'autres personnalités tant nationales qu'internationales ont été invitées entre autre Martin COBLER.

"Solidarité Bonne Volonté" représentée par son secrétaire et citoyen du monde Mr Alphonse WASEKA, invité pour prendre par part à la Conférence, a profité de cette occasion pour parler à vive voix à ces personnalités sur ce que SBV trouve comme approche à long terme pour la pacification de la RD du Congo et des pays de Grands Lacs. Car, nous avons eu l'occasion de rencontrer directement certaines de ces personnalités. Entre autre: Mr Maker MWANGU, La soeur Angelica NAMAIKA, Mr Martin C, L'artiste musicien Lexus LEGAL, Mme la Ministre provinciale de l'éducation, La Dame numéro 1 de l'UNICEF région Est. Avec ces derniers, nous avons parlé de ce qui suit: Nous leur avons donné notre proposition pour que la paix revienne de manière durable en République Démocratique du Congo et dans les pays de Grands lacs.

Notre association "Solidarité Bonne Volonté", situe à tois dimensions les problèmes de guerres qui menacent la sécurité de la RD du Congo et qui tuent des millions de personnes et violent plus de cinq cents milles femmes.

Nous avons cité, la dimension interne c'est à dire des problèmes propres aux Congolais eux mêmes.

La dimension régionale problème opposant la RD du Congo et les pays de la Région et enfin la Dimension Internationale c'est à dire celle qui prend tous les pays qui, de près ou de loin sont intéressés par la RD du Congo où envieraient cette dernière.

Au niveau interne, soit de la RDC, nous avons montré les différents problèmes qui détruisent la RD du Congo, les problèmes que tout le monde a déjà entendu parlé. Il s'agit de manque des leadership responsables, la tribalisation politique, la corruption, l'impunité, les détournements de fonds publics etc. A ce niveau, nous de "Solidarité Bonne Volonté", pensons qu'une prise de responsabilité et de conscience des dirigeants congolais et aussi de citoyens congolais sont à envisager dans le premier plan. Et pour qu'elles arrivent, des mesures doivent être prises dans le cadre éducationnel c'est à dire, l'accès doit être mis sur l'éducation de la population, éducation à la paix qui devra être faite à l'école. D'autre part, les partis politiques doivent à leur tour penser du rôle qu'ils peuvent jouer dans ce sens. Non seulement ils doivent chercher à conquérir le pouvoir mais aussi éduquer la masse. Car les maux qui gangrènent la RDC tels que nous les avons cité ci-haut, ne viennent pas de l'extérieur. Ce sont les congolais eux-mêmes qui sont responsables. Et ils doivent, à cela trouver une solution. Entre autre l'éducation à la citoyenneté et à la paix, l'insertion dans le programme d'éducation Nationale des notions de droits de l'homme telles que précités dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme du 10 Décembre 1948. Toutes les options confondues doivent être intéressées par ces notions c'est à dire que ces notions doivent êre apprises à l'école tant maternelle, primaire, secondaire et Universitaire(écoles professionnelles ou des métiers, en option sociale, commerciale, informatique, pédagogique, psychologique, faculté d'économie, de Géologie, de sciences etc). Et cela durant tout le cursus scolaire. Nous voyons très mal et impossible même qu'un enfant qui a, durant tout son parcours scolaire appris ces notions pourra s'en détourner. Car elles deviendraient une culture pour lui.

Un rapprochement entre les dirigeants et les citoyens Congolais et un dialogue franc et honnête doivent être aussi permanents. Le comble, à notre point de vue, ce qu'en RD du Congo un dirigeant politique, à cause de la distance qu'il crée avec le peuple qui lui donne la voix, fait que, le dirigeant congolais se prenne pour un petit "dieu" qui, n'a que des leçons à donner et non à recevoir.

Au niveau régional, "Solidarité Bonne Volonté" identifie la pauvreté des pays voisins à la RD du Congo comme principal problème qui pousse à ce pays de faire la guerre contre la RD du Congo et soutenir les milices. Ici, "Solidarité Bonne Volonté" pense qu'il y a des solutions à deux niveaux. Et cela dépend de la volonté politique de la part de tous les pays de la région.

Le premier niveau de solution est la RD du Congo. Ce pays potentiellement riche, doit prendre des initiatives de gérer de manière responsable et républicaine. La gestion responsable du pays fera que dans le pays soient créées des entreprises de grande envergure qui, non seulement donneraient du travail à la majorité de citoyens Congolais mais aussi ferait appel à ma main d'oeuvre régionale car, dans ce cas la main d'oeuvre locale sera faible. Cela, vue l'immensité des richesses. Lorsqu'un riche ne prend pas conscience de ce qu'il est, il donne en quelque sorte l'occasion aux pauvres qui l'entourent de chercher partout les moyens comment arriver à lui arracher ce qu'il détient. La multiplicité d'investissements en RD du Congo et la mise en place d'une politique régionale responsable permettraient à ce pays d'être pacifier. Car légalement, les pays de la région profiteraient sans violence aux ressources que regorge la RD du Congo.

Au niveau des pays de la région, ils doivent avoir la bonne volonté d'accepter que ce n'est pas les Africains qui ont divisé l'Afrique et donner à la RDC l'espace géographique qu'elle détient. La violence n'est pas une voie pour obtenir quelque chose des autres. Ils devront accepter d'exploiter en commun les ressources qu'ils partagent avec la RD du Congo. Ou encore, négocier avec les autorités/dirigeants de la RD du Congo de faire des investissements dans leur pays, comme en feraient d'autres pays. Il s'agit par exemple, de conclure des accords pour exploiter les domaines que ce pays, la RDC n'est pas à mesure d'exploiter ou d'investir par ses propres moyens. Ou encore des domaines dans lesquels la RD du Congo néglige d'investir.

Au plan International, le problème que nous identifions, à première vue, c'est d'une part la main noire des certains pays qui envient la RD du Congo et qui visent sa partition. Ces derniers, pendant qu'ils amènent la guerre contre ce pays et son peuple prétextent que l'immensité de ce pays fait qu'il ne soit pas mieux géré. Un faux prétexte. Car depuis des décennies, les malveillants n'ont jamais permis que ce pays soit dirigé par des nationalistes ou patriotes(une parenthèse).

Nous revenons en disant que, la Communauté Internationale doit reconnaître la nécessité d'une vie digne qui doit être vécue par tout être vivant sur terre entre autre l'homme Africain. L'humanité doit donc savoir mettre l'homme au centre de tous les intérêts. Ceci dit, si la RD du Congo est riche, certes d'autres pays doivent profiter de cette richesse mais en respectant le droit à la vie des citoyens congolais. Nous remercions ceux qui nous ont accordé le temps de leur parler de notre modeste contribution pour que la Paix revienne en RDC et dans les pays de Grands Lacs.

Alphonse Waseka

Projet d'une École Citoyenne du Monde à GOMA

document complet en pdf

Présentation de la philosophie du projet

Depuis 1994 jusqu'aujourd'hui, la ville de Goma a non seulement servi de capitale de toutes les rebellions qui naissent à l'Est de la RDC et qui déstabilisent ce géant de l'Afrique Centrale. Mais aussi la population de cette ville de Goma en particulier celles de toute la province du Nord Kivu ont été victimes de beaucoup d'atrocités. Naissance de plusieurs groupes armés qui enrôlent des jeunes de moins de 18 ans dans leurs rangs, plusieurs cas de violences sexuelles faites contre des jeunes filles, femmes et vielles femmes âgées de 80 ans, plusieurs cas d'assassinats, de meurtres, vols à main armée accompagnés des tueries. Un nombre grandissant d'enfants orphelins et abandonnés (Solidarité Bonne Volonté prend en charge 36 enfants orphelins et abandonnés), des filles mères... La prostitution est devenue un fond de commerce pour les jeunes filles. Quant aux jeunes garçons, désespérés et en particulier ceux qui n'ont pas rejoint les groupes armés; ont de ce fait trouvé refuge dans la consommation de chanvre et de l'alcool.

Les guerres en répétition dans cette partie du monde n'ont pas épargné les habitants des différentes localités et différents villages du Nord Kivu. Ils ont été forcés d'abandonner leur milieu d'origine, abandonnant leur bétail, leurs champs. Conséquence le développement socio-économique de cette province ne cesse régresser. Le fait de vivre dans la clandestinité fait que les enfants à l'âge d'aller à l'école n'y vont pas…Tout le monde se déverse à Goma. Conséquence, la ville de Goma enregistre aujourd'hui une surpopulation composée des personnes désœuvrées, analphabètes, enfants orphelins et abandonnées et tous genres des criminels. Chacun gardant en tête les souvenirs amers des guerres. Ceci crée des divisions entre les différentes communautés, chacun accuse l'autre d'être à la base de ce qui est arrive à la communauté. Notons que sous prétexte de protéger sa communauté, les enfants de moins de 18 ans sont victimes de la machination des leaders de leur communauté. Ils mettent dans leur tête des discours de haine et donc la seule voie de protéger les siens c'est de prendre les armes.

Les églises sont devenues aussi communautaires. C'est-à-dire autant il y a des communautés autant ces communautés sont regroupées au sein de leur église propre à elle.

Nombre d'analystes croient que le pouvoir en place en RD du Congo est incapable de donner une solution à la crise qui déchire la RDC et principalement dans la partie Est du pays. Les violations graves des droits de l'homme ne cessent de se commettre à Goma et ses environs. Des cas d'impunité etc.

On compte un nombre de plus de cinq cent mille femmes et filles (de 0 à 80 ans) violées depuis le début de ces guerres et plus de six millions de morts (Période allant de 1996 à ce jours).

La criminalité urbaine ne cesse d'augmenter, en 2013, on a compté, selon le rapport de Médecin Sans Frontière Suisse nonante cinq cas de femmes violées et trois étudiants de l'Université de Goma assassinés. Voire le rapport de Human Right Watch et autres.

Autant des conférences et sensibilisations ont été faites dans cette région dans le but de pacifier les différentes communautés. Conférence sur la paix de 2010, des Kermesse en 2010, 2012; 2013, des festivals pour la paix etc. Les résultats ne sont satisfaisants pendant que, ces conférences et Colloques occasionnent des millions de dollars de dépenses. Por preuve la situation reste presque la même car il surgit toujours des tentions entre les différentes communautés.

Vu ce qui précède, et en vertu de l'ordonnance loi n° du 2006 portant création des associations sans but lucratif confessionnelles et non confessionnelles, notre association " Solidarité Bonne Volonté " a élaboré ce projet afin de contribuer au rétablissement de la paix et donner une culture de respect des droits de l'homme à la population de Goma/NK en particulier et celle de la République Démocratique du Congo en général. Ce projet consiste à la construction d'une école citoyenne et des centres de formation. Aussi, pour barrer les barrières créées par les langues, la langue Internationale Espéranto aussi fera partie de langues qui seront apprises dans cette école citoyenne.

Cette école abritera le niveau maternel, primaire et secondaire. Ici serait enseignés non seulement les cours relatifs à la législation congolaise en vigueur mais aussi, il sera inséré des cours de droits de l'homme tels que prescrits par la Déclaration Universelle des droits de l'homme" du 10 Décembre 1948, le cours d'éducation à la paix, le cours de leadership, des principes de la démocratie et les notions de spiritualité à la rigueur du Système Montessori.

Éducation à la paix, à la citoyenneté

Par le cours d'éducation à la paix, Solidarité Bonne Volonté attend ancrer dans le mental des enfants une culture de paix et que cette paix devra être faite avec toute personne que l'on croiserait sur son chemin sans se référer à ses origines.

Le cours de droits de la personne humaine permettrait à tous de porter dans son âme que dans son mental, les valeurs qu'incarnent ces notions des Droits de l'Homme. Le respect qui serait porté vis-à-vis de ces droits permettrait non seulement de créer un climat de paix entre ceux qui les étudieraient mais aussi envers les membres de différentes communautés. La justice sociale, le développement socio économique aussi seraient au rendez-vous. Comme on peut le comprendre, la mise en application et le respect de ces droits seraient donc une clé pour la démocratie et le développement intégral des habitants de Goma/Nord Kivu en particulier et ceux de la République Démocratique du Congo en général.

La maîtrise des principes de la démocratie permettrait la bonne gouvernance, la gestion rationnelle des patrimoines communs, la liberté d'expression etc. Et désormais la tâche de démocratiser la RD du Congo ne sera pas seulement l'apanage de la classe dirigeante mais un mode de vie de toute la société congolaise.

Le cours de leadership permettrait à nos produits de comprendre que, être leader ne signifie pas se servir soi-même mais servir les autres sans tenir compte de leur appartenance religieuse, culturelle ou ethnique. Ainsi la route serait barrée aux discriminations liées aux appartenances tribales, communautaires ou ethniques.

La spiritualité elle, jouerait un grand rôle pour fraterniser les différentes communautés habitant la ville de Goma/NK. Contrairement à la religion qui les divise. Par les notions de spiritualité qui seront apprises, les étudiants comprendront le sens de l'Identité Christique de tous les hommes c'est-à-dire reconnaîtront la Présence de Dieu dans chaque homme. Une notion qui en quelque sorte n'est pas bien explicitée dans plusieurs religions. Les notions de spiritualité permettront aux habitants de Goma de supprimer les lignes de division qui affaiblissent leurs âmes. Ils découvriront le piège des Néphilim " diviser pour régner ". Ici seront de mise, les enseignements des Maîtres Ascensionnés tels que publiés par les Messagers Mark L PHROPHET et Elizabeth Clare P. Donc le système Maria Montessori. L'amélioration de la psychologie de la jeunesse qui , depuis des décennies souffrent des affres de guerres recevra un accent.

Les différentes notions qui seraient introduites dans notre école et centre de formation créera une nouvelle société dans la ville de Goma. Les enfants et adultes de cette nouvelle société envisageront des nouvelles perspectives en termes de Libération et de Liberté.

RAPPORT ANNUEL DE SOLIDARITÉ BONNE VOLONTÉ, Année 2015.

Périodicité:

Ce rapport présente les activités de Solidarité Bonne Volonté entreprises du 1 Janvier 2015 au 31 Décembre 2015.

Pour rappel, SBV s'occupe des enfants orphelins, ceux de la rue et des jeunes issus des familles vulnérables.

Elle lutte contre la pauvreté, Vulgarise la langue Esépranto, fait la promotion des droits humains, de l'éducation civique et du leadership responsable.

1. De la vulgarisation de l'Espéranto:

Au cours de l'an 2015, SBV a continué à exercer ses activités de vulgarisation de l'Espéranto. Les cours avaient lieu chez le coordonateur de SBV, Mr Alexis ASUMANI BENGANTUNDU. Mais le nombre accru des enfants a poussé à l'association de diviser les classes. Ainsi un groupe des jeunes dont l'âge varie de 14 à 21 ans étudiait chez le secrétaire de SBV Alphonse WASEKA.

En somme 58 enfants apprenaient l'Espéranto dans ce deux endroits. Les deux groupes avaient comme enseignants: Augustin KAKOZWA et Alphonse WASEKA.

A la suite de la visite de Penelope VOS en juin 2015, au mois de Septembre 2015, SBV a délocalisé ses activités d'enseignement d'Espéranto. Car le nombre d'enfants a davantage augmenté. Il failait trouver un local adéquat. Sur base d'un contrat signé entre SBV et une école de la ville de Goma "l'Institut RUTOBOKO", le cours d'espéranto s'organise et avec trois classes:

Une classe des enfants débutants dont l'âge varie de 8 à 13ans(classe dirigée par Augustin KAKOZWA) avec un effectif de 68 apprenants. Tandis que, 13 autres enfants de six ans, eux n'ont pas quelqu'un pour les encadrer, ils se confinent dans la classe de Mr Augustin.

Le niveau de maîtrise langue dans cette classe est tel que 35% des enfants peuvent écrire l'Espéranto et lire sans problème tandis que le 65% se limite à la lecture.

deuxième classe composée de 15 jeunes gens dont l'âge varie de 14 à 21ans. Cette classe est dirigée par Alphonse WASEKA. Le niveau d'Espéranto est bon parce que les jeunes gens peuvent lire correctement, un bon niveau d'écriture de la langue, une bonne capacité d'audition. Mais 35% parlent bien.

La troisième est celle des personnes adultes et étudiants intéressées à l'Espéranto dont l'âge varie de 22 à 45ans. Certains sont des enseignants des écoles où SBV scolarise ses enfants. Cette classe est composée de 12 personnes. Et elle dirigée par Serge RUSAKI, un jeune homme qui a sollicité à SBV l'enseignement d'Espéranto pour perfectionner ses connaissances sur la langue. Le niveau des apprenants est très bon. Douze semaines d'apprentissage soit 3 mois, leur a permis d'écrire correctement la langue. C'est seulement le parler qui pose problème.

En ces jours, SBV a reçu une demande de stage pour le perfectionnement de la langue. Il s'agit de jeune homme Nixon KASOLENE qui dirige la classe que dirigeait Mr Alphonse.

Le cours a lieu chaque dimanche de 14h00 à 1600. Soit deux heures de cours par semaine.

Les matériels utilisés sont: le cours HUBERT FEREZ(envoyé par Hans BAKKER), Initiation à la langue Espéranto et Espéranto pour enfants. Dons de Dénise DEFOL de France.

2. De la scolarisation des enfants:

De 2004 jusqu'à 2014 SBV scolarisait 42 enfants. Mais à partir de Septembre 2015 jusqu'à ce jour, elle compte 96 enfants scolarisés à l'école maternelle, primaire, secondaire et Universitaire.

Nous notons que faute des moyens, cinq des universitaires ont vu arrêter leur fréquentation scolaire.

Les partenaires n'étant pas à mesure de soutenir l'éducation Universitaire. Il s'agit de Nestor LUKABYA 2è Année de graduat Informatique, Premice KATCHELEWA 2è Année de graduat Géologie, Lucie MASANDI 3è Année de graduat sociaologie, Dorianne MUKASA 3è Année de graduat Psychologie, Joyce FURAHA 1érè Année de graduat Dévéloppement. Sans oublier deux autres étudiants Nestor BENGANTUNDU et Antoinne KIKUNI qui sont en première année de graduat

Nous avons donc un effectif d'un écolier à l'école maternelle dont le nom c'est Robert LUSHIMA

Au niveau primaire, nous avons 42 élèves

Au secondaire 41 élèves

A l'université 5 qui reçoivent une aide des bienfaiteurs. Tandis que 7 autres étudiants qui manquent de sponsor...

3. De la promotion de droits humains, du leadership et de l'éducation civique:

Ces notions sont données aux enfants par le Secrétaire de SBV, Alphonse WASEKA.

Chaque dimanche, il prend 30 minutes d'échange avec les enfants et jeunes gens sur ces matières.

Le résultat est tel que, la quasi totalité des enfants connaissent leurs droits et peuvent les défendre.

Ils savent aussi comment se comporter une fois, ils ont une charge de responsabilité dans le domaine public de l'Etat.

Nous notons que, trois familles reçoivent une assistance financière de SBV, une aide financière envue de soutenir l'hebergement de quelques enfants.

Il s'agit de la famille veuve Charlotte LUANDA et ses sept enfants, soutenue par SBV depuis 2006.

La famille Yvette KIBIBI avec ses six enfants et la famille Yvette KABALA et ses frères et sœurs.

Ces familles reçoivent aussi, une pension alimentaire soit une somme d'argent pour le petit commerce.

La prise en charge des enfants inclut aussi la prise en charge sanitaire.

Au cours de cette année 2015, SBV a organisé un contrôle médical des 15 enfants qui manifestaient des problèmes de santé. Et après les examens clinics, les traitements ont suivi.

RAPPORT FINANCIER

Il couvre l'Année 2015.

Source de financement:

Famille Hans BAKKER: 22000euro

De l'argent envoyé par la famille Hans BAKKER, soit 22000euro, il y a 8000 assigné aux membres de SBV soit 4000euro pour Alphonse WASEKA(2ans), 3000euro bourse pour Augustin KAKOZWA(2ans) et 1000euro pour Alexis ASUMANI BENGANTUNDU.

Il reste 14000euro pour les enfants. Nous précisons que, chaque fois que l'argent est viré dans le compte de Alphonse WASEKA, compté logé dans une banque du Rwanda à Gisenyi, la banque retient 3%. Et lors du retrait des fonds, elle applique une autre retenue de 2,2% sur la somme retirée.

Nous avons plusieurs fois présenté cette inquiétude auprès des bienfaiteurs.

Ceci dit, de deux envois successifs de la famille Hans BAKKER, la banque ACCESS BANK Gisenyi/Rwanda a retenu six pour cent soit 733,2euro.

Les deux retraits effectués par Alphonse WASEKA soit 4,4% est égal à 488,8$.

En somme, la Banque a pris une somme de 1295,32 des fonds envoyés par la famille Hans BAKKER.

C'est à dire l'argent reçu en liquide par SBV est une somme de 22904,62$. De cette somme nous prenons 8000$. Il reste 14904 compte des enfants.

Penelope VOS: 6400$

Total Compte enfants: 21304$

1. Dépenses:

Fournitures scolaires(Uniforme, cahiers, sacs, souliers etc): 2870$

Frais scolaires/académiques: 11674$

Santé: 689$

Logement pour trois familles: 1440$

Pension alimentaire et micro crédit: 1055$

Transport de chaque dimanche: 280$

Matériels didactiques: impressions livres, sylabus, craies: 230$

Fournitures de bureau chaises à utiliser pendant le cours : 707$

Communication(Poste et Internet): 1500$

Accueil Penelope et Laurie BRETT et séjour: 680$

Solde: 379$

Évaluation des activités de SBV en 2015.

Nos remerciements aux bienfaiteurs. L'année 2015 a été couronnée de succès. Les enfants ont bien évolué à l'école. Pas beaucoup d'échec. Sur 96 élèves seulement cinq ont repris la classe dont deux de l'école primaire et trois de l'école secondaire.

Jadot BAHANI soutenu par SBV depuis 2006 a été renvoyé et ne peut pas recevoir l'assistance de SBV à cause sa méconduite. Sa petite sœur Kahindo BWIRA aussi, à cause d'une grogresse, elle a arrêté l'école.

Des projets de SBV:

Durant toute l'année 2015 SBV faisait des démarches pour décrocher des financements pour la construction d'une école citoyenne dans la ville de Goma. Ce projet cher à SBV vise la concrétisation de idéaux de l'association. C'est à dire permettre à plusieurs personnes d'apprendre l'Espéranto, pour la première fois en RD du Congo apprendre aux enfants les droits humains, le leadership responsable. Mais aussi de l'éducation à la citoyenneté.

Une école française est prête à collaborer avec SBV sur la philosophie Montessori.

Quant aux démarches pour trouver les financements, jusqu'à ce jour pas de suite favorable. Toutefois, ce projet a eu un soutien moral du REGISTRE DES CITOYENS DU MONDE.

SBV a aussi un projet de construction d'une clinique moderne à Goma. Les démarches d'obtention des financements sont aussi en cours.

Notons que, Solidarité Bonne Volonté fait des démarches pour trouver des partenaires permanents capables de soutenir de manière conséquente les projets de Solidarité Bonne Volonté. C'est à dire l'alphabétisation des enfants au niveau primaire, secondaire comme universitaire. Bien entendu, si en ce jour, l'organisation compte sur le soutien financier de la famille Bakker mais il n'en serait pas le cas après 2018.

Le logement des certains enfants avec leurs mamans veuves est un serieux problème pour l'association qui dépend de l'aide. Trouver le financement pour procurer à ces familles des maisons en planche serait une solution. Le sort des étudiants aussi demande un soutien.

Suggestions

Nous prions aux bienfaiteurs de nous disponibiliser la subvention à chaque début de l'année afin de nous permettre de couvrir les besoins des enfants au long de l'année.

Pour éviter les retenues faites par la Banque Access du Rwanda, nous prions d'utiliser la Banque BIAC de Goma/RDC

Nous prions aussi aux bienfateurs de nous aider à trouver des partenaires institutionnels pour rendre efficace notre travail, vues les multiples demandes que nous recevons de la communauté.

Fait à Goma, le 4 Février 2016

Alphonse WASEKA, Secrétaire exécutif de SBV.

www.penelope198.wix.com, www.solidarecobonavolo.weebly.com

Au sujet du site