le kiosque

plan de cette partie du site - -

Registre des Citoyens du Monde - Assemblée - Délégués élus

Tribune - Objectifs - Réunions - Institutions - Actes - Archives
Ordre du jour - Présence - Contributions - Journal
RÉUNION DE DÉLÉGUÉS AU CONGRÈS DES PEUPLES
à Bergerac (France) du 25 au 28 septembre 2012
A la demande de nombreux Délégués, dont le Président, les actes et décisions prises lors de la réunion sont remis en discussion

Points inscrits à l'ordre du jour à la demande des délégués :

a) - concernant les questions interieures du CDP

Bilan de l'activité du CP depuis la session pléniére de Zagora (Commissions - Déclarations- Rèunion du Bureau par Skype )

a-1 Les résultats des commissions

a-2 Périodicité de nos sessions plénières : une fois tous les 18 à 20 mois . Est ce suffisant ? . Faut il revenir sur cette périodicité . Les avis sont partagés

a-3 Quel budget pour le Congrés des Peuples Comment assurer notre autonomie financière et comment obtenir de l'aide par des dons ou des subventions

a-4 Quelques propositions pour adapter des articles de notre règlement pour inciter un plus grand nombre de personnes à devenir citoyen du monde et donc des electeurs et electrices des delegués au Congrès des Peuples

a-5 C'est en 1963 qu'est né à Bruxelles le Congrès des Peuples : Comment préparer la célébration de ce cinquantenaire ...Cette question peut etre partiellement reliée à la question de la stratégie à utiliser pour faire connaitre l'anteriorité du CP

a-6 Comment introduire nos idées mondialistes au sein de communauté politique mondiale en place au 21 ème siècle

b) Concernant les questions exterieures au CDP et ses activités

b-1 Propositions de déclarations
Accaparement des terres arables notamment dans les pays du SUD
Esperanto ,langue officielle des Nations Unies et de ses agences
La circulation des armes classiques dans le monde
"Science sans conscience " Pour un controle supranational des nano matériaux ,OGM, nucléaire, brevetage du vivant
Problèmes des migrations internationales
Planification des naissances et densité urbaine
Biodiversité et protection de la nature
Ethique et moralité
Questions diverses
- Débat sur la question " Pupille de l'humanité "

b-2 Mondialisme et Altermondialisme
Quelle stratégie mettre en place pour faire connaitre la sécifité du CDP en particulier auprés de la mouvance altermondialiste ,laquelle partage beaucoup de nos analyses,mais pas nos conclusions ( souvent inconnues pour elle)

b-2 Les assemblées, forum ou collectifs etc..mondiaux ou internationaux de citoyens diu monde sont nombreux mais toujours ponctuels et éphèmères : Quelle stratégie utiliser pour faire connaitre notre anteriorité,notre spécificité ( élection démocratique de délégués) et le caractère perenne de notre institution alternative (qui a cette année 43 ans d'existence )

Le Vendredi soir 28 Septembre fin des travaux

Annoncent leur présence :

  1. Liliane Metz-Krencker,
  2. Dauji Gupta, (les 27 et 28)
  3. Joël Luguern,
  4. Claudine Besset-Lamoine,
  5. Francisco Plancarte
  6. Khanh Giang Nguyen
  7. Tahar Houhou
  8. René Wadlow
  9. Bernard Chuzeville

Se sont excusés :

  • Roger Winterhalter
  • Ursula Grattapaglia
  • Ulisses Riedel
  • Rob Wheeler
  • Lucy Webster
  • Marie-Françoise Lamperti,
  • Vincent Peingnez
  • Wolfgang Fischer
  • Chris Hamer
  • Rasmus Tenbergen
  • Gilliane Le Gallic
  • Peter Davidse
  • Joël Labbé
  • Leo Rebello
  • Rasmus Tenbergen
  • Josiane Troumps (pouvoir à Joël Luguern)
  • Yves Angelloz
  • Georges Federmann (pouvoir à Abdelli Amokrane)
  • Abdelli Amokrane (pouvoir à Tahar Houhou)

Contributions et correspondance

Les archives des correspondances issues de "kdp-cdp@googlegroups.com" sont consultables par ce lien


Annonce de la date de la Session (Liliane, 26/03)

Chers amis Délégués au Congrès des Peuples,

La situation qui prévaut au niveau mondial, notamment dans les domaines politiques, environementaux et financiers, nécessite que les mondialistes fassent plus que jamais entendre leurs voix et leurs propositions.

C'est pourquoi, après la session du Congrès des Peuples de Liège (Belgique) en 2007, la session de Brasilia (Brésil) en 2009 puis celle qui s'est tenue à Zagora (Maroc) en 2010, le Comité Exécutif du Congrès des Peuples vous invite à participer à la prochaine session du Congrès des Peuples qui se tiendra en France du 26 au 28 septembre 2012.

Merci de nous informer des projets de Déclarations que vous souhaitez voir mettre à l'ordre du jour de cette session et des objectifs que vous aimeriez accomplir.

Plusieurs propositions d'accueil de cette session nous ont été faites. Dès que nous aurons fixé notre choix, nous vous informerons du lieu retenu et des moyens de transport pour vous y rendre.

Le moment venu, le Comité exécutif vous adressera également un formulaire de pouvoir pour le cas où vous ne pourriez malheureusement pas participer à cette session.

En espérant vivement votre participation à cette réunion,soyez assuré(e), cher(e) Délégué(e) de notre entier dévouement à la cause mondialiste,

Pour le Comité exécutif,

Liliane Metz Krencker
Secrétaire générale du Bureau
Strasbourg le 26 Mars 2012


Invitation

(...)

Aprés celles de Liège (Belgique) en 2007, de Brasilia (Brésil) en 2009, celle de Zagora (Maroc) en 2010),la prochaine session aura lieu en France (comme cela vous a déjà été annoncé en Mars ) près de Bergerac dans le département de la Dordogne. Bergerac est une petite ville du sud de la France à 90 km à l'est de Bordeaux.

Afin d'éviter aux délégués des frais importants de logement (les hôtels sont assez chers dans cette région touristique ) et au Congrès des Peuples des frais de location de la salle de réunion, cette réunion aura lieu dans une demeure privée de Liliane Metz Krencker qui invite les délégués élus à se réunir chez elle et à y loger

La maison est grande mais au cas ou le nombre des délégués élus présents serait supérieur au nombre de lits disponibles, des voisins favorables aux idées mondialistes pourront assurer l'hébergement de ces délégués

Le Comité Exécutif espère que vous pourrez venir nombreux à cette rencontre d'une grande importance.

La première session de travail commencera le 26 Septembre à 9 H. Aussi les délégués sont invités à arriver à Bergerac le mardi 25 pour s'installer confortablement, faire plus ample connaissance dans une ambiance conviviale

Nous vous remercions d'avance de bien vouloir nous répondre rapidement pour nous faire part de votre participation

Veuillez vous inscrire auprès de Liliane Metz Krencker, Secrétaire du Congrès des Peuples

Tel: 0033388281240
Port: 0033612201359
kdp-cdp@googlegroups.com


Lettre de Rob Wheeler aux Délégués élus au Congrès des Peuples

(...)

Conférence téléphonique

J’ai remarqué que pas mal de délégués ont indiqué être intéressés mais ne pas être en mesure d’aller à Bergerac pour cette date. C’est pourquoi j’ai proposé à Liliane de mettre en place une conférence téléphonique au cours de la réunion afin que chacun d’entre nous puisse participer d’une manière ou d’une autre. Il existe un service de conférences téléphoniques qui permet une division en petites groupes de discussion. C’est pourquoi je suggère que nous l’utilisions afin que nous puissions avoir des discussions en français et en anglais. Ensuite nous ferions un rapport à l’ensemble du groupe de tout ce qui a été dit dans chaque groupe, des conclusions et des recommandations proposées. Merci de bien vouloir nous faire savoir si vous êtes en mesure de participer à une conférence téléphonique pendant le temps de la réunion ?

J’ai aussi suggéré que nous fassions une liste des choses que chacun de nous voudrait faire pour réactiver le Congrès des Peuples. Nous pourrions commencer à en discuter avant et pendant la réunion de Bergerac. Je voudrais commencer par faire ces quelques suggestions et je voudrais savoir ce que vous en pensez. D’un autre côté, je suis intéressé de prendre connaissance de vos suggestions et de vos idées.

Liliane et d’autres l’ont dit : le Congrès des Peuples a été autrefois une grande organisation et un grand réseau de travail. Le modèle d’organisation est excellent et nous avons beaucoup de délégués qualifiés. Nous devrions être capables de faire quelques chose de spécial de ce Congrès des Peuples et d’avoir un impact significatif sur le monde si nous apportons tous nos contributions.

Voici mes suggestions. Ces dernières années j’ai formulé un certain nombre de propositions pour créer un système plus efficace et plus démocratique de la gouvernance mondiale qui aurait quelque chance de réussite si nous obtenions des soutiens suffisants. Nous pourrions mettre en place une campagne en lien avec WATUN (Alliance Mondiale pour la Transformation des Nations Unies) et avec beaucoup d’autres organisations.

Je pense que les propositions qui ont le plus de chance de réussir et que nous devons prendre en compte sont :

A) Parlement Mondial indépendant

L’approche de Andy Strauss et de Richard Falk pour initier un Parlement Mondial indépendant, d’abord avec un petit nombre de pays, en coopération avec la société civile qui pourrait dans un premier temps être plus ou moins en relations avec l’ONU.

B) PARMUN

La proposition faite par Francisco Plancarte d’un Parlment Mondial auquel participeraient, dans un premier temps, un certain nombre de délégués et de personnes intéressées puis, lorsque le nombre sera suffisant, le Parlement Mondial serait lancé avec un nombre conséquent de délégués et de partisans pour obtenir une accréditation permanente.

C) Ligue Gaïenne

L’un des principaux fondateur du Réseau pour un éco-village mondial, Ross Jackson, a récemment élaboré une proposition tout à fait comparable à celle de Strass et Falk, invitant à ce qu’il appelle une ligue Gaïenne, qui mettrait l’accent sur la nécessité de réformer notre architecture financière et le système économique mondial avec l’établissement d’un nouveau Parlement Mondial, avec la participation initiale d’une poignée de gouvernements. Ross a écrit un livre à propos de cette voie mondiale qu’il faut occuper et il a lancé une campagne pour découvrir les gouvernements intéressés susceptibles de soutenir le projet. Voir www.occupyworldstreet.org

D) Réforme des Nations Unies et Conférence pour la révision de la Charte.

Comme vous le savez sans doute le principal résultat de la conférence de Rio+20 s’est soldé par un échec de l’accord négocié. Au vu de ce précédent, il est assez facile de voir que ce qui s’est passé à Rio va se reproduire lors de toutes les tentatives de l’ONU dans les années à venir, au moins jusqu’à l’accomplissement des modifications nécessaires des structures et des procédures. Pour un certain nombre d’entre elles il n’est même pas besoin d’amender la Charte : les résolutions de l’Assemblée Générale suffiraient.

Cependant, je persiste à penser que l’appel et la tenue d’une conférence des Nations Unies pour la révision de la Charte serait un excellent moyen d’en discuter, si nous pouvions obtenir de manière suffisante le soutien de la société civil et celui des gouvernements intéressés par le processus de réforme. Réformer l’ONU pourrait être le moyen le plus facile et le plus rapide pour créer un système beaucoup plus efficace de gouvernance mondiale, si nous obtenions suffisamment de soutiens pour cela.

E) Assemblée Parlementaire des Nations Unies :

KDUN continue à faire un excellent travail de plaidoyer pour cela et je pense qu’il est certainement utile d’examiner la questions, mais je pense qu’il ne sera pas très facile d’amener les gouvernements à soutenir le projet d’une APNU. On ne verra pas de différence dans le monde avant de faire quelques changements de procédure dans le fonctionnement de l’ONU. Mais si le mouvement est couplé avec d’autres efforts qui ont pour but de réformer et de transformer l’Organisation des Nations Unies, l’Assemblée Parlementaire pourrait vraiment travailler. Le projet a recueilli beaucoup de soutiens et nous devrions nous y joindre.

F) Ligue mondiale des démocraties :

c’est la proposition faite par Chris Hamer de créer une sorte d’union des pays démocratiques. Personnellement, je pense qu’il serait préférable d’inclure tous les pays qui sont en faveur d’un nouveau modèle plus efficace de gouvernance mondiale, mais s’il y a suffisamment de pays démocratiques en accord avec cette proposition, je pense que vous devrions aussi la soutenir.

G) Esperanto :

Bien que l’anglais soit en passe de devenir une langue universelle, du moins parmi l’élite instruite, mes voyages m’ont enseigné que seule une minorité de personne d’un bon nombre d’Etats sont capables de le parler. Les moyens actuels de communications permettent à tous à travers le monde d’entrer en relations. Il serait plus facile pour tous si nous avions une autre langue que tout le monde pourrait facilement apprendre facilement et simplement. A l’heure actuelle, l’Espéranto est sans doute notre meilleur espoir dans ce sens. Je pense donc qu’il serait bon d’inclure effectivement et de manière constante l’apprentissage et l’utilisation de l’Espéranto dans la création d’un système de gouvernance mondiale plus efficace et plus démocratique. De plus, si on fait cela, nous obtiendrions probablement et assez facilement des millions de supporters supplémentaires – la plupart des espérantistes.

Charte des responsabilités universelles

Pierre Calame et la Fondation pour le Progrès de l’Homme, à Paris, proposent d’instituer une charte des responsabilités universelles comme troisième pilier de la gouvernance mondiale (aux côtés de la Charte des Nations Unies et de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme) voir

www.charter-humaine-et-responsibilities.net http://rio20.net/fr/iniciativas/projet-de-charte-des-responsabilites-universelles

Cette charte définirait les responsabilités des gouvernements, des entreprises, de la société civile et des organisations internationales pour les faire fonctionner d’une manière plus éthique, plus efficace et plus démocratique. Je pense que nous devons soutenir cette initiative dans le cadre de nos activités.

Maintenant, en ce qui concerne la campagne pour la charte, nous avons filmé l’événement parallèle à Rio de Janeiro dans une conférence parrainée par WATUN et co-parrainée par le Congrès des Peuples (...)

(traduction remise en forme par Daniel Durand à partir de la traduction automatique.
En cas de doute,
il est conseillé de se reporter au texte en anglais)


La tactique des coalitions

J’apprécie les idées de Rob Wheeler, à quelques modifications près. Lors de récentes réunions du Mouvement Fédéraliste Mondiale (WFM), j'ai pris conscience que les ONG n’étaient efficaces que si elles travaillaient ensemble.

Le WFM a formé des "coalitions", d'abord dans sa campagne pour une « Cour pénale internationale » puis dans celle pour la « responsabilité de protéger », et voilà ! Ils ont réussi! La Coalition pourla CPI a plus de 2500 ONG membres, je crois. Nous devons utiliser les mêmes tactiques.

Cependant, chaque coalition devrait avoir un but raisonnablement défini.

Je suggèrerais des coalitions distinctes :

  1. Les groupes s’occupant des simulations (modèles) de parlements mondial : : Congrès des Peuples, ParMun,e-Parlement de Rasmus Tenbergen, KDUN, Strauss / Falk, Simulation des Nations Unies.,.il doit y en avoir plusieurs autres. Ils devraient coopérer et travailler sur un objectif commun.
  2. Les groupes de plaidoyer pour la réforme des Nations Unies: WATUN, Shahriar Sharei, .. et là aussi beaucoup d’autres.. Le WFM devrait certainement être cité ici, même s’il a rejeté une proposition de réforme de l'article 109, lors du dernier Congrès, sentant que le temps n'est pas encore venu.
  3. J'espère – et j’en ai l’intention - développer une coalition pour une Communauté Mondiale des Nations Démocratiques (pas d’union, à ce stade), ensemble avec d'autres groupes convergents.

Une coalition sera toujours plus forte que des membres séparément. Elle aura plus de chance d'attirer des fonds et des partisans, et de générer un réel élan vers son objectif.

Chris Hamer, 22/08


Vers une recommandation concernant l'Espéranto

je vous informe avec plaisir que, pendant la session du CDP à Bergerac (26-29 septembre 2012), Joël Luguern, Délégué , proposera un texte de Déclaration du CDP au sujet de l'espéranto.

Cette Déclaration demandera

  • que l'espéranto soit l'une des langues officielles de l'ONU et de ses Agences,
  • que toutes les personnes travaillant à l'ONU et dans ses Agences (y compris les casques bleus) aient une bonne connaissance de l'espéranto.

Si elle est adoptée, cette Déclaration sera ensuite envoyée à tous les dirigeants de l'ONU et de ses Agences ainsi qu'aux associations espérantistes.

Ce projet de Déclaration faisait partie du programme de ce Délégué quand il a été élu au Congrés des Peuples en 2007.

Je recommande à Ursula et à Vincent et s'il y en a parmi vous qui sont trés interressés par cette déclaration de nous aider à la rédiger

Personellement je propose que l'esperanto soit enseigné à l'école primaire dans le monde entier

Liliane MK, le 21/08


Ursula à propos de l'Espéranto

Évidemment je suis très intéressée et concernée par l'Espéranto dans notre mouvement. Donc, je vous soumets pour votre meilleur usage et la distribution le document que j'ai produit avec d'autres collègues pour RIO +20 au nom de l'Association Universelle d'Espéranto dernière Juin à Rio de Janeiro.

Cette info est en plusieurs langues (esperanto, chinois, portugues, espagnol, français et anglais). Nous avons aussi l'avoir dans d'autres russe, japonais et je pense qu'il vous suffit d'utiliser le français et l'anglais.

Nous avons distribué ces informations à des milliers de personnes intéressées et vous pouvez trouver l'idéologie d'une communication pour un avenir durable et pour l'affirmation des droits linguistiques.

Telles doivent être nos arguments!

Il s'agit d'un fantasme de suggérer aux agents et au personnel des Nations Unies d'apprendre l'espéranto, je crois. Dans le contexte politique actuel, ils utilisent l'anglais et peut-être, à côté, le chinois, et c'est tout..

Citoyens du monde, nous devons être cohérents dans notre idéologie des droits de l'homme, de la culture et des droits linguistiques. Nous devons donner le bon exemple et seulement alors nous pouvons faire des recommandations à d'autres. Tout d'abord, je pense, nous devons apprendre la langue. alors seulement nous pourrons la proposer à d'autres ....

Je suis toujours prête à démarrer une telle tâche.

Communication durable et Droits linguistiques (le document complet en UEA-Rio+20.pdf )

“Le futur que nous désirons”

“Un nouveau chemin vers un développement durable”

“Que proposez-vous pour les êtres humains en 2030 ?”

C’est par ces questions que les Nations Unies invitent la société civile à formuler des propositions concrètes.

Notre organisation, l’Association Universelle d’Espéranto (Universala Esperanto-Asocio, UEA), s’occupe de la politique linguistique mondiale au sein du concept “d’économie verte”, du droit universel à une communication équitable et de la protection de la diversité linguistique et culturelle.

Etant donné que l’UNESCO proclame officiellement le rôle stratégique des langues dans la lutte contre l’extrême pauvreté et que les langues sont de fait essentielles pour l’identité de chaque individu – en plus d’être aussi facteur social stratégique - notre organisation, UEA, partenaire consultatif de l’UNESCO et en relations officielles avec l’ONU, agit énergiquement pour défendre les droits linguistiques des minorités et des peuples autochtones.

Vu que la discrimination s’étend actuellement au monde entier, nous plaidons pour les droits linguistiques et culturels en proposant l’émancipation du genre humain et une solution durable pour une communication efficace et équitable, répondant concrètement aux recommandations de l’UNESCO pour une seconde langue neutre pour tous.

UEA attend de la conférence Rio+20 une condamnation claire de l’actuelle discrimination linguistique et de l’hégémonie culturelle exercée par les grands peuples sur les petits.

Les langues ont une importance centrale pour atteindre les six objectifs d’une “Education pour tous”, tels que proclamés par l’UNESCO. L’usage généralisé de la langue internationale Espéranto, comme seconde langue, sera éminemment durable de par sa neutralité économique et politique, sa facilité d’apprentissage et son respect envers toutes les langues ethniques dans les systèmes éducatifs du monde entier.

Langue moderne et adaptable aux nouvelles technologies, l’Espéranto a les mêmes objectifs par exemple, que l’actuel outil de traduction automatique de Google (pouvant traiter 64 langues dont l’Espéranto): aider les être humains à se comprendre. Des 6800 langues du monde, l’Espéranto est parmi les cent plus utilisées et il est, sur Wikipédia, en 27ème position.

Pour passer de l’actuelle hégémonie linguistique mondiale à une solution éthiquement convenable, visant une communication efficace, neutre et durable sur une base non discriminatoire, nous avons besoin d’une décision politique forte au niveau international le plus haut, motivée par des considérations de paix et de durabilité.

Pour être acceptable par toutes les nations, seule une langue neutre, non nationale et non ethnique, conçue pour être internationale, pourra résoudre le grand défi de l’humanité pour l’harmonie et l’efficacité de la communication.


Une voie sans issue,

Je ne veux pas vous décourager, mais à mon avis, demander à l'ONU qui représente les États, d'utiliser l'Espéranto est une voie sans issue.

Puisqu'il s'agit du Congrès des Peuples, il vaut mieux inciter le " peuple " c'est-à-dire les simples personnes, à utiliser l'Espéranto entre eux. En raison de ses qualités et de son caractère particulier relativement aux relations directes entre personnes, en raison de son caractère éducatif, il s'agit d'un mouvement pour la réalisation du 8ème objectif du millénaire pour le développement.

Je cite en français un extrait du rapport du Congrès de Hanoï à ce sujet :

  • établir un partenariat mondial de développement avec l'espéranto qui permet d'établir ce lien , non pas entre les états, mais entre les hommes.
  • souligner l'importance du multilinguisme d'un point de vue social, culturel,écologique et éducatif; , en proposant non pas le recours à la langue d'un état mais en favorisant l'espéranto, langue de paix, juste, équitable pour une véritable politique de développement durable dans une société plurilingue

Renée Triolle
24/08/12


  Espéranto et Citoyenneté Mondiale

Cher collègue Joel Luguern,

Je vous adresse mes compliments pour l'idée que vous avez émise, à savoir que les employés de l'ONU auraient à apprendre et à utiliser notre langue neutre espéranto, parce que la situation mondiale concernant la communication internationale ne s'améliore pas, mais encore la diversité linguistique est une barrière entre les gens.Vous nous invitez, les Délégués élus, à aider à la rédaction de cette recommandation. Je voudrais vous donner mes idées sur le sujet.

Il ya quelques semaines, je travaillais dans RIO +20 à la conférence mondiale de l'ONU qui vient inviter à l'humanité de donner des idées nouvelles pour l'avenir de la coexistence humaine. Évidemment, nous espérantophones travaillons activement dans ce milieu, où il a dominé une discrimination linguistique performante, et où la nécessité d'une langue commune était clairement visible et concrète.

Vous voyez, les gens dans la rue sont de toute évidence d'accord avec l'idée d'une langue facile, une langue neutre comme l'espéranto - si l'autre l'apprend.

Les gouvernements du monde entier soutiennent les propositions de toutes sortes liées à l'objet, mais en fait ils utilisent la langue des pays qui ont le plus d'armes, le plus de dollars, le plus de puissance. À l'heure actuelle, c'est l'anglais, auparavant c'était votre français et bientôt ce sera le Chinois qui dominera les marchés.

Parce que la langue est pouvoir et privilège, l' esperanto comme langue solidaire, pacifique, langue simple, humaniste et intelligent,e sans pouvoir politique dans ce moment historique (quand ce sont les banques qui commandent et non le bon sens et l'économie solidaire), n'a pas la possibilité d'être utilisé par ce type de l'ONU incapable même d'arrêter les guerres sanglantes et les intérêts de chacun des pays puissants.

Beaucoup essaient d'adapter les règles internationales qui régissent l'ONU pour promouvoir la démocratie, mais le résultat est bien visible.

Oui, l'UNESCO lui-même appuye et recommande à ses Etats-membres l'usage de l'Espéranto, maix ...

Compte tenu de la situation linguistique actuelle, l'espéranto vit et prospère dans les couches sociales particulières - des gens qui ont du bons sens, de l'idéalisme et de la cohérence. Heureusement, ce groupe connaît une croissance exponentielle à l'heure actuelle en raison de la belle invention de l'internet et je ne peux que vous recommander d'apprendre la langue désormais directement chez vous tout en restant assis dans votre maison, sans avoir besoin d'aller à n'importe quel cours de langue.

Parlant maintenant spécifiquement sur la rédaction d'une recommandation du CONGRÈS DES PEUPLES à ses citoyens du monde, je vous suggère d'abandonner l'idée que les employés grassement payés de l'Organisation des Nations Unies, qui ont peiné pendant des années pour apprendre l'anglais et ont droit maintenant pour cette raison à des salaires privilégiés, se mettraient à l'Espéranto. Ils ne pourraient que rire de notre proposition.(Imaginez les français, les japonais, et les russes pour qui l'apprentissage de l'anglais est difficile)

Par contre, ceux qui au lieu d'en rire, peuvent soutenir la proposition, ce sont les 58 délégués élus et plusieurs milliers d'autres citoyens du monde, qui aujourd'hui utilisent au moins 20 langues nationales différentes et ne correspondent donc qu'avec deux (langue français et anglais) pour parler à leur bureau. Si nous le voulons, nous trouverons un moyen de mettre en place un cours de six mois et nous consacrer à l'étude de l'espéranto - Alors nous serons crédibles, cohérents, solidaires, intelligents et nous donnerons un exemple correct. Un exemple vaut mieux que mille propositions, conseils, suggestions ou recommandations! Il existe déjà une décision formelle quant à l'utilisation de l'espéranto au Congrès des Peuples en 2009, à Brasilia, mais ....

Voyez, nous pouvons déjà dès demain utiliser la traduction intelligente et gratuite de Google Translate, qui utilise l'Espéranto parmi ses 64 langues. Donc, si l'événement en France le mois prochain prenait la décision concrète que les 58 délégués, embryon d'un parlement mondial, montrent qu'ils sont capables de communiquer en ligne avec un langage neutre - alors nous allons faire un grand pas en avant vers un nouvel avenir durable. Et puis, nous pourrons faire des recommandations à nos membres, aux associations collaboratrices (ASCOP) et d'autres ONG.

Rédigez cela de manière concise et nous pourrons donner notre avis. si vous nous envoyez votre nouvelle proposition.

(...)

Ursula Grattapaglia
28/08/2012

 


Vers une ou plusieurs coalitions par Rob Wheeler

Je vous remercie pour votre réponse à mes idées sur le lancement d'une campagne visant à soutenir le développement d'un système plus efficace et plus démocratique de la gouvernance mondiale. Vous avez certainement raison que les campagnes les plus efficaces pour le plaidoyer de la Société civile incluent une coalition ou d'un groupe d'organisations, qui travaillent ensemble pour la même chose. Je crois vraiment que c'est ce dont nous avons besoin et que le Congrès des Peuples pourrait vraiment être utile pour en organiser une.

Je crois que beaucoup, sinon la plupart des améliorations qui ont été apportées à l'Organisation des Nations Unies ont commencé par des campagnes de sensibilisation de la société civile qui ont réuni un bon nombre de différentes organisations.

J'aime aussi votre idée de regrouper différents types d'efforts d'organisations ensemble, à savoir un pour l'établissement d'un Parlement Mondial, l'un sur la réforme des Nations Unies, et l'autre sur la création d'une communauté mondiale des nations démocratiques. Cependant, je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée d'avoir 3 coalitions distinctes. Si possible, je pense que nous pourrions être en mesure d'avoir plus de succès en incluant et en soutenant les 3 initiatives au sein d'une coalition. Toutefois, je reconnais que différentes personnes et organisations ont tendance à soutenir des approches différentes. Donc, si il s'avère que 3 groupes différents de personnes et d'organisations émergent et chacun veut avoir son propre coalition ou un réseau, alors je pense que ce serait très bien aussi.

En tout cas, il est nécessaire que des organisations comme le Congrès des Peuples, WATUN, etc se mettent à l'avant et développent sérieusement une proposition de soutien visant à établir effectivement plusieurs de ces organisations internationales et les moyens pour renforcer et démocratiser notre système de gouvernance mondiale. Encore une fois, la raison pour laquelle je pense qu'il est logique de soutenir plus d'une organisation parce que chacune de ces propositions va attirer des gens et des organisations différentes, et on ne peut vraiment pas dire quel est la voie la plus facile et leaplus rapide pour la création des coalitions et leur mise en oeuvre..

S'il ya un intérêt sérieux à propos de cette idée au sein du Congrès des Peuples, alors je serais heureux d'élaborer une proposition beaucoup plus spécifique et je commencerai à travailler sur l'organisation immédiate et sur les processus de sensibilisation. Peut-être pourrions-nous commencer à travailler sur ce avant et pendant la réunion de Bergerac. Je serais heureux de passer une couple d'heures de travail à ce sujet, par Skype, avec ceux qui sont à Bergerac. Je demande qui d'autre est intéressé par cette idée? S'il vous plaît, faites-le moi savoir.

Rob Wheeler
1/09/2012
Traduction automatique par Google, revue par Daniel Durand.
En cas de doute, il est préférable de se reporter au
texte en anglais


l'ONU, le Congrès des Peuples et l'Espéranto, par Rob Wheeler

Chers Joel, Ursula et ses amis,

Merci à vous deux pour vos propositions et suggestions en ce qui concerne l'espéranto. Je crois qu'il y a, chez vous deux, de bonnes idées, et je tiens à aider les deux. Si nous pouvons convenir d'un ordre du jour commun et si nous commençons une véritable mise en pratique du côté du Congrès des Peuples, alors je serais heureux de prendre un engagement à apprendre l'espéranto. Cependant, autant je voudrais bien pouvoir enfin apprendre l'espéranto, autant je doute que nous puissions accomplir beaucoup, à moins que notre Congrès prenne des mesures concrètes pour développer et mettre en œuvre un certain type d'un programme d'action. Si nous le faisons, je pense que l'apprentissage et la mise en pratique de l'espéranto serait un merveilleux exemple que nous pourrions donner au reste du monde et nous pourrions alors contribuer à inscrire plus de personnes et d'organisations dans l'apprentissage et l'utilisation de la langue. Mais si nous prenons pas d'initiative et si nous ne commençons pas à développer un certain type de programme d'action réelle, alors je doute que cela vaille la peine de passer notre temps tous d'apprendre l'espéranto.

Dans le même temps, je pense que l'appel à l'Organisation des Nations Unies pour faire l'espéranto une de ses langues officielles en demandant à son personnel de l'apprendre et de l'utiliser est aussi une bonne idée. Je doute fort que l'ONU soit d'accord pour le faire de si tôt, mais simplement en faisant cet appel et en communiquant avec le Secrétariat et les missions, etc, nous pouvons aider beaucoup de personnes, en particulier les représentants des gouvernements et des organisations intergouvernementales, à penser à ce sujet et à la nécessité d'un tel langage.

En outre, en faisant cet appel à l'ONU, nous pouvons commencer à encourager de nombreuses ONG à l'ONU pour qu'elles utilisent l'espéranto, et si nous l'apprenons nous-mêmes, cela donnera encore plus d'encouragement pour les autres de l'utiliser ainsi. Aussi, je aimerais que ceux parmi nous, au Congrès des Peuples, qui assistent et participent aux activités de l'ONU, puissent utiliser l'espéranto dans leurs activités. Je serais heureux d'aider toute personne qui voudrait participer aux activités et aux réunions de l'ONU, d'être en mesure de le faire, et je suppose que René ferait la même chose à Genève.

Maintenant, je nous invite à réfléchir pourquoi nous voulons que l'ONU utilise l'espéranto, vu que peu d'Espérantistes participent aux réunions de l'ONU. Personnellement, je pense que ce serait parce que nous voulons donner au monde l'occasion, comme Ursula le suggère, de commencer à utiliser l'espéranto comme langue auxiliaire - ce qui faciliterait à tous la possibilité de se parler les uns aux autres et, vu la rapidité de l'apprentissage de cette langue, cela permettrait à plus de personnes de prendre une part active dans la gouvernance mondiale, etc

Dans cet esprit, je crois qu'il y a plusieurs choses que nous pourrions faire pour soutenir cette idée. Nous pourrions lancer une campagne demandant à ceux qui parlent l'espéranto d'encourager les écoles secondaires et les collèges à proximité de leur lieu de résidence à l'enseigner. Deuxièmement, nous pourrions travailler avec ces personnes pour traduire quelques-uns des principaux documents de l'ONU et des documents importants sur la gouvernance mondiale en espéranto, puis utiliser ces documents et des articles comme une partie d'un cours d'étude.

Troisièmement, si nous apprenons la langue alors nous pourrions inviter les étudiants à venir à nos réunions et à utiliser la langue pour discuter de tous nos sujets.

Quatrièmement, si on lance une campagne pour établir un Parlement Mondial ou un système démocratique plus efficace de gouvernance mondiale et si nous apprenons la langue, nous pourrions appeler ce nouvel organisme à utiliser l'espéranto et l'inclure dans notre campagne de sensibilisation et de documentation ainsi , etc

Ce serait une excellente façon de mettre en place l'utilisation de la langue. Non seulement nous demandons et proposons l'élaboration de meilleures institutions, mais aussi nous utiliser un langage et qui rend la participation beaucoup plus facile pour les gens, quelques soient leur langues maternelles.

Mais à l'heure actuelle, si vous ne parlez pas anglais, il vous est assez difficile de participer à l'ONU et aux autres processus de gouvernance mondiale, mais nous pouvons changer cela si nous donnons le bon exemple et si nous commençons nous-mêmes l'apprentissage et la mise en pratique.

Si nous l'apprenons, nous rendrons nos propres communications au sein du Congrès des Peuples beaucoup plus faciles. Donc, j'espère que nous serons d'accord de faire quelque chose pour soutenir la mise en pratique de cette langue. Soit dit en passant, je serais heureux de travailler avec d'autres sur l'élaboration d'une proposition que nous pourrions ensuite envoyer aux gouvernements, aux organisations de la société civile, aux espérantistes, etc

Rob Wheeler
2/09/2012
Traduction automatique par Google, revue par Daniel Durand.
En cas de doute, il est préférable de se reporter au
texte en anglais


Visibilité et influence

Les idées défendues par les Citoyens du Monde, en particulier le changement de la représentativité des peuples qui est une des clés des changements nécessaires aux niveaux économique, environnemental et social sont hors des radars des principaux médias et donc de la population. L'influence de ce mouvement n'est pas du tout à la hauteur de l'enjeu et pourtant il y a urgence de changer et de prendre la direction qu'il propose. Que faire pour changer radicalement d'échelle en terme d'audience, de visibilité et d'influence ?

Didier - Citoyen du Monde - Le Planétisme

 


Education à la paix - Formation des journalistes

  • Une tribune des peuples du monde, un tribunal de paix citoyen du monde fonctionnant sous le droit coutumier source du droit international au même titre que la CPI
  • l'éducation de la paix et documents d'enseignement pédagogique pour la paix
  • les Ambassadeurs de paix citoyen du monde pour faire avancer la démocratie et intervenir auprès des gouvernements
  • Le fonctionnement des délégués au congrès des peuples et leur réaction face aux états et gouvernement pour l'avancement démocratique dans le monde
  • La formation des journalistes bénévoles, l'obtention des cartes presse de L'amip et le fonctionnement de l'amip

Alain Noël Njiokem Nkwatchou
17/09/12

 


Aperçu structurel

Ce document au format pdf

Session de Paris - Légitimité du Congrès des Peuples - Comités pour le Congrès des Peuples - Comment sont organisées les finances

Le Congrès des Peuples est issu de la réunion de Bruxelles, début mai 1963, avec la participation de 43 organisations mondialistes. Il en est résulté un "Comité pour le Congrès des Peuples" qui a conduit l'institution naissante jusqu'à la session de Paris en 1977, après la 5ème élection. Tout a fonctionné plus ou moins bien jusqu'en 1998, 10ème élection. Puis il y a eu un sommeil jusqu'en 2003. En mars 2003, la réunion de Dijon, présidée par Henri Cainaud, a réveillé le "Comité pour le Congrès des Peuples" et a convoqué la session de Paris en octobre 2003.

1. Session de Paris (Octobre 2003)

Cette session de Paris a été une véritable refondation du Congrès des Peuples qui a pris en compte la société civile mondialiste et l'a intégrée par le vote du 26 octobre 2003. La société civile mondialiste avait toujours été associée aux travaux et aux sessions du Congrès des Peuples.

Dès lors (26 octobre 2003), le Congrès des Peuples se compose de deux branches

  • les Délégués Élus
  • un Forum appelé "Assemblée consultative" ou ASCOP, avec actuellement 110 organisations adhérentes à la "charte" de l'ASCOP.

Chaque branche a son propre "règlement". Cependant, le règlement de Congrès des Peuples inclut l'ASCOP et en organise la présidence (article 10.2). Les deux branches sont donc intimement liées et indissociables.

Les rôles ne sont pas les mêmes :

  • L'ASCOP (le Forum) présente des motions, des recommandations, des résolutions, etc...
  • le corps des Délégués élus, qui est investi de l'autorité conférée par les élections dit le Droit.

Marc Garcet, président de la session et promoteur de cette orientation avait précisé ceci - qui est rapporté dans le compte-rendu : "l'assemblée sera le législatif et le Congrès l'exécutif, l'assemblée pouvant recueillir le soutien des associations intéressées ". Et sous un autre angle de vue, il a ajouté : " le Congrès des Peuples, qui est une préfiguration de la future Assemblée constituante mondiale, est un but, le moyen étant l'assemblée ".

C'est la raison pour laquelle le statut de l'ASCOP est interne au Congrès des Peuples et que toute session du Congrès des Peuples entraîne désormais la participation de l'ASCOP. Celle-ci est en effet bien plus qu'une création du Congrès des Peuples : elle en est, en raison du vote du 26 octobre 2003, indissociable de l'institution, condition même de son existence, condition de la validité de toute session.

2. La légitimité du Congrès des Peuples

La référence juridique du Congrès des Peuples est la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. Cette déclaration n'est pas une convention ou un traité international, mais un acte incroyablement audacieux de ses rédacteurs pour annoncer la venue, sur le plan social et sur le plan international, d'un " ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente déclaration puissent y trouver plein effet ". (article 28) Cet article 28 fait écho au 3ème alinéa du préambule qui affirme comme essentiel que les Droits de l'Homme soient protégés par un régime de droit. Cet ordre sera fondé " sur la volonté du peuple, fondement de l'autorité des pouvoirs publics. Cette volonté doit s'exprimer par des élections ... " (article 21-3). Il est également dit, dans cette même déclaration, que la mise en application des Droits de l'Homme ne se fera que par la volonté " de tous les individus et de tous les organes de la société " (alinéa 8 du préambule).

Cette déclaration a été signée par 191 États, qui, de ce fait, ont reconnu par avance la légitimité d'un organe à surgir du peuple mondial pour la mise en application des droits et libertés énoncés.

Ceci confirme la position juridique atypique du Congrès des Peuples : légitimité donnée par les élections, et acceptée par avance par les États lors de leur adhésion à la charte des Nations Unies et aux documents additionnels dont la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.

Le Congrès des Peuples est régi par un " Règlement " qui prend en compte les trois composantes désignées par la Déclaration : un " ordre " légitimé par des " élections " et fondé dans son travail par la participation de tous individus et organes de la société (Assemblée Consultative)

3. Les Comités pour le Congrès des Peuples.

Cette existence novatrice du Congrès des Peuples ne peut concrètement exister et vivre que si elle s'appuie sur des structures existantes sous des législations " locales " : les banques, les assurances, les organisateurs de congrès, la sécurité ne peuvent être requis dans leurs services que si l'organisation est conforme aux lois du pays où se déroule un événement.

C'est pourquoi dès 1963, le 23 mai, a été constitué un Comité pour le Congrès des Peuples. L'idée générale est que de tels Comités puissent se mettre en place dans tous les pays où cela est nécessaire ou possible. Le principe a été adopté par consensus des délégués présents lors de la session du Congrès des Peuples tenue à Brasilia en mai 2009, et se trouve rapporté au compte-rendu.

A ce jour, il n'existe qu'un seul " Comité pour le Congrès des Peuples " : celui créé le 23 mai 1963 toujours en exercice. Ce Comité est statutairement composé des représentants des trois branches : Deux Délégués au Congrès des Peuples (ou mandatés par lui), deux représentants du Registre des Citoyens du Monde (ou d'un centre affilié), deux représentants de l'Assemblée Consultative.

4. Comment sont organisées les finances ?

Quand on a compris les aspects de légitimité et de reconnaissance du Congrès des Peuples ainsi que des soutiens qui s'organisent autour de lui, l'organisation des finances paraît simple. La session du Congrès des Peuples tenue à Brasilia a d'ailleurs confirmé le schéma suivant :

  • Là où un Comité de soutien au Congrès des Peuples existe de manière légale par rapport à la législation du pays, un compte bancaire est ouvert. Les paiements à provenir de " tous individus et organes de la société " peuvent se faire au nom du Congrès des Peuples.
  • La multiplication de ces Comités de soutien est souhaitable. Cependant, à défaut d'un tel comité, les sommes d'argent payées pour le Congrès des Peuples sont de préférence adressées dans le pays où existe un tel compte pour être versées sur ce compte.
  • Le Délégué aux Finances, élu par le Comité exécutif du Congrès des Peuples gère l'ensemble des sommes mises ainsi à la disposition du Congrès des Peuples.

    Notes

    NB 1 :Le Congrès des Peuples est une institution autonome articulée autour d'un "Règlement". Ce Règlement a été adopté lors de la session de Paris en juillet 1977 ; il a été publié dans le livre "Congrès des Peuples". Ce Règlement a été modifié lors de la session de Paris en octobre 2003. La version actuelle du Règlement a été adoptée par un vote au cours de la session de Liège en novembre 2007.

    NB 2 : La nouvelle structure du Congrès des Peuples est en fait calquée sur la structure de la "Cité Espérantienne" à La Chaux de Fonds, dont Georgio Silfer est l'un des fondateurs en juin 2001. Le Parlement de la Cité Espérantienne est composé de deux branches : le "Sénat" organe élu, et le "Forum", constitué de 33 organisations adhérentes au "pacte" de la Cité Espérantienne. Cet organigramme de la Cité Espérantienne est donc exactement ce que Georgio Silfer et Marc Garcet ont proposé au Congrès des Peuples le 26 octobre 2003 et qui a été adopté.

Le Comité pour le Congrès des Peuples
18/09/2012


Pour la création d'un fonds spécial humanitaire

Chers amis,

il fait bon temps que la majorité de la population de la classa moyenne dans le monde et celle de l'Afrique en particulier ne fait que s'enfoncer dans la misère suite à des multiples raisons qui la secoue. Notamment: la cris économique, la sécheresse, le chaumage, l’accentuation de la pauvreté, analphabétisme, l'insuffisance d'écoles, de centres de formation,etc.

Pour donner réponses à tous ces défis, nous interpellons nos États de fournir beaucoup d’efforts pour soutenir les actions menées par la société civile

Il y a beaucoup d'initiatives qui n'aboutissent pas à leurs objectifs par manque de ressources financières nécessaires. Un autre facteur qui s'avère utile pour la promotion des actions de la société civile, c'est un échange d'expérience entre acteurs de développement des pays du Nord et du Sud.

Autour d'un renforcement de capacité l'on se complète. Du Nord au Sud, il y a plein de compétences e diverses richesses pouvant servir l'humanité. Malheureusement, en grande partie, nous remarquons que ces compétences et diverses richesses ne franchissent pas nos frontières.

De par le monde, il y a des organisations qui sont animées de bonnes fois et prêtes à servir la couche de la population nécessiteuse.

Par manque de fonds de la part de ces organisations, les diverses richesses et compétences se voient bloquées quelques parts. Et la population de la classe moyenne reste toujours isolée.

Voila pourquoi, nous, ALDP, groupe membre du mouvement Emmaüs International au Burundi suggérons qu'il y ait un fonds spécial versé par toutes les nations du monde en vue de soutenir les actions des Asbl C'est appuyé la vie des personnes vulnérables car, les actions faites par nous complètent les actions des gouvernements.

Pour l'ALDP/Emmaus Burundi
KATUMBULU KITUNGANO Anaclet
Président
BP 2724 Bujumbura I


Que les abus commis contre la démocratie et les droits de l'homme s'arrêtent

Quand j’ai reçu le message sur « la contribution » que nous apporterions à la session de Bergerac. Je me suis posé plusieurs questions. En effet, je m’excuse pour m’identifier comme citoyen du monde africain. Sinon j’aurai souhaité que l’on de batte sur la question de « démocratie et des droits de la personne ». Ici je veux dire de son application. Ces droits que l’on qualifie de droits de l’homme s’appliquent différemment selon qu’il s’agit des races. Pour leurs intérêts économiques les occidentaux à plusieurs reprises violent les droits de citoyens africains. Bien que l’on puisse dire que les intérêts économiques soient à la base de leur comportement mais jamais lorsqu’il s’agit des pays occidentaux entre eux, de créer des guerres pour exploiter les richesses que regorgerait un autre Etat occidental….Mais en Afrique on utilise tous les moyens possibles et cela malgré la souffrance des citoyens africains.

Il en est ainsi de la démocratie, j’ai depuis un certain moment remarqué que les principes de la démocratie tels que prônés en occident et par les occidentaux quand il s’agit de les appliquer en Afrique, c’est le contraire qui se vit. Pour bien me faire comprendre, il y a des compromis même que les pays occidentaux font avec les dictateurs africains bien que ceux-ci aient violés à grande échelle les droits de leurs citoyens mais pourvu que ces derniers répondent aux besoins/Intérêts des occidentaux. Ainsi il se fait de garanties aux dictateurs de choisir un pays d’asile pourvu qu’ils laissent le pouvoir. Soit que les dictateurs se voient éterniser au pouvoir même si leurs peuples ne les ont pas élus pourvu qu’ils donne de l’or, le diamant et autres aux occidentaux. Avec conséquence donc les crimes commis par ces derniers resteraient impunis une fois accepté le compromis des pays occidentaux, les populations africaines restent dans la galère éternelle.

Ghadaffi ne mourait plus s’il acceptait la proposition des américains et ne serait non plus poursuivi. Cette même proposition a été faite au Président de Yémen. Pour ne citer que ces deux.

Je voudrais donc qu’au cours de la session que l’on discute des mécanismes que le Congrès des Peuples mettraient en œuvre pour que les abus commis contre la démocratie et les droits de l’homme par les pays occidentaux s’arrêtent.

En quelque sorte, les occidentaux croient qu’ils ont droit à une vie digne que ne doivent avoir les africains.

Alphonse Waseka, de Goma (RDC)
23/09/2012


POUR UNE REFONDATION DE NOTRE ASSOCIATION (texte complet en image pdf )

(...)

En cette période de crise profonde qui ne cesse de prendre de l'ampleur et de s'étendre à presque tous les domaines politique, culture, économie, société, éducation, une crise multidimensionnelle très profonde qui portera atteinte à notre démarche, la démarche de notre association vers un monde uni dans la diversité, le respect et la solidarité et aussi dans le dialogue, l'échange, la complémentarité et le partage.

Il est de notre devoir de penser à une nouvelle stratégie d'action efficace, rationnelle pour sortir notre association de ce ghetto dogmatique des textes, règlements, de situation de stagnation, et de faire parler la majorité silencieuse de nos délégués élus pour un mandat d'action et de persévérance, de proposition et d'action et non pas de silence qui tue toute initiative.

Notre premier devoir est de prendre conscience de notre devoir d'agir et de planifier l'action, les initiatives, de cibler bien les objectifs, de trouver du sponsoring, de moderniser nos façons d'agir, se solidariser entre nous, Délégués, pour répondre aux attentes des citoyens du monde qui nous ont donné leur confiance, donc on n'a pas droit à l'erreur fatale qui est de les décevoir après un mandat ou deux mandats.

La situation est critique, je ne parle pas ici uniquement de la situation internationale, mais aussi de la situation de notre association qui est sensée présenter des projets, des alternatives pour la sortie de la crise et redonner l'espoir, mais pas n'importe quel espoir, un espoir basé sur l'action efficace et la planification stratégique.

Notre association qui est un acteur d'une société civile mondiale, est appelée à jouer un rôle primordial avant-gardiste, et cela ne se passera pas sans le changement des statuts, la fidélisation des membres adhérents et sympathisants, la création d'un mouvement de solidarité entre les membres de notre association, entre les Délégués élus pour leur permettre d'agir en toute liberté et en toute conscience de leurs devoirs.

La situation de notre association est critique et chaotique car après des années d'existence et de labeur des militants de bonne volonté, insuffisante malheureusement pour créer le déclic nécessaire afin de redynamiser notre structure et faire d'elle une structure d'échange et d'innovation en matière de coopération et de partenariat stratégique avec d'autres organisations, associations de cette société civile mondiale en matière d'élaboration de projets et d'actions communes envers les citoyens du monde, envers l'humanité en péril.

Notre devoir de Délégués élus, c'est de faire attention aussi à notre terminologie et mode d'action. Les réseaux sociaux sont très importants mais par suffisants pour mener des actions concrètes, rationnelles, basées sur une démarche participative. C'est pour cela que je demande de :

  • Créer un fonds solidaire avec le Congrès des Peuples pour permettre aux Délégués de s'impliquer davantage, de participer aux séminaires, rencontres et manifestations à travers le monde, afin de contribuer à une diffusion efficace et importante de nos idées. Monopoliser les déplacement et les rencontres uniquement pour quelques personnes est un obstacle pour le développement de notre association et de nos idées.
  • Le mandat de délégué est contestable. Il faut le réduire à 3 ans afin de permettre une alternance démocratique qui portera un nouveau souffle et une dynamique à notre association avec de nouvelles compétences, mais compétences solidaires et porteuses de projets et d'idées.
  • La révision des statuts de notre association est primordiale afin de redynamiser les sections et créer d'autres et s'ouvrir à l'international ; organiser des rencontres et séminaires dans deux pays d'Afrique ou en Belgique et France est un obstacle à notre démarche qui est la citoyenneté mondiale. L'ouverture vers d'autres horizons, pays, est une obligation.
  • Travailler ensemble à être à jour des événements qui secouent notre planète, guerres, catastrophes, conflits, événements heureux ou malheureux par la création d'un comité de suivi d'événements ou observatoire qui sera appelé à communiquer ou à diffuser des communiqués, appels qui reflètera la position de notre association.

Je suis certain que mes observations et demandes seront prises en charge par vous, collègues au Congrès des Peuples ; je salue vos propositions et votre courage de vous réunir à Bergerac malgré l'éloignement et vos engagements. Je suis désolé de ne pas être parmi vous pour partager ce moment d'échanges, de débat, de propositions et aussi d'action.

(...)

 Mr.ABDELLI Mohamed Amokrane .
Militant associatif .
Délégué au Congrès des Peuples.
Étudiant
0698589316


Réponse

Dans une première partie, votre texte fait le constat d'une action insuffisante tant du Congrès des Peuples que de chacun des élus. Je pense que là-dessus chaque délégué peut entendre ce discours et y adhérer partiellement ou totalement.

Dans une deuxième partie, vous apportez des propositions principalement d'ordre structurel. Ces propositions sont faites pour être discutées, mais à condition d'être comprises. Or telles qu'elles sont exprimées, certains troubles peuvent se manifester.

Le travail structurel se fonde toujours sur l'expérience acquise par l'ensemble du mouvement mondialiste, tant en ce qui concerne les expressions et leurs définitions, qu'en ce qui concerne les orientations politiques ou stratégiques.

En ce qui concerne les expressions, les références sont d'une part ce qui est généralement admis par les dictionnaires, et, d'autre part, lorsque l'on s'écarte de ces références, l'enrichissement du lexique mondialiste. En ce qui concerne le mondialisme, la référence lexicale se trouve historiquement consignée dans la brochure n° 15 de la Somme Mondialiste

" Association "

Dans votre texte, vous parlez du Congrès des Peuples comme étant une " association ". En l'occurrence, ce terme ne convient pas. Une partie du trouble dont je parlais ci-dessus provient de l'emploi inapproprié de ce terme.

L'association est une personne morale, de droit privé, issue d'une convention entre plusieurs personnes par laquelle celles-ci mettent en commun leurs connaissances ou leurs activités, dans un but non lucratif. L'association est régie par le droit national (ou local) applicable à l'endroit du siège social.

Le Congrès des Peuples n'est pas une association, mais une institution politique de droit public, à vocation législative, fondée sur la volonté de personnes qui se sont exprimées par des élections. Le Congrès des Peuples est régi par les principes établis dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. Cette Déclaration approuvée par 191 des 194 États membres des Nations Unies, ouvre le champ du droit mondial. Le Congrès des Peuples en a la revendication. Il n'a pas de siège social.

5ème alinéa " Notre association est un acteur de la société ... "

La définition ci-dessus exclut le Congrès des Peuples de la " société civile mondiale ", du moins la composante " élue " du Congrès des Peuples. Par contre l'autre composante appartient à cette société civile mondiale ; il s'agit de l'Assemblée Consultative auprès du Congrès des Peuples (ASCOP).

Statuts ou Règlement ?

Le Congrès des Peuples n'a pas de statuts, mais un règlement. La différence entre " statuts et " règlement " est importante en ce qui concerne la capacité de l'institution à réviser son mode de fonctionnement. Le changement ou la modification des statuts nécessite la tenue d'une Assemblée Générale extraordinaire. Or les fondateurs du Congrès des Peuples sont les 43 organisations qui ont siégé à Bruxelles en 1963 et qui ont confié un mandat au " Comité pour le Congrès des Peuples ". La voie des " statuts " ne pouvait conduire qu'à une situation de sclérose devant l'ambiguïté du fondement de l'autorité : le Congrès de Bruxelles ? le Comité pour le Congrès des Peuples ? les électeurs (par voie de référendum) ?. Cette voie a été abandonnée en 2003. Les buts statutaires ont été intégrés au Règlement, et une procédure de révision du Règlement a été instituée.

Les " membres "

N'étant pas une association, le Congrès des Peuples n'a pas de " membres adhérents ou sympathisants " et n'a donc pas besoin de chercher à les " fidéliser ". Le Congrès des Peuples est constitué de représentants élus par des personnes extérieures au Congrès des Peuples sur la base d'une personne pour une voix. Par contre le Congrès des Peuples ne manque pas de soutiens parmi les électeurs et de nombreuses organisations qui sont en accord avec l'objectif de la démocratie mondiale : l'ASCOP et ses 100 organisations, les Territoires Citoyens du Monde, entre autres.

Le problème soulevé par ce 5ème alinéa est celui de la participation constante des élus aux objectifs du Congrès des Peuples. Les élus en ont pris l'engagement lors de leur candidature. C'est à chacun de répondre à cette interpellation.

Les quatre propositions " Notre devoir des Délégués élus ... "

1. Le fonds solidaire.

Il s'agit ici du budget général du Congrès des Peuples. Les dispositions nécessaires ont été prises lors de la session de Brasilia en 2009. La mise en application passait par la relance du " Comité pour le Congrès des Peuples " mais elle a été retardée pour trois raisons :

  • perte du dossier par la Préfecture de Police de Paris (ce Comité est une association de droit français)
  • obstruction faite par quelques élus qui s'était mis en opposition à la session de Brasilia.
  • absence d'un Délégué aux finances.

2. le mandat

Le Congrès des Peuples est constitué d'élus pour une durée de 9 ans renouvelables par tiers tous les trois ans. C'est la situation depuis 2003 (règlement voté en 2007). Il est intéressant de savoir qu'auparavant la situation était confuse : les textes constituants ne mentionnaient pas de limite de mandat ; certains documents faisaient état d'un mandat de deux ans, tandis que d'autres d'un mandat de dix ans. La décision prise à Liège en novembre 2007 a été de statuer que tous les Délégués élus avant la révision du règlement seraient considérés comme élus à vie.

Cette question touche à deux aspects concrets :

  • l'un concerne la capacité du Comité pour le Congrès des Peuples et de la Commission de Contrôle des Élections à organiser des élections plus fréquemment. Cette capacité n'existe pas actuellement.
  • l'autre concerne la formation des élus. Il est de fait qu'il faut plusieurs années pour bien cerner les tenants et aboutissants de la période actuelle qui est celle extraordinaire de la construction du droit mondial. S'il faut plusieurs années pour se former, il faut aussi plusieurs années pour transmettre le savoir aux nouveaux élus. Neuf ans dans une vie de militant, ce n'est rien.

3. Le choix des lieux

Les séminaires sont le fait de l'ASCOP et plus particulièrement de l'Institut d'Études Mondialistes. Le choix des lieux de séminaires se trouve hors de la compétence des élus du Congrès des Peuples.

Concernant le Congrès des Peuples : il y a des réunions partielles ou régionales, et des sessions (appelées autrefois " réunions plénières ".

  • les réunions partielles ou régionales se font à l'initiative des délégués élus (article 7.1. du Règlement)
  • les sessions (ou réunions plénières de tous les organes constituant le Congrès des Peuples au vu du Règlement) sont convoquées par le Comité Exécutif du Congrès des Peuples.

C'est intentionnellement que le Règlement ne précise ni la périodicité ni le roulement dans le choix des lieux. Ceux-ci sont de la responsabilité du Comité Exécutif. Sans que cela soit un élément de règlement, la proposition est que les sessions aient lieu tous les 18 mois, à chaque fois dans un pays différent et sur un continent différent. La préparation d'une session du Congrès des Peuples nécessite l'existence d'un comité local d'organisation.

4. Comité de suivi des événements

Cette proposition est conforme au paragraphe 7 du Règlement.

Daniel
29/09/2012

Réponse de Rob Wheeler

(...) Vous avez certainement raison que nous sommes maintenant dans une période de crise profonde et croissante, et qu'il est essentiel que l'humanité et la société civile de prendre des mesures beaucoup plus efficaces pour changer cela. Et avec ce que l'ASCOP et le Congrès des Peuples n'ont pas été l'accomplissement de leur véritable potentiel, ni pris suffisamment de mesures au niveau mondial, ni établi les programmes et les initiatives nécessaires.

Je vous remercie de vos suggestions sur ce qu'il faut faire à ce sujet. Toutefois, un des problèmes est d'abord de trouver un accord sur ce que nous pouvons essayer de faire, de sorte que nous le soutenons tous et que vous contribuiez activement à celui-ci. Espérons que, après la réunion de Bergerac, nous serons en mesure de le faire.

Ensuite, vous laissez entendre que nous allons créer un fonds de solidarité afin que davantage de personnes puissent participer plus équitablement et activement, limiter la durée du mandat des délégués à 3 ans, afin que nous organisions des événements auxquels pourront participer des gens de partout dans le monde , et d'approfondir notre compréhension d'une manière forte et puissante en réponse à l'actualité et aux défis mondiaux.

Ce sont des suggestions les plus importantes en effet. Mais je pense que nous pourrions avoir besoin d'examiner les choses plus profondément pour trouver les meilleures solutions. De mon côté, je suis encouragé par l'une des recommandations et programmes qui semblent provenir de la réunion Bergerac. Je comprends que les participants à la réunion, ont accepté de donner suite à la proposition de créer un Parlement mondial constitué par les peuples du monde, et de répondre à l'appel suggéré par Francisco Plancarte - ParMun, où dans le monde peut être un délégué celui qui obtient initialement 1000 personnes à signer au pour soutenir leur participation.

Avec une telle proposition nous pourrions bientôt accroître la participation bien au-delà du nombre d'entre nous qui sont délégués au Congrès des Peuples existant et accueillir et intégrer les gens de partout dans le monde. (...)

Si l'on ajoute à cela l'apprentissage et l'utilisation de l'espéranto, cela devrait permettre à la plupart des gens du monde entier de participer activement à notre effort d'organisation un Parlement Mondial des Citoyens.

Ensuite, en ce qui concerne votre suggestion de créer un fonds de solidarité, si nous pouvons obtenir que 200 personnes trouvent chacun 1000 partisans, nous aurons alors 200.000 personnes qui suivent et soutiennent nos efforts de recrutement. Avec 1000 délégués, nous aurions 1 million de personnes. Si nous demandons ensuite ces 1 million de personnes de contribuer à un fonds de solidarité nous pourrions commencer à faire un peu d'argent. De même, on pourrait permettre aux délégués de demander à leurs partisans de soutien, si nous pouvons mettre en place des garanties suffisantes et dispositions visant à assurer la transparence et éviter la corruption, etc

Par exemple, les fonds qui sont envoyés en réponse à de telles demandes peuvent être envoyées à une comptabilité centrale et / ou régionales qui sont surveillés par un comité de citoyens responsables qui auront à rendre compte de tous les fonds reçus et transmettre les sommes reçues aux personnes désignées à cet effet

En créant un tel système que nous pourrions être en mesure d'aider à créer une plus grande transparence financière dans le monde entier

Si quelqu'un qui accepte de défendre et ne la mission et le but du parlement des peuples du monde (ParMun) peut devenir un délégué tout en s'inscrivant 1000 supporters, il ne sera pas tellement d'importance combien de temps la longueur ou la durée du mandat est. Toutefois, la nouvelle organisation et le corps devrait être confiée la tâche de prendre des décisions à ce sujet et de revenir sur la situation et les règles que l'on voit à quel point il est tout de travail.

Si l'on peut vraiment obtenir un millier de personnes pour obtenir un millier de supporters, alors nous aurons suffisamment de délégués pour mettre en place des comités de travail et activement et sérieusement couvrir tous les domaines, et de développer des moyens d'inclure la participation de nos partisans, ainsi que la grande société civile dans nos délibérations.

Et si nous pouvons trouver à la fois les délégués et partisans de partout dans le monde, alors nous pouvons aussi commencer à tenir les deux réunions régionales et mondiales et d'événements partout dans le monde ainsi. En outre, avec le développement d'Internet et des autres moyens de communication web, forums, chat room service et un service de conférence téléphonique, etc nous devrions être en mesure de développer un grand nombre de façons de développer et inclure la participation active et le meilleur de la société civile en général dans le processus, sans jamais avoir à quitter leur bureau ou à la maison.

En effet, je connais deux efforts d'organisation qui ont été l'élaboration d'un plan pour faire ce genre de choses que nous pouvons potentiellement aider à se développer et grandir et s'associer. Ce serait les traités des peuples développement durable (qui ont été élaborés en collaboration avec la Conférence Rio +20 Sommet de la Terre) et de l'Initiative cercle grandissant qui espère et entend faire participer la population mondiale dans un processus de croissance et l'expansion des cercles de façon à mieux répondre aux défis essentiels de notre monde et à développer une approche plus proactive et réussie du Mouvement mondial des citoyens. Voir: http://sustainabilitytreaties.org et http://www.wideningcircle.org.

J'ai été impliqué et je peux aider à développer une relation avec ces deux processus d'organisation, mais je dirais que dans un premier temps nous devons aussi développer un traité des peuples qui met l'accent sur la nécessité et les avantages de la création d'un système plus efficace et plus démocratique de la gouvernance mondiale - qui pourrait alors inclure notre proposition et le projet ParMun, ainsi que les efforts visant à améliorer le fonctionnement de l'Organisation des Nations Unies et d'autres initiatives de même.

Ok, merci encore pour vos suggestions Abdelli. J'espère que d'autres répondront favorablement aussi bien et que nous pouvons tous unir maintenant pour développer et créer des programmes plus efficaces et des activités à travers l'ASCOP et le Congrès des Peuples.

Cordialement,

Rob Wheeler
29 septembre 2012


La validité d'une session est acquise par la pleine participation de l'Assemblée et des Délégués élus

Au sujet du site