plan de cette partie du site - -

Registre des Citoyens du Monde - Assemblée - Délégués élus
-----
L'Assemblée - Agenda - Les membres - Les projets - Le journal -
Comité de Coordination
de la Marche des Citoyens du Monde

domaine

mondialisme -

Identité

Association selon la loi de 1901. N° Siret 702 332 686 000 15

Buts

  • Rassembler dans un mouvement civique mondial, dit "La Marche des Citoyens du Monde", tous les hommes et femmes de la planète qui sont résolus à amener les représentants de leur pays à signer une nouvelle Charte des Nations Unies pour donner naissance à la Fédération Mondiale des Nations Unies.

objectifs

activités

Soutien à :

personnes impliquées

Olivier d'Argenlieu - Béatrice Leclerc - Pierre Ardouin

adresse

Comité de la Marche des Citoyens du Monde, 66 boulevard Vincent Auriol, 75013 Paris

TEL

Courriel

contact@worldcitizensmarch.org

Compte
bancaire

C.C.M. DES CITOYENS DU MONDE
IBAN FR 76 4255 9000 0741 0200 3016 324
CREDIT COOPERATIF, Agence de Versailles, 5-7 rue du Maréchal Foch 78000 Versailles, France.

www

www.worldcitizensmarch.org

Bulletin et documentation

La Marche des Citoyens du Monde, n° 3 (lien externe)

mise à jour : 07/06/2017

SYNTHESE DE NOTRE DEBAT SUR LA SITUATION DE LA MARCHE dans le contexte mondial actuel

Le Monde traverse actuellement une période de déstabilisation, voire d'éclatement, avec des situations extrèmement diverses suivant les pays et les continents. La cause première de cette déstabilisation est clairement la mondialisation de l'économie, conséquence implacable des progrès technologiques tous azimuths de notre époque.

Dans tous les pays les populations sont avides de protection et de confiance en leurs dirigeants, quel que soit le régime. Cela explique pour une bonne part la tendance à la personnalisation du pouvoir, au risque de populisme ou de comportements aberrants, comme on peut malheureusement le constater dans de nombreux pays, et non des moindres. La tendance actuelle, partout dans le monde, est donc au repli sur soi et à la défense de ses intérêts propres, renforcant l'égoïsme naturel des nations : " Mon pays first ! ".

Si la priorité doit aller aujourd'hui à la régulation de l'économie au niveau mondial, encore faut-il que ce soit sous un contrôle politique, mais lequel et par quelle voie ? Pour l'instant, c'est le capitalisme libéral débridé qui règne sur la planète. Il est indifférent aux frontières et il " matraque " les populations par des appels incessants à " plus de productivité pour une meilleure commpétitivité, seule issue pour nous en sortir… "

Que penser alors de notre appel à dépasser le cadre des Etats, et à vouloir fédérer les nations pour faire face efficacement aux défis planétaires de notre époque ? A première vue cet appel est inaudible, et notre audience quasi nulle dans les médias, auprès des acteurs politiques, et dans les milieux universitaires en témoigne.

Faut-il abandonner la partie, poser le sac en attendant des jours meilleurs ? Ce serait apparemment la sagesse, et l'air du temps nous y pousse… Mais nous devons nous souvenir que notre échelle de temps n'est pas celle de l'actualité immédiate et du court terme. La revue annuelle de la Marche de janvier 2017 ous l'a rappelé utilement. …/…

Pour répondre au besoin de " vivre ensemble sur la planète ", nous savons aujourd'hui que le recours au modèle fédéral est la meilleure réponse, à tous les niveaux de la société. Encore faut-il que ce modèle soit compris et accepté par eux à qui il est destiné. Tout effort, toute évolution qui s'inspire de ce modèle, en différentes régions du globe et à différents niveaux, est donc le bienvenu. Application à l'Europe, au pourtour de la méditerranée, à l'Afrique… à l'opposé de certains " accords " hégémoniques, ou ds " usines à gaz " faussement efficaces qui ont pu être mises en place pour pallier la défaillance politique.

La vocation première de la Marche des Citoyens du Monde vers l'unité politique de la planète reste bien aujourd'hui de diffuser aussi largemnt que possible à travers les continents son appel en faveur d'une Nouvelle Charte des Nations unies, celle qui donnera naissance à la Fédération mondiale des Nations. Nous sommes les seuls, ou presque, à diffuser ce message aujourd'hui … raison de plus pour ne pas abandonner la partie !

Versailles, le 20/05/2017


Secrétaire général de l'ONU : un poste très inconfortable

M. Antonio Guterres, ancien Premier Ministre portugais, et plus récemment Haut Commissaire des Nations Unies aux Réfugiés, vient d'être élu par l'Assemblée générale des Nations Unies pour succéder au 1er janvier 2017 au Sud Coréen Ban Ki-Moon dans les fonctions de Secrétaire Général de l'organisation. Nous ne pouvons que lui souhaiter bonne chance dans ce poste très inconfortable.

En effet, en dressant le bilan de l'action du Secrétaire général sortant, les médias n'ont pas ménagé leurs critiques. Pour beaucoup le bilan de M. Ban Ki-Moon n'est pas bon, et pour certains, il est même catastrophique voire dramatique. Les plus bienveillants estiment qu'il a manqué de panache, et que dans la gestion des crises il a cédé aux pressions, et n'a pas su faire preuve d'anticipation. Les plus virulents lui reprochent de n'avoir rien fait, de ne pas avoir imposé sa marque sur l'ONU. Certains le traitent même de " rond de cuir ", de " petit fonctionnaire à la solde des Américains "… D'autres l'accusent d'avoir verrouillé la haute administration en y plaçant des hommes à lui. Bref, On le rend responsable de l'impuissance du Conseil de Sécurité.

Il est possible que ces critiques soient en partie fondées, mais il ne paraît pas équitable de le rendre responsable des échecs à répétition de l'ONU. Il est incontestable que l'organisation a lamentablement échoué dans la gestion des conflits en Irak, au Yémen et en Syrie. Mais comment s'en étonner quand on sait que le Conseil de Sécurité, qui a pour mission d'assurer le maintien de la paix et la sécurité internationale, et qui est chargé d'intervenir par ses résolutions et le cas échéant prendre des sanctions, est constitué de représentants de quinze pays qui sont plus enclins à défendre leurs intérêts nationaux que l'intérêt de la communauté mondiale. De surcroit, cinq d'entre eux - Chine, USA, France, Royaume Uni et Russie - en sont des membres permanents et possèdent un droit de véto qui leur permet de bloquer une résolution prise collégialement par le Conseil. C'est ainsi que tout récemment un véto de la Russie a bloqué une résolution de la France demandant la suspension immédiate des bombardements sur la ville d'Alep. Le Conseil de sécurité est décidément un bel exemple de non-démocratie !

L'impuissance de l'ONU, comme la crise de l'Union Européenne, nous montrent à l'évidence qu'une Institution qui se veut supranationale ne peut pas être gérée correctement par les dirigeants des pays qui la composent. A tous les niveaux c'est le modèle fédéral qui s'impose !

Comité de Coordination de la Marche
21/10/2016


COP 21… un pas en avant

La pièce est jouée, le rideau est tombé sur la COP 21. Libre à chacun de porter une appréciation sur son résultat au regard du défi planétaire auquel elle était confrontée : le réchauffement climatique sur l'ensemble du globe terrestre.

Une chose est sûre : le fiasco de la conférence climatique de Copenhague en 2009 a servi de leçon aux 192 Etats qui y ont participé, et les 195 Etats qui ont pris part à la Conférence de Paris étaient bien résolus à aboutir cette fois à un accord, tant la sensibilité des populations et la pression des mouvements écologiques sont devenus fortes.

D'où ce processus de négociation gigantesque, engagé depuis de longs mois, et qui a abouti à la " Grand messe " à laquelle nous avons assisté, riche en psychodrames et en " shows " médiatiques soigneusement orchestrés. Tant il est vrai qu'un processus de négociation diplomatique entre 195 Etats souverains et indépendants qui ont des intérêts contradictoires ne saurait faire mieux qu'aboutir à un " honorable " compromis, insuffisant. .

Du moins cet évènement nous a-t-il montré de façon spectaculaire que la Communauté internationale a compris que les nations doivent maintenant faire face ensemble au défi du réchauffement climatique, comme elles doivent faire face ensemble à d'autres défis planétaires majeurs. Mireille Delmas-Marty, professeur émérite au Collège de France, a une vision très claire de cet impératif quand elle déclare dans une interview récente au journal Le Monde : " Une Communauté Mondiale est en train de se constituer, mais sans les concepts juridiques qui correspondraient à cette situation nouvelle ".(Le Monde, 18/11/2015)

En d'autres termes, il nous faut doter maintenant la " Communauté mondiale " des trois composantes institutionnelles sans lesquelles aucune communauté humaine ne peut survivre et se développer : des REGLES observées par tous, une AUTORITE qui veille au respect de ces règles et œuvre au bien commun, et une REPRESENTATION de la population, qui dans le meilleur des cas édicte elle même les règles et mandate et contrôle l'Autorité. C'est alors la démocratie !

C'est l'objectif de " la Marche des Citoyens du Monde vers l'unité politique de la planète ". Chacun peut aisément s'y associer.

Le Bureau du Comité
28/12/2015

COP 21 ... a step forward

The show is over, the curtain has fallen on COP 21. One is free to appreciate its outcome as regards the planetary challenge it was up against : the warming of climatic conditions across the world,

One thing is certain : the Copenhagen Conference fiasco in 2009 served as a warning to its 192 participant States, and the 195 States who came to the Paris Conference were fully resolute to come to an agreement. All the more so that new trends of thought and the pressure of environmental groups had spread their influence over the years.

As a result, there was this succession of extensive negotiations spreading over the months and leading to the "High Mass" ceremonial we were presented with, brimming as it was with carefully orchestrated media shows and psychodrama episodes. A proof that diplomatic negotiation between 195 sovereign and independent States with contradictory interests was bound to turn out into an " honourable compromise ", by all means an insufficient one.

At best, proof has been given that the International Community is now aware of the need for all nations to work together on the struggle against global warming, as they will have to on other major planetary issues. Mireille Delmas-Marty, professor emeritus at Collège de France, set a very good sight on this topic when she said in a recent interview in the French daily Le Monde: "A global community is in the making, but without the legal concepts that should come with this new situation." *

In other terms, the need has come to provide this "global community" with the three institutional components without which no human community can develop, let alone survive : RULES to be applied to all, an AUTHORITY which would see to their observance and to general welfare, and a body of REPRESENTATIVES which would, at best, edict its Rules and designate and control its Authority. This is called Democracy.

This is the objective aimed at by the "World Citizen's March toward the Political Unity of the planet". Everyone can easily agree… and join the March.

28./12/2015

 


haut de page

Après le choc… le discernement

Le choc a été rude. Les armes de guerre et les explosifs ont retenti à nouveau à l'improviste à Paris, semant le carnage et la désolation parmi la population civile.

La réaction a été immédiate et unanime, et pas seulement en France mais dans le monde entier : indignation, compassion envers les victimes, et détermination à pousuivre les auteurs et les commanditaires de ces actes barbares. " C'est une attaque contre toute l'humanité " a observé le Président des Etats-Unis. " Je suis solidaire de la France car je suis citoyen du monde " a déclaré un italien.

Soit, mais après le choc doit venir le temps du discernement. La pire des réactions serait le repli sur soi. Le terrorisme, facilité par l'abolition des distances, la perméabilité des fronières et la prolifération dans le monde des armes en tous genres, est un des fléaux qui menacent aujourd'hui l'humanité, un des défis planétaires majeurs du XXI ème siècle.

Mais aucun Etat, aucune nation, si puissante ou si déterminée soit elle, ne saurait y faire face seule, ou avec des coalitions de circonstance. Trop d'intérêts contradictoires, trop de rivalités entre les Etats, empêchent la communauté internationale de réagir rapidement et efficacement à de telles menaces.

Regardons plus loin, plus avant… Ces évènements résonnent comme une invitation, à travers tous les pays et à tous les niveaux de responsabilité, à prendre davantage conscience de la nécessité où nous sommes aujourd'hui de doter la communauté mondiale des Institutions politiques sans lesquelles elle ne saurait maîtiser son avenir.

C'est ce à quoi s'emploie " la Marche des Citoyens du Monde vers l'unité politique de la planète ", qui ouvre une perspective à laquelle chacun d'entre nous peut être attentif . Sachons reconnaitre les signes des temps !

Le Bureau du Comité
19/11/2015


Réunion plénière le 30 mai 2015

  • 5 ans après la publication du " Prodigieux pouvoir des Citoyens du Monde ", après 3 années de gestation au sein de la communauté française des Citoyens du Monde, et un an après son lancement en janvier 2014 au Palais du Luxembourg à Paris, la Marche des Citoyens du Monde vers l'unité politique de la planète est maintenant bien engagée. La centaine des " premiers adhérents " confirme qu'elle est en mesure de commencer à rassembler un maximum d'hommes et de femmes de notre temps sur l'objectif qu'elle s'est fixé.
  • Grâce aux avances qui lui ont été faites, grâce aux versements de ses adhérents, et grâce au Site qui lui a été ouvert gracieusement, la Marche a pu couvrir les frais de ses publications, essentiellement " l'Invitation à rejoindre la Marche " et les 2 premiers numeros de sa Revue annuelle, édités l'un et l'autre en anglais et en français et assez largement dffusés.
  • Utilisant les réseaux de communication mis à sa disposition par la communauté mondialiste, elle a pu nouer des contacts et dispose maintenant de correspondants sur les 5 continents.
  • La rencontre qui a eu lieu à Hong Kong le 3 mai dernier avec une dizaine de Citoyens du Monde, militants du mouvement " HK Democracy " qui a été au cœur de la " révolution des parapluies " à Hong Kong, en est une bonne illustration.
  • La priorité peut donc être apportée maintenant au développement international de la Marche, en même temps que nous poursuivons nos efforts en France et en Europe, où les médias, les milieux intellectuels et les responsables politiques sont encore très indifférents, voire hermétiques à notre démarche.
  • Les partenariats que nous nous efforçons d'établir au niveau planétaire avec le mouvement fédéraliste mondial ( WFM ), et ceux que nous établissons actuellement en milieu universitaire avec les Etudiants Pacifiques Internationaux ( EPI ) ou le projet G200, sont à cet égard significatifs.
  • La décision est donc prise de répondre positivement à toute proposition qui nous serait faite de venir - à nos frais - présenter " la Marche des Citoyens du Monde " en n'importe quel point du globe.
  • Mais pour être efficaces ces rencontres doivent être centrées sur une présentation simple et claire de l'objet même de la Marche qui, faut-il le rappeler, est de " rassembler dans un mouvement civique mondial tous les hommes et femmes de notre temps qui veulent amener les responsables politiques de leurs pays à signer une Nouvelle Charte des Nations Unies, celle qui va donner naissance à la " Fédération Mondiale des Nations. "
  • Ce faisant, nous sommes conscients des 4 réactions-types que nous rencontrons auprès de nos concitoyens :
    • " Non concerné " : cela dépasse l'horizon de mes préocupations.
    • " Hostile " : je ne me soucie que de nos intérêts nationaux.
    • " Sympathisant " : bien que j'ai quelques doutes sur son réalisme.
    • " Militant " : oui, et je suis prêt à marcher avec vous.

Ne perdons donc pas trop de temps avec les 2 premières catégories, et ne nous intéressons qu'aux 2 dernières, les seules qui sont susceptibles de nous renvoyer un " Bulletin d'approbation et de soutien ".

En conséquence, voici les propositions que nous pouvons faire à tous ceux et celles qui veulent participer activement au développement de la Marche :

  1. organiser une réunion de présentation de la Marche pour quelques personnes de leur entourage. Nous nous y rendrons volontiers.
  2. prendre part à l'un ou l'autre des Ateliers ou groupes de travail qui figurent en annexe 1 et qui ont pour objet d'approfondir les fondements de notre démarche et les modalités souhaitables pour atteindre l'objectif de la Marche.
  3. participer à la conception et à la rédaction des documents et des messages que nous emettons en différentes langues.
  4. assumer bénévolement tout ou partie de l'une des fonctions pour lesquelles nous lançons aujourd'hui un appel. Nous recherchons prioritairement :
    • un ou une " Webmaster " capable de prendre la relève du site actuel et sa mise à jour périodique.
    • un ou une " gestionnaire administratif " de nos relations et communications avec les Adhérents et avec nos correspondants et partenaires
    • des " traducteurs " de nos documents et messages à diffuser dans différentes langues


CCM / Réunion plénière du 30.05.2015 Annexe I

THÈMES DE RÉFLEXION PROPOSÉS

aux militants de la Marche

Thèmes

  1. Approfondir le modèle fédéral, clé de toute organisation politique qui se veut démocratique à tous les niveaux.
  2. Faudrait-il réaliser des Unions fédérales par Continents ou par sous-continents avant de prétendre réaliser une Fédération Mondiale ?
  3. La Fédération Mondiale est-t-elle réservée aux seuls États qui se veulent démocratiques, et qui le sont réellement ?
  4. Qui va rédiger la " Nouvelle Charte des Nations Unies " ?
  5. Comment vont être réparties les compétences entre la Fédération Mondiale et les États membres ?
  6. Comment sera constituée - et donc élue - la Représentation mondiale de la population à travers les 5 continents ?

Procédure à suivre

Tout Militant de la Marche qui souhaite participer à l'approfondissement de notre réflexion collective sur l'un ou l'autre de ces thèmes est invité à en faire part au Bureau du CCM par un simple e-mail adressé à contact@worldcitizensmarch.org.

Le partage de la réflexion entre membres du groupe de travail se fait ensuite par échange de mail avec un rapporteur agréé par le Bureau du CCM.


janvier 2015

La Marche Vers l'Unité

1, 3, 5,...........1.000 Il y a une dizaine de jours la marche a pris vie. Depuis peu elle a fait ses premiers pas. Elle ne s'arrêtera, elle ne fera une pause que lorsqu'elle aura atteint son but, l'Unité ! L'unité des êtres humains, l'unité de l'Humanité !

Or l'Humanité, elle-même, est en marche depuis des siècles. Il y a 40 000 ans notre ancêtre à tous que les cher-cheurs ont nommé " l'Adam scientifique " a engendré un groupe d'humains qui s'est répandu au travers des décades sur toute la surface du globe terrestre. Il a tardé à suivre et à imiter " l'Eve scientifique " qui bien avant avait déjà enfan-té la souche de cette humanité qui est aujourd'hui si multiple, si diverse . . . vu l'évolution des climats, des environnements, des événements, et de mille et une choses .

La marche vers l'Unité se cherche mais elle est iné-luctable, elle vient de loin, elle est dans son bon droit. Elle se dresse sur ses 3 doigts comme jadis les dinosaures sur leurs 3 ongles, leurs 3 griffes, solides comme de l'acier, acérés comme des poignards que les hommes politiques dénomment avec sûreté et justesse respectivement ainsi :

Règle, Autorité, Représentation

Ce trépied, ce tripode se retrouve à tous les échelons connus ou à venir. L'échelon local, puis régional, national, " grand-régional ", continental, mondial. Sans parler de ceux qui viendront à être inventés ou nécessités par l'évolution ou les besoins des sociétés en mutation.

À tous les niveaux la première griffe, la Règle est des plus nécessaires. Elle s'impose à tous, elle est acceptée par tous, des plus petits aux plus puissants. Elle se décline suivant les échelons, du local au mondial. Elle évolue avec le temps et avec le mûrissement des groupements humains concernés. L'Autorité est la deuxième griffe. Elle veille à l'application de la Règle et à sa conformité avec les désirs et avec les besoins de ceux, dont elle dépend, dont elle est l'émanation. Elle dispose, ou sait obtenir les moyens néces-saires pour assurer sa charge. Quant à la troisième griffe, c'est la représentation démocratique et universelle de l'échelon ! Elle édicte les règles communes. Elle mandate et contrôle l'autorité. C'est d'elle qu'émane tout le pouvoir.

On conçoit que cette main à trois griffes puisse agir sur tous les échelons : du plan local jusqu'au niveau mondial ! Elle assure la démocratie universelle sur toute la planète ! C'est le but fixé par la marche qui va mettre tout en place ! Ambitieuse, il lui faudra du temps. Il lui faudra aussi des participants. Nous envisagerons de nous faire aider par la main de l'être humain, celle qui agit avec fermeté dans un gant de velours, avec ses cinq doigts agiles, indépendants et laborieux. Avec ces cinq doigts gantés nous saurons nous entourer de toute sorte de gens qui comprendront notre but et nous aideront à y parvenir par des raccourcis, s'il en existe ! En premier lieu nous appellerons ceux qui se sont eux-mêmes désignés " Citoyens du Monde ". Ils furent les pionniers qui montrèrent clairement le but que nous entre-voyons tous ! Il est normal qu'ils soient en tête de notre marche ! Ils l'on vue, décrite et initiée !

Qui sera en second rang ? Peu importe les questions de préséance, il s'agit ici d'oeuvrer pour tous, pour l'en-semble des marcheurs ! Pour toute l'Humanité !

Alors là, nous nous heurtons à plusieurs difficultés ! Les marcheurs éventuels, s'ils sont des isolés, agiront tout d'une pièce, pas de problème. Mais s'ils sont à la tête d'une organisation, ils pense-ront d'abord à leur responsabilité : toute organisation est jalouse de son indépendance et veut en premier savoir où elle met les pieds ! Aucune ne voudra aliéner son libre-arbitre, même si ses statuts, sa conduite habituelle ou les déclarations de ses dirigeants, désignent un gouvernement mondial comme partie de ses buts ! Il faudra donc attendre le moment où, pour telle ou telle organisation, le nombre de marcheurs de l'intérieur sera suffisant démocratiquement, pour faire basculer la totalité du mouvement vers la marche collective. Ceci étant posé, quelles sont nos chances de con-vaincre les uns ou les autres ? Et d'abord lesquels ? Quelle poignée, quelle main avec ses cinq doigts, pourra retenir divers mouvements ? On pensera de suite aux Fédéralistes mondiaux puis aux Fédéralistes Européens ! On pourra également penser aux Espérantistes, si toutefois on n'a pas soi-même de prévention à l'égard de ce mouvement : une langue mondiale réclame de facto un gouvernement mondial ! Une réflexion semblable doit s'établir à l'encontre d'un mouvement religieux né en Orient mais à portée et à réalisation mondiale ; je fais allusion à la foi des Baha'is . Elle compterait plus de 7 millions de membres répartis dans 189 pays. Il est évident qu'il y aurait également les grandes religions du monde à solliciter : le Christianisme avec ses diverses branches, ainsi que l'Islam avec les siennes ! Je peux me tromper mais je crois qu'il ne faudra toucher de telles entités que lorsque nous serons tout près du but ! Soyons heureux, si elles ne viennent pas contrecarrer notre action, arguant de motifs subalternes, comme le fait que cette action est déjà approuvée par tel ou tel de leurs adversaires ou opposants traditionnels ! De toute façon nous aurions ainsi atteint un mouvement pour chacun de nos cinq doigts. Ceux qui n'agissent que gantés, mais fermement et avec délicatesse.

Pour nous résumer il nous faudra agir avec toute la diplomatie et toute la circonspection dont nous serons capables ! Nous pourrons user d'un dicton connu et dire " Aide-toi et le ciel t'aidera ". Et la marche poursuit ses premiers pas, sa route pendant que nous y réfléchissons. Voulez-vous, vous aussi, réfléchir et joindre vos pas aux nôtres, marcher avec nous ? Soyez le bienvenu !

Dr. André Albault Ancien Président de l'Académie Espérantiste

Au sujet du site