plan de cette partie du site - -

Registre des Citoyens du Monde - Assemblée - Délégués élus

Esperanto

Français

English

Les titres - Au jour le jour - Libres propos - Autres publications

comptes-rendus et messages

2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 -2015 - 2016

Un redeveloppement et un concept politique plutôt fédéraliste- messages à Ugo

Me sentant moi-même citoyen du monde autant que citoyen français, mes recherches sur le net m’ont conduit à votre site. J’ai pris le temps de lire le contenu relatif aux fondements de votre organisation, ainsi qu’aux différentes actions que vous menez. Cela m’a bien sûr intéressé, et je pense partager votre point de vue sur la plupart des sujets abordés. Néanmoins, quelques questions me sont venues en consultant ce site :

- êtes vous réellement contre l’existence de frontières entre les Etats ? Ne pensez-vous pas qu’elles préservent ces derniers d’une potentielle tyrannie d’un "super-Etat", si ce dernier devait s’imposer au monde ? En effet, ce super-Etat serait forcément le seul à décider... Par ailleurs, ne pensez-vous pas que les frontières préservent, d’une certaine manière, les spécificités culturelles ?

- êtes vous une organisation politique, destinée à être représentée dans les différentes élections démocratiques, ou bien une ONG ?

Je vous remercie par avance de bien vouloir m’éclairer sur ces quelques zones d’ombre. Le combat que vous menez est juste. Les fléaux que sont la faim, la soif, la guerre, le non-respect des Droits de l’Homme, le manque d’accès à l’éducation, le réchauffement climatique sont des priorités absolues. Ils doivent être considérés comme tels par nos dirigeants, et seules des mesures unanimes et s’imposant à tous sans exception permettront d’y mettre fin.

- la question des frontières. S'il est vrai que sur le plan philosophique et à titre symbolique ce ne sont pas les limites et les murs qui peuvent empêcher les idées de circuler et les Hommes de chercher à se rencontrer, il est tout aussi vrai que les frontières peuvent avoir d'autres rôles à jouer d'un point de vue administratif et culturel. Des citoyens du monde peuvent se dire "sans frontières" - c'est un choix - d'autres se disent "fédéralistes" - c'est un autre choix, et c'est du dialogue entre les tenants de ces deux positions que pourra naître une formulation acceptable à inscrire dans la constitution mondiale. Quant au risque d'un "super-État, la question a déjà été répondue, voici bien longtemps et se trouve par deux approches, l'une dans le texte http://www.recim.org/cdm/nst-fr.htm, l'autre dans le texte http://www.recim.org/cdm/kial-fr.htm à la 8ème question.

- Un concept politique Savoir vivre en paix ensemble sur la planète ne peut relever que de l'application d'un concept politique au sens premier du terme. Il s'agit bien d'une vision politique pour l'ensemble de l'humanité, fort éloignée, ou complémentaire des options politiques travaillées dans tel ou tel pays ou dans telle ou telle région. Nous sommes "citoyens du monde" avant tout. Les citoyennetés nationale ou locale ne sont que le fruit du hasard quant au lieu de notre naissance ou notre filiation. Oui, nous avons un but politique qui est celui de donner au monde la constitution qui règlera le savoir-vivre ensemble au niveau de la planète. En dehors de ce tronc commun à tous les citoyens du monde, chaque citoyen est libre de mener les combats qui lui semblent justes et appropriés à l'endroit où il se trouve ou au milieu dans lequel il vit. La citoyenneté mondiale n'est pas un mouvement, mais une identité qui est porteuse en elle-même de vouloir construire le monde en tant que "cité". Il n'y a donc aucun mot d'ordre, ni aucune stratégie hégémonique. Il y a un travail d'éducation à la citoyenneté et au civisme du local au mondial afin d'éveiller les consciences à cette nécessité supérieure que constitue la culture de paix.

Le Registre des Citoyens du Monde est un service d'état civil mondial, chargé de reconnaître à ceux qui en font la demande leur identité de citoyen du monde, chargé également d'établir des listes électorales mondiales afin de faire surgir du peuple mondial l'autorité nécessaire à l'application de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, ainsi que le prévoient plusieurs articles ou alinéas de cette déclaration.

J'ai récemment lu votre article "Serment de Paris - Cop 21" du 12 décembre. Je suis complètement d'accord avec vous sur le fond. Néanmoins, au vu des urgences locale (percée du FN qui a failli avoir plusieurs régions, dont la mienne...) et mondiale, il me semble qu'une force politique alternative, telle que la votre, doive s'élever le plus rapidement possible. Je ne pense pas qu'être présent et discuter à quelques forums sociaux soit suffisant pour réellement changer les choses. A mon sens, il faudrait nécessairement être présent à l'échelle nationale, voire locale pour impacter efficacement sur les mentalités et les décisions mondiales. En clair, je pense qu'une action politisée au plan national est indispensable.

Tout d'abord l'article "Serment de Paris - Cop 21" n'est pas de notre écriture, mais de celle d'un atelier citoyen actif à Paris lors de la COP-21. L'AMIP (Agence Mondialiste d'Information et de Presse) a repris cet article puisque la mission de l'AMIP est celle redéfinie lors de la session du Congrès des Peuples à Brasilia en mai 2009 :

L'AMIP a le projet de fédérer toutes les informations mondialistes, les provoquer et en assurer la diffusion

Le Congrès des Peuples regroupe 152 organisations de 23 pays. Nous menons cet effort d'établir des liens entre toutes les organisations qui sont en accord avec l'objectif d'une constitution mondiale et d'un parlement mondial.

Cependant le mondialisme démocratique est un objectif commun à plus de 600 autres organisations ; il y a là un travail important à réaliser pour mettre toutes ces organisations en lien, au-delà des frontières, au-delà des langues et des cultures.

Parmi ces quelque 750 organisations (et plus, certainement) quelques unes travaillent à des niveaux locaux ou régionaux (l'Europe est une région du monde). Il y a notamment l'Union des Fédéralistes Européens (U.E.F.) dont tous les animateurs sont des citoyens du monde enregistrés. La section française de l'U.E.F. a pour devise "une Europe unie dans un monde uni". De fait, les Fédéralistes Européens sont une branche issue du Mouvement Fédéraliste Universel depuis le congrès de Montreux en 1947. La partie de votre message relative au FN converge vers des analyses de l'U.E.F. et vers des actions menées depuis longtemps par cette organisation.

Cependant, nous n'en restons pas à des forums. Notre ambition est de rechercher les nouvelles formes de solidarité et de les expérimenter pour en tirer des enseignements. Il en est ainsi de plusieurs organisations spécialement agréées par le Congrès des Peuples : Corps Mondial de Secours, Action d'Urgence Internationale, Solidarité Mondiale contre la Faim. Il en est ainsi également d'autres organisations particulièrement actives, telles que les Jeux Mondiaux de la Paix, ou telles que les expériences menées à Alto Paraiso (Brésil) à Lomé (Togo) : Institut Zamenhof, à Goma (R.D.Congo), à Lucknow (Inde) : plusieurs écoles citoyennes du monde ; mais aussi à Mulhouse, et à Bâle (Suisse), expériences dont il est fait état dans le compte-rendu de la réunion de l'Assemblée le 26 janvier 2013 : http://www.recim.org/ascop/pr25-fr.htm#mcm ... et je pourrais continuer ainsi.

Le Congrès des Peuples, par son Assemblée des Citoyens du Monde, mène bien d'autres études ou projets :

  • un projet de riposte aux crimes commis contre les populations qui vivent dans des pays d'intérêt stratégique (situation géographique ou richesse du sous-sol) ;
  • une participation aux campagnes pour une Assemblée Parlementaire Mondiale
  • un soutien très engagé au Tribunal citoyen contre Monsanto (octobre 2016)

Sur le plan local, en France, nous avons d'autres potentiels en redéveloppement : ce sont principalement les "Territoires Citoyens du Monde", puisqu'on dénombre, en France, environ 360 communes qui se sont déclarées "Territoires mondiaux liés à la communauté mondiale"dans 31 départements. Le mouvement était parti de Cahors en 1949. En 2009 la commission des "mondialisations" (ce terme "mondialisation" a été inventé à Cahors en 1949) est devenue "Conseil des Territoires Citoyens du Monde". En 2014-2015, à Cahors et dans la vallée du Lot ont été menées différentes activités menées par le Musée Henri Martin de Cahors (exposition de 3 mois qui a vu la visite de 4000 personnes) et par quatre associations Citoyennes du Monde : "Cahors-Mundi", "La Rose Impossible" (projet de la maison d'André Breton à Saint-Cirq Lapopie), Les "Sentinelles de la Paix" tout au long de la "route mondiale n° 1", et le collectif "Route sans frontières" à Gramat. De même plusieurs activités ont eu lieu et se poursuivent actuellement à Ungersheim (Haut Rhin) qui est à la fois Territoire citoyen du monde et Ville en transition.

Au Sénat, à Paris, nous avons mené fait deux conférences conduites par des sénateurs Citoyens du Monde :

  • Hommage à Albert Camus, le 14 janvier 2014, avec le sénateur Joël Labbé (Morbihan).
  • Quelles réformes pour les Nations Unies, le 14 avril 2015, avec les sénateurs André Gattolin (Hauts de Seine) et Joël Labbé

... mais en ces temps difficiles, ce sont souvent les mêmes qui font tout. Nous manquons de bénévoles.


 


Globcal - message à Olivier

En partant du bas de ce message, tu pourras avoir une idée de la problématique que soulève le Colonel Wright.

Messages : 1, 2, 3, 4

Il semble être très attaché au principe de l'état-nation souverain (traité de Westphalie) et à son intouchabilité. Si j'ai compris, il constate que notre proposition d'une ONU-3 supranationale (il n'écrit pas ces mots) serait contraire au au traité de Westphalie, et donc illégale. Par contre, il met en avant des principes hérités à la fois du fédéralisme et du christianisme, à savoir que la souveraineté initiale appartient à l'homme (qui est, par le baptême, prêtre, prophète et roi). Sa proposition m'apparaît donc comme essentiellement spirituelle. Ceci dit, je ne m'explique pas pourquoi il veut créer un "registre de citoyenneté globale".

Apparemment le Colonel Wright est un personnage généreux, avec de grandes idées, mais quand on voit son parcours personnel (https://about.me/problemsmith?promo=email_sig), ce qui frappe, c'est qu'il passe d'une expérience à l'autre sans prendre le temps de consolider ce qu'il a entrepris.

Il aborde aussi la question de la sémantique : il dit que les Citoyens du Monde utilisent des mots en contresens ; il dit avoir étudié la proposition des Citoyens du Monde, mais il ne donne pas les références des livres ou sites étudiés. Or une recherche en anglais sur Google des mots "world citizens" donne une foule de réponses avec lesquelles nous ne sommes pas forcément d'accord.

En conclusion : l'initiative de Wright ne me semble pas ouvrir l'ère nouvelle dont il rêve, et je serai fort étonné qu'il s'engage à réellement collaborer avec nous, quoiqu'il l'envisage. A suivre, sans se faire d'illusion.

haut de page30/10/2015 : message de Col. David J. Wright

Thank you for the email. I do not doubt that your 60 year effort is worthwhile and very well intended. The basis for our development at Globcal is extraordinarily profound. When I performed the research which I recently completed my mission was to examine all the projects including yours from an objective and politically neutral point of view to discover the flaws and errors that each effort made.

There are a number of legal terms that are not well understood by yourselves and most other people these secrets are in maritime and admiralty law. They go back to the days before Westphalia and state sovereignty.

It was my intention to work together somehow and reveal an instant solution through our project which perhaps could even be shared and consolidated with yours, perhaps under your management. Our project involves much much more however and is a legal but very complex process and understanding to make it real for each person individually. I happen to understand many things from well noted world leaders about the 8 other global projects involving this matter and know which ones have the best chance.

There are legal problems with your own individual process that prevent the court from acknowledging your ideal and makes it basically illegal because the most powerful people in your state are legal corporations, other than that you must consider the ownership of your selves as citizens of France and other countries.

The problem is I have no way or legal authority to communicate with you some of these matters. I wish you all the best of luck.

haut de page28/10/2015 - message à Col. David J. Wright

J'ai apprécié votre réponse. Celle-ci montre une approche originale de la mondialité, nécessairement diverse.

Je réagis cependant au terme "illégal" qui est beaucoup trop fort. L'action des Citoyens du Monde et du Congrès des Peuples ont le plus grand respect pour la loi. Mais cette loi n'est pas complète, car il y manque le niveau mondial de la loi. Les accords internationaux ne sont pas la loi d'une part parce que les États peuvent révoquer à tout moment les accords et traités, et d'autre part parce que l'autorité vient du peuple " 3. La volonté du peuple est le fondement de l'autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s'exprimer par des élections " (article 21-3 de la DUDH)

Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, les guerres "légales" ont tué plus de 60 millions de personnes. Ne manquerait-il pas un niveau à cette loi ? un niveau mondial et supranational. C'est ce à quoi travaillent les Citoyens du Monde et le Congrès des Peuples sur la base de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, qui est le fondement de la loi mondiale. Cette déclaration a été adoptée par 191 États (sur 194).

Notre action n'est donc pas "illégale", mais "novatrice".

Les concepts du Registre des Citoyens du Monde et ceux de Global Citizenship Registration me semblent assez proches l'un de l'autre sur l'essentiel qui est la dignité, la mondialité et la souveraineté individuelle de chacun et c'est pourquoi j'ose espérer que l'avenir nous offrira des occasions de collaborer.

I appreciate your response. This shows an original approach to the globality necessarily diverse.

However, I react to the term "illegal" is too strong. The action of World Citizens and People's Congress have the utmost respect for the law. But this law is not complete because it lacks the world of the law. International agreements are not one hand the law because states may at any time revoke the agreements and treaties, and secondly because the authority comes from the people : "

"The will of the people shall be the basis of the authority of government; this will shall be expressed in periodic and genuine elections" (http://www.un.org/en/documents/udhr/#a21 )

Since the end of World War II, the "legal" wars have killed more than 60 million people. Do not miss it one level to this law? a global and supranational level. This is what the work of World Citizens and the People's Congress on the basis of the Universal Declaration of Human Rights, which is the foundation of global law. This declaration was adopted by 191 States (out of 194).

The concepts of the World Citizens Registry and those of Global Citizenship Registration seem fairly close to one another on the essential that is, dignity, globality and individual sovereignty of each and that is why I dare hope that the future will offer us opportunities to collaborate.

26/10/2015 : message du Col. David J. Wright

We have Daniel, we have examined it very well! It is illegal because of the initial actions of its creators under the law. The ideal of Westphalia and international law must be understood and dealt with. Our project is an actual complex legal process, not a state of mind or dignity of idealisms.

The state of global citizenship is a sovereign state of being. I love what you all have done, but in reality it is illegal because it changes the law, our state of ideal existence is based on contemporary law and the Hague. As I say it is very complex and involves individualism and personal human rights. Our program does not replace national citizenship we add to it while we diminish the power of the state over their individual.

haut de page26//10/2015 : Message à Col. David J. Wright

En écho à vos informations, je vous prie de considérer l'engagement du Registre des Citoyens du Monde, créé en 1949.

Echoing your information, I ask you to consider the commitment of the Registry of World Citizens, created in 1949.

Citizen of the World is any person who acknowledges his membership in the global community, is in conformity with this identity, calls that global problems are the responsibility of democratic global institutions

Registration as a world citizen is the basic step for the individual who recognises that the time has come to organise the world as a whole and undertakes to work for that new world.

The world citizen is a person who feels his solidarity with all others, who is convinced that world security cannot be assured by rival sovereign nations and who believes the only way to save humanity is to substitute world order for the present international disorder.

TO THIS END, HE OR SHE DEMANDS :

  • world laws to guarantee to individuals and peoples their basic needs.
  • world institutions to draft, enact and enforce these laws.
  • a peoples' world convention, democratically elected by the peoples of the world, with the responsibility of defining and establishing the first world institutions.

MUNDIALISM

MUNDIALISM is all the ideas and actions expressing the solidarity of populations of the globe and aiming to establish institutions and supranational laws of a federative structure common to them, while respecting the diversity of cultures and peoples.

MUNDIALISM is also a scientific approach to social and inter-individual phenomena as seen from the world point of view.

MUNDIALISM is striving to propose a new political organization of humanity involving the transfer of certain parts of national sovereignty to a World Federal Authority capable of solving, by majority decisions, the problems which call into question the future of the human race, such as : hunger, war, pollution, over-population and energy.

The requirements of MUNDIALISM will not be satisfied with the obligations of international treaties or agreements that lack the force of law.

haut de page

26/10/2015 : message de Col. David J. Wright

Please accept this special invitation to become one of the "first 1000" "legally eligible and acknowledged" Global Non-State Citizens through our Global Citizenship Registry in Jämjö, Sweden. Please join us today! Those who join early will be offered special opportunities and discounts world-wide.

Global Citizenship - In broad usage, the term global citizenship or world citizenship typically defines a person who places their identity with a "global community" above their identity as a citizen of a particular nation or place. The idea is that one’s identity transcends geography or political borders and that the planetary human community is interdependent and whole; humankind is essentially one. The term has use in education and political philosophy and has enjoyed popular use in social movements.

Recently our organization announced we discovered a hidden reality and sovereign legal status normally accessible only to elected officials, celebrities, corporate executives, international authorities and others who have dual-citizenship. Some of the information is so sensitive, detailed, and complex from a legal perspective we cannot publish it online.

http://tinyurl.com/globcalization

Our project will take this knowledge a step further through the creation of an international (global) identification through a cooperative member/ownership program where each person is an equal stakeholder.

Now with your help over the next 15 years "all those who are willing to understand it well will make it happen." If we do it correctly (you) each person involved will be forever known for having a part in the making of global citizenship legal and the associated consciousness movement involving a personal independent sovereign state of being. Just like the indigenous peoples of the world.

This status is perfect and delivers a great deal of privileges, rights, and benefits for anyone who is a freelancer, independent, an expat, travels frequently, is a traveler, participates in expeditions, appreciates cultural diversity, a graduate professional, or anyone else who likes the ideal. There are medical, travel, personal and special benefits that cannot be offered by nations or state-based organizations.

We really need open-minded, non-political, good-natured, intellectuals, mature people who are honest, and individual independent thinkers and idealists as our first members to establish a non-governmental offshore cooperative (non-state organization) which all members equally wholly-own free of national discrimination. We base our development in globalization, human rights, personal freedom, and laissez-faire neo-liberalism.

In November we finally begin the formal introduction with an up-to-date program that will allow those who join our cooperative and order a special bio-metric credential product we have under development (ePassport) to have the ability to take a new found control over their legal status, identity, character, and personality in concordance with the UN and those treaties that form the body of international law. The project we are developing will provide exclusive access for members to nation-states as special non-governmental visitors and as global citizens.

Our formation is very similar to other organizations which are non-state actors (NSA)s and international non-governmental organizations (INGO)s like Greenpeace, the World Nature Organization, and Amnesty International.

Many of these larger organizations and corporations may also soon offer global citizenship programs. Beginning January 01 international law will permit many of them such as the World Wildlife Fund, IUCN, UNESCO, and the Knights of Malta already have them prepared or/in place exclusively for their officials, employees and high ranking officers.

Only Globcal International will offer a cooperative global ownership program, all others are all based on a corporation style hierarchies like the United Nations which we may need for everything except, administering our personal identities.

Our organization believes all global citizens should be equal, they should have equal opportunity, equal education, and have an equal share of both responsibility and rights upon planet earth during our lives.

Join us early by declaring that you are a global citizen by signing our exclusive non-governmental non-state registry today in Sweden. The one-time fee of 13 Euro (approximately $15 US Dollars) will entitle you to exclusive library access, a certificate of registration, and a global citizenship id card.

Please network with us too, despite some incomplete updates on our webpage new pages are being published everyday, all of our links are working and most have been online for several years gearing up to provide this opportunity. Follow and watch for our new articles and the release of final developments!

Feel free to contact me personally, network with me on Facebook or Google and to ask any questions or request information about upcoming articles that explain the process or for progress updates.

Don't forget to meet Silvanna, the First Official Global Citizen on our blog that worked with us as our model for our project.


Paris, le 2 septembre

Je t'envoie ce message uniquement pour laisser une trace écrite de notre entretien du 2 septembre dernier.

De ton côté :

  • Pôle-emploi : reprendre contact avec la personne qui nous avait reçus le 27 juillet, car le contrat et le dossier sont restés sans suite.
  • Mairie - 13ème arrondissement : contacter la personne responsable du monde associatif pour vérifier que le Registre des Citoyens du Monde y est bien identifié. ; demander une salle pour 20 à 30 personnes pour la 2ème quinzaine d'octobre.
  • Préparer une liste de personnes et d'associations à inviter pour une Assemblée Générale se situant à peu près dans le cadre de la semaine d'action pour un parlement mondial.

Ultérieurement :

  • une conférence pourra être organisée à Paris par Michel Auvray sur la période 1948-1950 et les mondialisations de Cahors et d'une multitude d'autres communes du Lot. (Janvier ou Février 2016)

De mon côté :

  • je dois faire une lettre à la MAIF pour expliquer la position du Registre par rapport à la plainte déposée par Bernard Cogneras.
  • je finalise le bilan intermédiaire relatif à la subvention obtenue du Sénat.

Information complémentaire : Roger Winterhalter a un agenda alsacien très chargé au cours du mois d'octobre. Il n'envisage pas de venir à Paris fin octobre.
J'attends de tes nouvelles. Je suis prêt à venir à Paris dès que tu me fais signe, (excepté ce jeudi 17 et ce vendredi 18).


Appel de Mme Suzanne Nkwatchou

Voici quelques minutes, j'ai reçu un appel de détresse de Mme Suzanne Nkwatchou, mère d'Alain-Noël. La communication a été très courte, mais assez pour qu'elle puisse me dire qu'Alain Noël était toujours en prison, et qu'elle se trouvait en grande difficulté.

Par ailleurs j'ai reçu un message de Maître Valère Nguegang qui explique qu'à l'audience du 7 juillet, les plaignants ne se sont pas présentés et pour cette raison l'affaire avait été reportée au 4 août ; mais que le 4 août, à nouveau, les plaignants ne se sont pas présentés. Maître Nguegang dit que l'affaire est désormais en délibéré pour être publiée le 18 août.

Je rappelle ici que cette affaire existe en raison de services qu'Alain Noël a rendu dans le cadre de World Service Authority et pour lesquels les plaignants n'étaient pas satisfaits. Cette affaire ne concerne pas du tout le Registre des Citoyens du Monde, mais le Registre s'en est trouvé sali à Nkongsamba. Quoiqu'il en soit, nous ne pouvons pas laisser nos amis dans cette situation de détresse et de désespoir. La priorité des priorités est de réussir à faire sortir de prison Alain Noël et son camarade Bernard Fondjio. La solidarité s'impose entre nous tous et c'est le sens de ce message.


Gramat les 7, 8 et 9 août 2015

A Gramat (Lot, France) La projection du très long film "Le Voyage" (14 h 30) s'est très correctement déroulée dans une ambiance conviviale avec une participation oscillante entre 20 et 50 personnes selon les périodes. Le fils du réalisateur était présent, ainsi que deux autres personnes qui avaient contribué à cette réalisation au milieu des années 80. Les sujets traités restent d'actualité : objectifs militaires aux dépenses faramineuses avec, en contrepoint, le secret, le mensonge pour tous, et la misère du plus grand nombre.

Cette projection programmée sur trois journées était entrecoupée de débats, de pauses parfois musicales et de repas partagés. La conférence de Michel Auvray et le débat qui a suivi avec moi-même ont vu la participation de 45 personnes. Le collectif qui avait organisé cet évènement à Gramat avait pris le nom de "route sans frontières" en référence directe avec l'expérience unique vécue dans le Lot en 1949 et 1950, et qui reste encore gravée dans la mémoire collective des Lotois. C'était le sujet de la vidéo-conférence de Michel Auvray, chercheur, qui vient juste de passer deux années à compulser un grand nombre d'archives conservées dans le département. Le débat qui a suivi était plus orienté sur ce qu'est la citoyenneté mondiale aujourd'hui.

Remerciements particuliers et félicitations à Michel Lablanquie qui a certainement été la cheville ouvrière de l'évènement couronné de succès.


haut de page

Paris le 27 juillet 2015

  1. Formalités
    • au Crédit Coopératif (rue de la Tombe-Issoire, 75014) pour le Comité pour le Congrès des Peuples. Echec. Il fallait se mettre en relations avec le système de télé-agence. Daniel se renseignera auprès de l'agence d'Angers du Crédit Coopératif pour étudier une alternative plus humaine.
    • à Pôle-Emploi (75013) pour le renouvellement de contrat de Laurent. Dossier accepté par la personne qui nous a reçus. Une contre-signature est attendue de la part d'un responsable de cette agence de Pôle-Emploi. Daniel Durand est marqué comme "référent", en raison de l'absence de Pili Serra, sur qui nous comptons pour le suivi.
    • par téléphone à la BOA-France (question concernant SMF à Bobo Dioulasso)
  2. Rencontres avec :
    • Marie-Françoise : remise de 20 exemplaires de la brochure de l'évènement du 14 avril 2015. Marie-Françoise se déclare prête à accompagner Laurent dans la rédaction ou la relecture de documents.
    • Laurent :
  • bilan Sénat
    Laurent passera les 15 premiers jours du mois d'août à finir le rapport intermédiaire qui doit être remis à Joël Labbé.
  • Assemblée Générale de cdm Paris-13)
    Durant la 2ème quinzaine d'août, Laurent contactera toutes les associations membres de l'ASCOP (Assemblée des Citoyens du Monde) de la région parisienne, ainsi que tous les citoyens du monde d'Île de France enregistrés au local depuis 2011 pour l'organisation d'une Assemblée Générale du Centre de Communication et pour la création d'un véritable collectif parisien de l'ASCOP. Laurent contactera la mairie de Paris-13 pour obtenir une salle de réunion.. Daniel fournira l'attestation d'assurance. Cette Assemblée Générale aura lieu à une date à déterminer en octobre prochain.
  • Projet de formation (Laurent)
    Le programme de formation joint au dossier remis à Pôle-Emploi comprend 1) formation à l'animation de réunion et à l'animation d'une équipe de bénévoles avec délégation des responsabilités, 2) formation en gestion comptable - comptabilité simple pour petite association ; appropriation de l'outil "Dolibarr" sur les questions de l'enregistrement et de la comptabilité associative. 3) Remise à niveau en anglais et apprentissage de l'Espéranto.
  • Alternatiba : Laurent participe à l'élaboration du programme définitif de l'évènement des 26 et 27 septembre. La participation de Joël Labbé, Délégué élu au Congrès des Peuples et sénateur du Morbihan, est acquise dans le "village de la citoyenneté mondiale" (200 m²). Celle d'Edgar Morin doit encore être confirmée.
  • Articles pour le bulletin. Le bulletin "Civitanoj de la Mondo" aura une édition provisoire pour l'évènement de Gramat (8 août). Laurent fournira un article concernant Alternatiba.
  • Badge "officier de l'état civil mondial". Seul Alain Noël Njiokem Nkwatchou en était demandeur. Vu la situation actuelle à Nkongsamba, ce projet est ajourné. 
  • carte plastique cdm : On compte une vingtaine de demandes. Laurent à tous les éléments nécessaires pour la confectionner. Il profitera de la période de faible activité (mois d'août) pour reprendre contact avec l'imprimeur et progresser dans l'élaboration du process nessaire.
  • Cartes traditionnelles : Daniel a pris des cartes en allemand, en néerlandais et en espagnol. Recherche faite, il n'en existe pas en Catalan.
  • Échos du 100ème Congrès Universel d'Espéranto (Lille) : 2600 personnes de 81 pays. Le forum des associations (appelé là "Movada Foiro") a été un succès avec 120 stands. Côte à côte il y avait les Citoyens du Monde, Solidarité Mondiale contre la Faim, l'Association de Solidarité Africaine, animée par Fernando Kinkani de Colmar, et "Etudiants Pacifistes Internationaux" association animée par Nathalie Kesler qui y présentait le projet "G-200" dont nous reparlerons dans le calendrier de l'ASCOP. Concernant les Citoyens du Monde : les 100 documents "Nous sommes tous CDM" (en Espéranto, bien sûr) ont tous été pris par des gens intéressés, ainsi que 150 formules d'enregistrement, des contacts ont eu lieu avec 26 Citoyens du Monde enregistrés.


 

haut de page

Message du 26 juin à cdm-France et Alliance-cdm

1. Il y a 65 ans, Cahors et le département du Lot se déclaraient "Territoires mondiaux"

Les 24 et 25 juin 1950, il y a 65 ans, alors que l'humanité était encore secouée par les horreurs de la guerre et par le spectre d'Hiroshima, Cahors organisait les cérémonies qui consacraient la Mondialisation du Lot. Première ville à adopter, le 30 juillet 1949, la Charte dont elle était à l'initiative, grâce à l'adhésion de ses habitants, de ses élus, et au soutien de personnalités nationales et internationales – dont Albert Camus, André Breton, Jean-Paul Sartre et l’Abbé Pierre –, Cahors prit la résolution d’ajouter à son nom Mundi (du monde) pour s’appeler Cahors-Mundi. Les mois suivants, 239 communes du Lot sur les 330 que compte le département, puis le département lui-même à travers son Conseil général, s'enflammaient pour le projet d'une planète sans frontières régie par une Loi mondiale et à leur suite, un millier de communes ou de villes dans 10 pays et sur 4 continents, dont les villes d’Hiroshima (le 18 mars 1959), Nagasaki (le 17 mars 1960) et Fukushima (le 24 février 1971) Article complet en pdf


2. 36ème session de l'Institut d'Etudes Mondialistes, du 25 au 28 août 2015

Nous avons exploré « Vivre ensemble » en deux sessions 2013 et 2014. En 2015, nous voulons dégager de nouvelles pratiques et valeurs positives émergentes et/ou affirmées, compte tenu des changements de paradigmes identifiés lors des dernières sessions : l’économique avant le social, révision du concept « d’égalité des chances »… Voir la suite page "IEM" de l'Assemblée ou sur le site officiel de l'IEM - Université d'Été

L'Institut d'Etudes Mondialistes est l'une des institutions du Congrès des Peuples


3. Sarrazac, héros de la Résistance, Citoyen du Monde

Un livre. Il y a, dans la vie de Robert Sarrazac-Soulage, deux jours marquants qui fondent sa gloire. Le 19 janvier 1944, arrêté à Paris par la Gestapo, torturé, il parvient à s’évader dans des circonstances rocambolesques et reprend aussitôt son action à la tête du Service Périclès du mouvement Combat, qui forme les futurs cadres des maquis. Le 19 novembre 1948, à la première assemblée générale de la toute nouvelle ONU au palais de Chaillot, il fait scandale, avec son jeune ami américain Garry Davis, en se proclamant « Citoyen du Monde », (...)

Ce livre de 184 pages a été écrit par François et Robert Bréchon. Suivre ce lien pour savoir où le commander


4. Invitation à l'occasion du 55ème anniversaire de l'indépendance de la RDC

Si le 28 juin, vous vous trouvez à Bruxelles, cette invitation est pour vous : il s'agit d'une soirée-débat, avec les interventions du Docteur Noël Thiani, et de Pierre Delmotte (Citoyen du Monde). Invitation ici en pdf : http://www.recim.org/prov/15628-conf-Delmotte.pdf


Rencontres à Paris au local Citoyens du Monde

Ben Cramer . www.athena21.org - b52cramer@gmail.com


Message du 19 juin à CDM-France

1. Gramat (Lot) les 7, 8 et 9 août

Pour le 70° anniversaire des bombardements tragiques d'Hiroshima et Nagasaki, le Collectif « Route sans frontières » organise une action militante et culturelle dont l’événement central sera la projection du film de Peter Watkins, Le Voyage.

A noter, au travers du nom choisi pour le collectif (Route sans frontières), le parallèle entre cet événement et l'adhésion du Lot au Mouvement Citoyens du Monde. Ce choix contribue à réactiver l'engagement pris par les communes du Lot vis à vis des Citoyens du Monde
http://journeesdetudes.org/sdnlot/
Cette commémoration a le soutien du Conseil des Territoires Citoyens du Monde, d'autant plus que Gramat, Hiroshima et Nagasaki font partie des 1007 "Territoires Citoyens du Monde" : http://www.recim.org/dem/tcm-list.htm

2. Marche Internationale pour la Paix et la Fraternité

Voici la première vidéo de la manifestation de Mulhouse dimanche dernier 14 juin.

https://www.youtube.com/watch?v=O452L-YD_LE

D'autres vidéos de cette même journée seront disponibles dans les jours qui viennent.


Message du 3 juin 2015 à AMIP

Message destiné aux services de presse

Only in French - Seulement en français - Nur en la franca

Une Marche Internationale pour la Paix et la Fraternité est organisée à Mulhouse (France) le dimanche 14 juin 2015.
Pour cette première édition, qui pourra se répéter partout ailleurs dans le monde, un dossier de presse vous est proposé ici en pièce jointe.

Il est certainement un peu tard pour présenter cette marche dans votre journal ou votre bulletin;
Si vous administrez un site Web, voici les liens officiels de cette marche : http://www.vie-en-marche.org/

Cette marche a été approuvée par l'Assemblée des Citoyens du Monde, Voir page : http://www.recim.org/ascop/pr30-fr.htm

Ensemble pour la paix

L'AMIP

L'Agence Mondialiste d'Information et de Presse - AMIP - créée edn 1980 par le Congrès des Peuples a le projet de fédérer toutes les informations mondialistes, les provoquer et en assurer la diffusion


Appel téléphonique d'Alain Noël

13 h 45 : Avec l'aide et en présence de Monsieur PAWO, Alain Noël a pu s'entretenir quelques instants avec moi : L'affaire a bien été appelée le mardi 5 mai, mais en l'absence du plaignant, elle a été renvoyée au mardi 02 Juin. La demande de liberté provisoire n'a même pas pu être entendue. Alain Noël reste donc en prison jusqu'au 2 juin.

Monsieur PAWO est un "conseil" (avocat) de la Ligue des Droits de l'Homme à Douala. C'est lui qui va organiser la défense d'Alain Noël.


haut de page

Ranimer la flamme de la citoyenneté mondiale

Bonjour Ben,

Je reçois ce message ce matin. Je crois que nous avons déjà échangé il y a quelques temps.

Votre interpellation arrive à point nommé. Non pas que nous soyons en panne de projets ou de motivation pour "ranimer la flamme" de la citoyenneté mondiale, mais parce que plusieurs de nos projets ont été sérieusement mis à mal soit par les circonstances, soit par quelques attaques extérieures, mais aussi en raison par quelques cancers qui ont sapé notre stabilité et nos élans. (J'exagère à peine). Ceci dit, nous sommes environ, actuellement 12 000 citoyens du monde identifiés avec adresses certaines ; nous travaillons avec environ 150 organisations à travers la planète, le tout en fonction d'une histoire et d'une finalité partagées. Les idées ne manquent pas, et c'est tant mieux. Récemment, j'ai eu l'occasion d'expliquer que nous avions identifié environ 700 organisations mondialistes à travers le monde : ce sont 700 organisations qui ont toutes une histoire et des projets particuliers mais qui s'accordent sur la nécessité d'une unité politique et démocratique de la planète ; ce sont aussi 700 manières différentes de concevoir les moyens pour accéder à cette unité.

En France, l'approche de la COP 21 est une opportunité que nous essayons de saisir au mieux. Ainsi, hier mardi 5 mai, l'Assemblée des Citoyens du Monde a signé l'appel d'Alternatiba. Nous serons donc présents à la grande manifestation fin septembre, place de la République. Nous sommes persuadés que l'évènement le plus important de la COP 21 ne sera pas la réunion des chefs d'État - on sait ce que valent leurs protocoles, leurs simagrées et leurs accords - non, ce sera la rencontre de milliers de citoyens qui prennent à cœur l'avenir de la planète pour qu'elle reste vivable.

C'est en cela que votre interpellation arrive à point nommé, car nous avons suffisamment de points communs pour travailler ensemble sur ce thème particulier.

Structurellement, le Registre des Citoyens du Monde reste en retrait, car sa fonction demeure une fonction d'état civil. Position neutre. Par contre, dès 2003, le Congrès des Peuples s'est adjoint une Assemblée faite d'organisations citoyennes du monde (les150) et de simples citoyens (enregistrés ou non). C'est cette Assemblée qui s'engage.

Le 11 mars 2015 18:44, Ben Cramer b52cramer><gcom a écrit :

Préambule :

« Chacun de nous doit désormais se sentir solidaire de l’humanité ». Ce que je ressens aussi et c’est encore plus vrai aujourd’hui qu’hier.

Je suis détenteur, comme chacun d’entre Vous, d’une carte de citoyen du Monde. Ma seule légitimité pour m’adresser à vous. Je me suis rendu récemment à l’invitation de l’Union Pacifiiste de France au local parisien des citoyens du Monde, là où se trouve le Registre, 66 bd Vincent Auriol, Paris 75013.

Objectifs :

Le mondialisme n’est plus ce qu’il était mais, dans la perspective de la conférence mondiale COP21, il ne serait pas inutile d’envisager un relooking de cette ONG et de mieux l’associer à des enjeux mondiaux, y compris les questions relatives au dérèglements climatiques qui sont d’abord des enjeux de guerres et de paix.

Il s’agit bien de mesurer et soupeser jusqu’à quel point ce message de l’époque (loi d’un monde pacifique et civilisé comme cela fut fait en 1966 )est encore d’actualité.

PROPOSITION

Je songe à la meilleure manière d’attirer l’attention de tous ceux et celles qui vont se retrouver à Paris pour le COP21 dès la fin du mois de novembre. Mon idée serait de relooker la carte de CITOYEN D’UN MONDE VIVABLE ou CITIZEN of a SUSTAINABLE WORLD.

A vous de trouver la meilleure présentation aussi sur le plan graphique.

Considérations pratiques :

Ceux qui prendraient le soin de mener le travail d’impression de nouvelles cartes entreraient aisément dans leurs frais dans la mesure où ces nouvelles cartes seraient vendues comme les précentes

Le meilleur lieu pour la visibilité der l’ONG sera le Grand Palais, Paris. C’Est là que vont se retrouver la plupart des ONG pendant les 3 semaines de COP 21.

Si jamais cette idée vous intéresse, je suis à votre disposition à la fois pour

  • vous exposer le projet en détail
  • réfléchir ensemble aux meilleurs moyens de populariser le message et sensibiliser ceux pour qui cette ONG est caduque
  • vous introduire auprès de ceux qui s’occupent du Grand Palais pendant COP21 http://www.grandpalais.fr/visite/en/
  • Débattre des modalités pour que la carte aussi symbolique soit-elle ne reste pas une relique du passé.

http://www.athena21.org

 


Deux arrestations non fondées à Nkongsamba

D'après une information de source anonyme reçue ce samedi 25 avril, deux Citoyens du Monde auraient été arrêtés par la police de Nkongsamba au motif que leurs cartes de citoyens du monde seraient fausses. Il s'agit de Monsieur Alain Noël Njiokem Nkwatchou et de Monsieur Bernard Fondjio.

Cette information vient d'être confirmée par téléphone, ce lundi 27 avril à 10 h 45 (heure de Douala)

Nous tenons en premier lieu à affirmer ici notre plus grand respect pour le peuple Camerounais, pour la République du Cameroun et pour les institutions qui encadrent et protègent le peuple Camerounais, y compris pour la police de Nkongsamba qui agit pour le respect et l'application du droit.

Dans le cas de nos amis Alain Noël Njiokem Nkwatchou et Bernard Fondjio, il leur serait reproché d'être en possession d'une fausse carte d'identité. Il y a plusieurs façons d'aborder cette question :

L'identité : officiellement, il revient à l'État camerounais d'enregistrer et de protéger l'identité de chaque personne résidant sur le territoire camerounais. Il revient également à l'État camerounais de délivrer une carte d'identité nationale pour chaque personne qui en fait la demande. De leur côté, les administrations camerounaises sont en droit de demander aux usagers de justifier de leur identité par la production de leur carte d'identité nationale. Ce point est entièrement respecté par le Registre des Citoyens du Monde : l'État Camerounais est le seul à pouvoir produire les documents officiels prévus par la loi camerounaise ou la constitution camerounaise. Carte d'identité camerounaise et passeport camerounais font partie de ces documents officiels. Dès lors si une personne fabrique ou fait fabriquer ou achète un document à l'apparence officielle pour le Cameroun, il s'agit effectivement d'un faux.

La carte de Citoyen du Monde : il est bien certain que ni la Constitution Camerounaise ni la loi Camerounaise ne reconnaissent comme document officiel la carte de Citoyen du Monde. La carte de Citoyen du Monde, fût-elle "d'identité" ne contrevient en aucune manière à la loi camerounaise et n'a pas la prétention de ressembler à la carte d'identité camerounaise ni par son aspect ni par son contenu. Dès lors, la carte d'identité de citoyen du monde doit être considérée comme une carte de membre d'une association au titre de l'article 20 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, et ceci même si notre association lui attache une signification philosophique particulière.

Dans cette optique, comment comprendre la plainte de M. Denis Mbeumuah Efuetlancha ?

D'après l'information qui nous est parvenue, ce plaignant a agi non pas au nom d'une administration ou d'un service de l'État camerounais, mais en son nom personnel. Si tel est bien le cas, nous remarquons immédiatement que celui-ci est inconnu du Registre des Citoyens du Monde. Certes, s'il était avéré que les cartes associatives possédées par MM Njiokem Nkwatchou et Fondjio étaient des contrefaçons de cartes régulièrement délivrées par le Registre des Citoyens du Monde, nous pourrions le remercier de veiller à l'intégrité de notre association. Mais tel n'est pas le cas. Les cartes de Citoyens du Monde possédées par nos deux amis sont bien des cartes délivrées par notre association : ces cartes comportent l'identité de personnes habilitées à s'exprimer, au sein de l'association, sur les problèmes intéressant le devenir de l'humanité et de la planète, puisque c'est cela le but de notre association. Donc, nous constatons que M. Denis Mbeumuah Efuetlancha s'est ingéré dans les affaires internes d'une association à laquelle il ne participe pas, et dont il n'a reçu aucun mandat. M. Denis Mbeumuah Efuetlancha n'était pas habilité à porter plainte contre des personnes au motif de " carte d'identité citoyenne du monde déclarée fausse ".

En tout état de cause, et dans la connaissance limitée que nous avons des faits, l'arrestation de Messieurs Alain Noël Njiokem Nkwatchou et Bertnard Fondjio ne peut en aucune manière se fonder sur la possession d'une carte associative. C'est pourquoi nous demandons leur libération.

La liberté de communication, la liberté d'expression, la liberté de presse, la liberté de
réunion, la liberté d'association, la liberté syndicale et le droit de grève sont garantis dans
les conditions fixées par la loi
(préambule de la Constitution du Cameroun, alinéa 16 )

Par ailleurs, et toujours dans cette même connaissance limitée que nous avons des faits, nous condamnons formellement l'agissement de M. Denis Mbeumuah Efuetlancha pour avoir porté plainte, à titre personnel, contre des personnes en raison de leur appartenance associative, ce qui est contraire aux principes énoncés par la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, et donc contraire aux principes établis par la Constitution du Cameroun.

Dossier complet : 15/424.htm


haut de page

L'unité mondialiste dans la diversité

Bruno Elmond Tankeu Djupsa
Je remarque toujours que le registre des citoyens du monde dans ses actions sabotent d'autres organisations de la citoyenneté mondiale . Quels sont les objectifs de la citoyenneté mondiale? Je pense que en ma qualité de citoyen du monde j'ai un mot à dire. S'il faut une assemblée parlementaire au sein de l'onu, les organisations citoyens du monde doivent avoir les même buts . alors ce parlement partagera les objectifs communs( registre des citoyens du monde, world service authority, o-c-u). Je remarque que le Registre des Citoyens du Monde sabote toujours la world service authority et pourtant la World Service Authority est autant mondialiste que le Registre et l'OCU. .

Bonjour Bruno,

Je réagis ici au mot dit dans votre message, à savoir le verbe "saboter".

En première réponse, je vous renvoie à la deuxième partie de mon message précédent où je rappelais que le Registre des Citoyens du Monde avait un rôle fondamental à jouer : celui de l'union. Personnellement, j'y travaille depuis plus de 15 ans. En 15 ans, grâce aux informations que nous avons fédérées, nous avons identifié plus de 700 organisations mondialistes. Est-ce qu'une fédération de ces 700 organisations mondialistes est possible ? Je dis oui, et nous en apportons la preuve par les 150 organisations qui sont déjà membres de l'Assemblée.

Il n'est pas question d'établir d'échelle de valeur dans le mondialisme démocratique. Les 700 organisations veulent toutes la démocratie mondiale, et c'est cela qui est important.

Ceci dit, chaque organisation définit elle-même ses objectifs, ses moyens et son action. Donc on peut supposer que la démocratie mondiale est déclinée selon 700 approches différentes. Ces 700 points de vue sont tous respectables. On devine que si cette foule d'organisations et d'individus qui les composent se mettait d'accord sur une stratégie, la démocratie mondiale deviendrait un objectif atteignable à court terme. Voilà le sens de mon travail personnel. Voilà aussi l'un des travaux essentiels du Congrès des Peuples : réunir les conditions nécessaires à la convocation d'une Assemblée constituante mondiale.

Je viens d'écrire que les 700 organisations avaient autant d'approches différentes de la démocratie mondiale. On peut constater l'existence de deux groupes d'organisations :

A.- les organisations dont la démocratie mondiale est le but statutaire essentiel ;

B.- les organisations qui ont manifesté leur accord avec cet objectif par une décision ultérieure du conseil de direction ou d'administration.

Le groupe A considère les droits et libertés énoncés dans la DUDH comme "indivisibles". Ce groupe est composé de "meneurs" (leaders) parmi lesquels les fédéralistes mondiaux, WCPA, la Fondation Charles Leopold Mayer pour le Progrès de l'Homme, les structures citoyennes du monde, certains groupes espérantistes (SAT), de nombreux mouvements spirituels (Oomoto, Baha'is, etc ...)

Le groupe B est essentiellement composé d'organisations de terrain qui se battent au quotidien contre la faim, contre la torture, contre les arrestations arbitraires, pour l'éducation, pour la liberté de circulation, pour la liberté de pensée, d'association, de religion, pour la santé, pour le droit au logement, pour une économie respectueuse de l'être humain, pour la préservation de l'environnement, contre les armes de destruction massive, contre toutes les guerres, etc. Toutes ces motivations se retrouvent dans la DUDH, mais les organisations de ce groupe privilégient une action thématique partielle.

Chacun de ces organisations est éminemment respectable au plus haut point. Il n'y a pas de hiérarchisation possible entre elles. Chacune est différente. Cette diversité fait la richesse et la force du mouvement mondialiste.

La connaissance de toutes ces organisations, le respect et la reconnaissance des unes envers les autres sont le défi que nous avons à relever. C'est ensemble que nous construisons aujourd'hui le monde que nous allons laisser aux générations à venir.

Un travail intéressant à faire serait de comparer les objectifs et les moyens, les forces et les faiblesses de chacune des organisations. Faire ce travail de comparaison n'est ni une action de dénigrement, ni une action de sabotage, mais c'est ouvrir les yeux et la connaissance sur la diversité des chemins qui peuvent nous mener à l'unité mondiale que nous désirons tant.

Ainsi :

- les fédéralistes mondiaux cherchent à renforcer l'autorité des Nations Unies en créant en son sein une Assemblée parlementaire qui représenterait le peuple mondial face à l'Assemblée générale qui représente les États.

- W.S.A. est contre l'ONU. Selon Gary Davis, les États sont responsables de nos divisions et des guerres qu'ils nous conduisent à mener. L'ONU ne rassemble que des personnes assoiffées de pouvoir et de reconnaissance, et toutes sous l'influence des intérêts économiques. Selon Gary Davis, il faut supprimer l'ONU et créer un Gouvernement Mondial des Citoyens du Monde.

- le Congrès des Peuples est issu de la pensée d'Alfred Rodriguès Brent qui considérait que le droit international est appelé à disparaître au profit du droit mondial. Si nous voulons que ce droit mondial ne soit pas une dictature, il faut dès maintenant commencer à construire ce droit mondial sur une base citoyenne.

- etc.

Il y a donc plusieurs voies, et donc matière à débat. Mais en définitive, il n'y a qu'un seul but : donner au monde les structures nécessaires à l'épanouissement humain " de tout l'Homme et de tous les hommes" sur une terre préservée.

Cordialement

Daniel


haut de page

A propos de l'article 13-2 de la DUDH

"World Government of World Citizens", qui est une émanation de World Service Authority, était une initiative personnelle de Gary Davis qui voyait dans ce "pion" avancé la riposte citoyenne face aux errements et drames dont les États se sont montrés responsables (2ème guerre mondiale). L'idée de Gary Davis était de refaire le monde de citoyens, géré par les citoyens et en excluant les États. Et pour cela Gary Davis a travaillé "seul" en dehors du Registre des Citoyens du Monde et sans aucune pratique de la démocratie. (*)

Mais on sait que le risque majeur qu'ouvre le projet de Gary Davis était d'installer une république mondiale, autoritaire et dictatoriale. Car s'il n'y a pas de démocratie, si le Citoyen n'a pas la parole, si une organisation agit sans les citoyens, elle agit contre les citoyens.

Laisser l'article 13-2 dans son contexte

Aussi bien World Government of World Citizens que l'Organisation de Citoyenneté Universelle, ces deux organisations mettent en exergue l'article 13-2 de la DUDH "Toute personne a le droit de quitter tout pays y compris le sien, et de revenir dans son pays". On voit bien que cet article est extrait de la DUDH, donc extrait d'un contexte très précis. Hors de ce contexte cet article 13-2 perd toute sa valeur. Le contexte est annoncé au troisième alinéa du préambule de la DUDH : "il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit". La déclaration est universelle, les droits sont universels, et l'article 28 précise que doit "exister sur le plan social et international un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet."

On voit ici que la liberté individuelle de circulation doit être soumise à un régime de droit sur le plan international (aujourd'hui, on aurait dit "mondial").

Ce régime de droit préalable au plein exercice des libertés doit se fonder sur la volonté du peuple qui se sera "exprimé par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement au suffrage universel égal" C'est l'article 23-3 de cette même DUDH.

Donc, on le voit : il faut laisser l'article 13-2 dans le contexte des autres articles qui sont appelés à réguler cette liberté. Autrement dit, ce droit à la libre circulation ne peut s'exercer que dans le cadre défini par une constitution mondiale et par une assemblée parlementaire mondiale.

... car la liberté individuelle n'est pas absolue ; la liberté individuelle s'arrête là où commence la liberté de l'autre ; elle s'arrête là où commence l'intérêt général de l'humanité.

Aussi bien WSA que l' O.C.U. ont oublié ce principe de base du vivre-ensemble au plan mondial.

Le défi citoyen

La démarche du Registre des Citoyens du Monde et les institutions qui lui sont rattachées est différente : qu'on le veuille ou non, actuellement le pouvoir est aux mains des États, même si leur autorité n'est pas issue des urnes, même si ces États sont eux-mêmes soumis aux "intérêts économiques". Exception faite de l'Arabie Saoudite, tous les États qui siègent à l'ONU ont signé la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. Et cette DUDH mandate "tous individus et organes de la société" à travailler (par l'action et l'éducation) pour rendre effectifs les droits et libertés. (alinéa 8 du préambule). Il y a donc là une reconnaissance de la souveraineté de l'ensemble des individus qui doivent être capables de mettre en place par des mesures progressives les institutions de droit mondial capables de garantir les droits et libertés. C'est le défi qu'ont lancé les États à tous les citoyens. C'est aux citoyens de relever ce défi ; c'est donc à nous, citoyens du monde, de travailler dans ce sens. On voit ici la grande différence par rapport à WSA et OCU : les États, comme les régions ou les communautés géographiques ou humaines, ont leur rôle à jouer dans un monde fédéral, pacifique et civilisé.

Un rôle d'unité

le Registre des Citoyens du Monde a aussi un autre rôle qui est celui de l'unité. Quelle que soit l'organisation à laquelle une personne a adhéré et dans laquelle elle a commencé à épanouir sa citoyenneté aux dimensions du monde, le Registre reconnaît la valeur de tous ceux qui veulent participer à la construction du monde tel que je viens de le décrire. Nous avons identifié plus de 700 organisations en accord avec le principe d'une démocratie mondiale. C'est ensemble que nous y parviendrons.

le 9/04/15

En complément de mon message d'hier :

WSA (World Service Authority, dont est issu WGWC) et le Registre des Citoyens du Monde n'ont pas travaillé ensemble depuis 1953. Cependant, le Registre des Citoyens du Monde considère que toutes les personnes qui se sont adressées à WSA sont de fait des "Citoyens du Monde", et reconnaît la validité de leur "enregistrement", même si la finalité de leur enregistrement est plus personnelle que politique. Le Registre des Citoyens du Monde tisse actuellement des liens avec WSA (entretiens entre David Gallup et Laurent Son) dans le but de définir des collaborations ponctuelles.

Il est vrai que des centaines de personnes titulaires du "passeport" de Gary Davis on pu passer des frontières avec ce document. Cependant, à notre connaissance, aucun État n'a officiellement reconnu comme valable le passeport de Gary Davis. Le fait de réussir à passer une frontière avec ce document est dû à l'ignorance des garde-frontières qui préfèrent laisser passer, plutôt que de créer un incident diplomatique. Le droit de passer une frontière fait partie du droit régalien des États, et en aucun cas un État ne délègue ce droit à une ONG (ni WSA ni O.C.U.).

Cette pratique du document dit "passeport mondial" n'est en rien profitable aux objectifs du Registre des Citoyens du Monde qui sont la démocratie mondiale et l'effectivité indivisible de tous les droits et libertés contenus dans la DUDH. Dans notre argumentation, il est mieux d'éviter de parler de ces questions de passeport, alors que les vraies questions concernent la survie de l'espèce humaine et la préservation de notre environnement.

Toute personne peut dire qu'elle se bat en tant que citoyen du monde pour tel ou tel droit ou liberté contenus dans la DUDH ; C'est bien et il faut le faire : il faut agir contre la torture, contre les disparitions forcées, contre toutes sortes de privations, pour l'éducation, pour le droit de propriété, pour le droit à un logement, contre la faim etc ... Mais il faut garder à l'esprit le caractère "indivisible" des droits et libertés de la DUDH, c'est-à-dire garder à l'esprit que ces droits et libertés ne trouveront d'entière application que dans le cadre d'un régime de droit mondial où l'autorité vient du peuple mondial par des élections mondiales. Rien de moindre ne peut nous servir.

Dans son état actuel, la DUDH est un projet pour les générations à venir.


haut de page

Je vais tenter de résumer ici quelques longues conversations avec Roger puis avec Laurent de ce mardi 31 mars.

Robert Sarrazac :

  • 2 membres de la famille de Robert Sarrazac ont écrit sa biographie : un livre de 164 pages. Les auteurs en souhaitent une lecture critique de la part du Registre des Citoyens du Monde. Y a-t-il un volontaire pour lire et réagir ?
  • Ils recherchent également un éditeur. On a conseillé : Le Manuscrit, Sylepse, Anagram. Roger a téléphoné. Nous attendons les réponses.

Marche pour la Paix et la Fraternité : http://www.recim.org/ascop/pr30-fr.htm

  • L'évènement sera filmé par Pili Serra : présence des Citoyens du Monde, ambiance, chants et danses, discours. La production sera ensuite postée sur Youtube en lien avec les sites citoyendumonde.fr et citoyendumonde.org
  • Laurent, Daniel et Pili Serra se rencontreront au local du Registre courant avril pour mettre au point cette collaboration.
  • Laurent et Daniel travailleront sur le dossier de la Marche pour en sortir un dossier de presse qui sera communiqué à l'AMIP et aux différents réseaux (courant mai)
  • le 15 avril, Laurent remettra à Roger la banderolle CDM, avec ou sans les bâtons, lors du passage de Roger au 40 rue de Malte (Paris 11). Il lui remettra également quelques documents contenant des textes pour la paix de Jean Rostand, Georges Krassovsky et autres parmi ceux qui ont été découverts lors de l'archivage des documents du local.
  • Daniel et Laurent créeront un document (A4 en triptyque) qui fera ressortir l'action des Citoyens du Monde pour la paix et la fraternité.
  • Daniel imprimera les documents pour les présenter sur une table sur la place du départ.

Organigramme et nouveau "4 pages" "Nous sommes tous CDM"

Pour simplifier et remplacer l'organigramme diffusé depuis 2004, un nouvel organigramme est en cours d'élaboration. Laurent s'en occupe

Cet organigramme nécessitera une transformation de la page 4 du document de 4 pages "Nous sommes tous CDM". Daniel s'en occupe.

Edition de bulletins. 4 bulletins sont prévus :

  • avril 2015 Le Courrier n° 2 sera diffusé par la Poste à tous les Délégués élus et à toutes les organisations membres de l'Assemblée ;
  • mai 2015 : Monda Solidareco n° 113, bulletin de Solidarité Mondiale contre la Faim (édition papier et électronique)
  • mai-juin 2015 "Citoyens du Monde", n° 6 bulletin de l'Assemblée pourra être préparé avant la Marche pour la Paix et la Fraternité. La version en Espéranto (Daniel) approvisionnera également le forum des Associations qui aura lieu à Lille à l'occasion du 100ème congrès universel d'Espéranto. On recherche des personnes qui peuvent s'engager à le traduire en anglais et en espagnol (édition papier et électronique). Les bénévoles seront les bienvenus.
  • RECIM-monde, bulletin du Registre et des Territoires Citoyens du Monde, en version électronique.

recim.org polyglotte

  • Grâce au bénévolat de Francesca Parera Gual, recim.org commence à exister en catalan , 19ème langue en développement sur le site. 5 pages à ce jour. Les premiers documents papier et la carte en catalan seront édités dans quelques jours : http://www.recim.org/cdm/ciutadans.htm
  • Par contre, le retard pris par l'espagnol (castillan) et l'anglais est de plus en plus important.

Badges et cartes plastiques

  • Le badge d'officier de l'état civil mondial est en cours d'élaboration (Laurent)
  • la carte plastique d'identité de Citoyen du Monde, également. Laurent a tous les éléments. Cependant une question se pose, car elle n'est pas encore opérationnelle, la base de données destinée à être en corrélation entre les officiers, les enregistrements directs et la carte. Pour l'instant moins de 10 personnes ont demandé leur carte en plastique pour laquelle le temps d'attente est assez long.

Emploi aidé

La deuxième année du contrat d'aide à l'emploi, dont bénéficie Laurent au service du Registre et de l'Assemblée des Citoyens du Monde viendra à échéance fin juillet. Le renouvellement, pour les plus de 50 ans, est soumis à une exigence de formation. Vu le durcissement actuel de l'administration, il est à craindre que la proposition de formation faite il y a deux ans ne soit plus acceptable. C'est pourquoi Laurent est invité à contacter son référent "pôle-emploi", mais aussi quelques unes des organisations officiellement reconnues dans ce domaine. Il serait préférable, pour le renouvellement, de présenter un dossier contenant une nouvelle étape de "formation".

École Citoyenne du Monde à Goma

Solidarité Bonne Volonté, membre de l'ASCOP à Goma (Nod-Kivu, R.D.Congo) a l'expérience de l'accompagnement scolaire et périscolaire de plus de 30 enfants parmi les orphelins et enfants de la rue, et ce depuis plus de 10 ans. SBV a le projet de construction d'une école citoyenne du monde dotée de 27 classes et pour cela l'association a envoyé un dossier de 11 pages. Ce projet n'est pas de la compétence de l'ASCOP, ni d'aucune de ses organisations membres. Roger a téléphone : le projet va être envoyé à EEE-service (Patrice Lhôte) qui fera une évaluation des chances de ce projet en terme de financement par une agence Européenne ou française.

Congrès des Peuples : le processus décidé lors des rencontres de février est confirmé. Les bulletins "courrier" et "citoyens du monde" font partie de ce processus.


haut de page

Relations entre WCPA et les Citoyens du Monde

I hope someone from your group will attend the WCPA organized 14th Provisional World Parliament in December, in India. We are making progress getting the Earth Constitution in the middle of the action -- particularly as we now look at a serious attempt to transform the UN, while we continue to build an alternative.
Is the Peoples Congress still meeting? Will any of its representatives attend the Provisional World Parliament?
Fix the UN, or replace it. The Earth Federation is being given more attention by activists as the insurance policy if we cannot turn the UN into a world federal union democratic government. The Earth Constitution is its "gold standard" as a model world charter/constitution.
The UN is to be given lots of attention from peace activists: UN Parliamentary Assembly; UN Charter Review; Earth Constitution; ICC; demands for a new way to elect the UN Secretary General.
Thanks for you consciousness-raising work. The more "world citizens", the better chance we have to establish a "we, the people" democratic world government. (Roger Kotila)

Je crois que c'est la première fois que nous communiquons directement, et cela m'est un plaisir.

1.- Je place cet entretien dans la suite des rencontres que nous avons eues avec Eugenia Almand, le 1er décembre 2011, et avec Glen Martin le 12 juin 2012.

Au terme de la réunion avec Eugenia, quatre points de collaboration avaient été définis. Aujourd'hui trois points restent possibles :

  • L'adoption des projets de PWP par le Congrès des Peuples ;
  • une collaboration au niveau de l'AMIP (Agence Mondialiste d'information et de presse)
  • la diffusion du 20 mars comme " journée des Citoyens du Monde, journée de l'unité mondiale ".

2.- Les relations entre le groupe " WCPA " et le groupe " Citoyens du Monde " ont toujours été bonnes, et même excellentes. Plusieurs membres de WCPA sont également impliqués dans notre groupe, et notamment, parmi les élus : Dauji Gupta, Reinhart Ruge, sans oublier le regretté Philip Isely. Il faut bien sûr ajouter que de nombreux membres ou sympathisants de WCPA sont également enregistrés " Citoyens du Monde ". Ces relations doivent se poursuivre et s'intensifier.

Pour la 14ème session du Parlement Mondial Provisoire, Dauji Gupta pourra faire le lien entre cette session et le Congrès des Peuples. Un mandat pourra lui être donné par le Comité pour le Congrès des Peuples.

3. Le Congrès des Peuples a été réformé en 2003. Il comprend maintenant deux " chambres " qui sont :

  • une " Assemblée " composée des organisations partenaires ou adhérentes (actuellement : 145 organisations) et de personnes à titre individuel.
  • un " Sénat " composé d'élus. Le mandat des élus est de 9 ans. Les élections ont lieu par tiers tous les trois ans.

L'Assemblée " légifère " ; le Sénat donne autorité et exécute.

Cependant, la mise en place du nouveau système a été gênée par la forte opposition de plusieurs élus insuffisamment formés. A cause de cela, le Congrès des Peuples n'a pas fonctionné correctement depuis 2009. Ces difficultés sont maintenant terminées. Elles ont généré un nouveau mode de fonctionnement : ce ne sont plus les élus qui se réunissent, mais l'Assemblée. Les élus sont maintenant appelés à travailler essentiellement par correspondance et vidéo-conférences, très rarement en session. Le règlement voté en 2007 lors de la session de Liège reste valide.

La première expérience de ce nouveau fonctionnement a eu lieu le 26 janvier 2013 :

Le Comité pour le Congrès des Peuples (créé en 1963 à Bruxelles par plus de 40 organisations dont les Fédéralistes Mondiaux et les Citoyens du Monde) entreprend dès maintenant le processus qui aboutira aux élections au sénat du Congrès des Peuples en 2016. Il n'y aura pas de réunion plénière du Congrès des Peuples avant cette échéance.

4.- Relativement à l'ONU. Ni le Congrès des Peuples, ni aucune des organisations du groupe " citoyens du monde " n'a de position claire, unique et communicable sur l'évolution de l'ONU. Nous avons beaucoup de sympathie pour la campagne pour une Assemblée Parlementaire des Nations Unies, dans la mesure où elle serait capable de remplacer le Conseil de Sécurité. Nous nous intéressons de la même manière au processus dont WCPA et PWP ont l'initiative. Nous sommes en parfait accord avec vous pour demander que la Charte des Nations Unies soit remplacée par la Constitution de la Terre. Mais la spécificité des Citoyens du Monde et du Congrès des Peuples est de ne pas attendre ce changement structurel pour commencer à bâtir le monde dans lequel nous voulons vivre et exercer notre fraternité.

English translation (google)

I think this is the first time we communicate directly, and that to me is fun.

1.- I put the interview in the wake of meetings we had with Eugenia Almand, on 1 December 2011 and with Glen Martin June 12, 2012.

After the meeting with Eugenia, four points of collaboration were defined. Today three points are possible:

  • The adoption of PWP projects by the People's Congress;
  • Cooperation at the AMIP (Mundialist Press Agency)
  • Dissemination of March 20 as "Day of World Citizens of world unity day".

2. The relationship between the group "WCPA" and the group "World Citizens" have always been good, even excellent. Several members of WCPA are also involved in our group, including, among elected: Dauji Gupta, Reinhart Ruge, not to mention the late Philip Isely. It should of course add that many members or supporters of WCPA are also "Citizens of the World". These relations must continue and intensify.

For the 14th Session of the Provisional World Parliament, Dauji Gupta will make the connection between this session and the People's Congress. An attorney may be given to it by the Committee for the People's Congress.

3. The People's Congress was reformed in 2003. It now includes two "rooms" are:

  • A "Assembly" composed partners or member organizations (currently 145 organizations) and individual persons.
  • A "Senate" composed of elected officials. The mandate of elected officials is 9 years. Elections are held by thirds every three years.

The Assembly "legislate"; Senate gives authority and performs.

However, the implementation of the new system has been hampered by the strong opposition of several poorly trained elected. Because of this, the People's Congress has malfunctioned since 2009. These difficulties are now complete. They generated a new mode of operation: they are not elected who meet, but the Assembly. The elect are now expected to work mainly by correspondence and video conferencing, rarely in session. The regulation passed in 2007 during the session of Liege remains valid.

The first experience of this new operation took place January 26, 2013:

The Committee for the Peoples Congress (established in 1963 in Brussels by over 40 organizations including World Federalists and World Citizens) is undertaking now the process leading to the elections to the Senate of the Peoples Congress in 2016. There will be no plenary meeting of the People's Congress before this deadline.

4. In relation to the UN. Neither the People's Congress, nor any of the organizations of the group "citizens of the world" has a clear position, unique and communicable on developments in the UN. We have a lot of sympathy for the campaign for a United Nations Parliamentary Assembly, to the extent that she would be able to replace the Security Council. We are interested in the same manner to the process with WCPA and PWP have the initiative. We are in complete agreement with you to request that the UN Charter is replaced by the Constitution of the Earth. But the specificity of World Citizens and People's Congress is to not wait for structural change to begin to build the world we want to live and exercise our fraternity.


haut de page

Vers une Constitution mondiale (conversation avec Pierre Delmotte)

Daniel : (...) Ce qui nous rassemble, c'est la conviction que notre société humaine mondialisée a besoin, pour exister, de règles communes d'un savoir-vivre ensemble sur la planète Terre valables pour le moment présent et respectueuses des quelques générations qui nous suivent. Les règles communes de ce savoir-vivre ensemble, cela peut s'appeler "constitution mondiale". Le fondement en est la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme qui contient, en prémices, tout ce qui est nécessaire pour entreprendre l'écriture de cette constitution mondiale.

Pierre : compte tenu de ce qui est renforcé en rouge dans ton texte, je suis forcé de conclure que cette "Constitution mondiale" dont j'entends parler depuis longtemps, n'est toujours pas écrite. Et je me demande ce que font les élus au "Congrès des Peuples", je veux dire : quelle est leur vision et leur stratégie. Supposons que cette "constitution mondiale" soit écrite pour la fin de ce mois, que pourrons-nous en faire ? Ces règles "communes" seront acceptées par qui ? Comment allons-nous les diffuser ? Vont-elles permettre de résoudre les problèmes de l'humanité qui deviennent plus immenses chaque jour ? Dans dix ans nous devrions être 8 milliards, crois-tu que les choses vont s'améliorer ? Je suis même obligé de constater, via le forum, que très peu d'entre nous sont d'accord entre eux. Je suis même certain que beaucoup de Citoyens du Monde ne croient pas les savants atomistes lorsqu'ils disent : "Il est minuit moins trois" !!

Daniel :

On dit parfois que l'histoire est un éternel recommencement, les mêmes causes produisant les mêmes effets. Dans le cas du Congrès des Peuples, c'est pire. Lors de notre rencontre à Wavre et Opperbais en mai dernier, j'avais bien indiqué que le Congrès des Peuples n'était pas en état de marche actuellement, et qu'il faudrait certainement attendre 2016 pour à nouveau faire des progrès significatifs.

Plus de 40 organisations mondialistes, dont les plus importantes de l'époque, ont lancé, en mai 1963 à Bruxelles le projet du Congrès des Peuples. 50 ans après, ce projet a concerné la participation de 110 000 personnes (électeurs inscrits volontaires) Inscrits au Registre des Citoyens du Monde, au "Commonwealth of World Citizens") et de quelques listes issues de 13 Territoires citoyens du monde, et de 13 autres organisations mondialistes. C'est un petite goutte d'eau dans l'océan de nos 7 milliards d'habitants. Mais c'est symboliquement important, car - et là je fais un raccourci historique - c'est, dans l'histoire la première tentative de relever le défi lancé par les États à "tous individus et organes de la société" de mettre en place l'état de droit au niveau mondial nécessaire à l'accomplissement des droits et libertés contenus dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. C'est symbolique et on peut applaudir. Mais c'est inefficace et en voici les raisons :

Les missions du Congrès des Peuples sont celles définies en 1963 : http://www.recim.org/kdp/regl-fr.htm#cel

Pour atteindre les buts ainsi fixés, des élections ont été organisées. Les candidats présentés aux électeurs étaient, dans leur grande majorité, des gens qualifiés puisque issus des organes de direction des principales organisations mondialistes. Mais une fois élus, ces gens ont continué à travailler pour leurs propres organisations, le titre de délégué étant le plus souvent une simple carte de visite. (Je ne dois pas généraliser, car certains ont véritablement travaillé.

La deuxième raison tient au renouvellement de ces élus de la première vague : le règlement ne précisait pas la durée de leur mandat. Un autre document prévoyait un mandat de 2 ans. Un troisième fixait ce mandat à 10 ans. Devant ce flou, le Congrès des Peuples réuni à Liège en 2007, a décidé que tous les élus de la première vague seraient considérés comme élus à vie, tandis que la modification du Règlement voté à Liège en 2007 mettait en place un mandat de 9 ans renouvelable par tiers tous les trois ans. Cela revient à dire qu'actuellement, dans le Congrès des Peuples il y a des gens qui ne sont plus en état de faire avancer les choses. Ils répondent à peine aux courriers, et sont le plus souvent absents des rencontres ; ils faussent ainsi les quorums nécessaires à l'adoption de textes.

La troisième raison est plus grave : parmi les élus de la deuxième vague (mandat de 9 ans) quelques uns (quatre) ont non seulement inscrit leur titre sur leur carte de visite, mais se sont crus investis d'un pouvoir et d'une souveraineté absolue, si bien que depuis 2009 il y a un conflit interne entre ceux qui s'accrochent au pouvoir et ceux qui, au contraire, veulent promouvoir l'action citoyenne. Les échanges ont été âpres, difficiles, mais on voit maintenant le bout du tunnel de ces difficultés : le "bureau exécutif" élu en 2010 a fini son mandat en 2013 ; les élus de 2007 seront sortants en 2016, et un document fondamental a été écrit par le Comité pour le Congrès des Peuples (que je préside actuellement). C'est ce comité qui organise dès maintenant les élections de 2016.

Ce document dont la diffusion est commencée depuis la réunion de novembre 2014 à Ungersheim est ici en pièce jointe.

La Constitution mondiale serait-elle écrite dans un mois ? Évidemment non. Il existe actuellement plus de 100 projets de constitution mondiale. Le plus élaboré de ces projets est celui présenté par l'Association pour un Parlement Mondial et une Constitution Mondiale (WCPA : World Constitution and Parliament Association), dont le siège est actuellement à Radford (Etats-Unis) http://worldparliament-gov.org/ qui tiendra sa 14ème session en décembre 2015 à Lucknow (Inde). Nous sommes en liens étroits avec Glen Martin (président de l'association) et avec Eugenia Almand qui en est la secrétaire. Parmi les élus du Congrès des Peuples, une dizaine sont issus des différentes sections de WCPA. La démarche de WCPA est en elle-même un handicap certain à la reconnaissance de son travail par les États-nations : quel est donc le premier État qui sera capable de déléguer une partie de sa souveraineté à cet échelon de la démocratie ? Ainsi formulée, cette question n'est pas électoralement payante. Il n'y a aucune chance. Une autre tentative similaire a lieu actuellement, et nous en avions parlé à plusieurs reprises : un groupe allemand des Fédéralistes mondiaux anime une campagne pour une "Assemblée Parlementaire au sein des Nations Unies". Les résultats de cette campagne sont intéressants parce qu'ils nous ont permis d'identifier plus de 300 organisations principalement anglophones, favorables à ce projet. http://fr.unpacampaign.org/index.php

Ce projet nécessite une transformation de la charte des Nations Unies. Or quand on sait que toute retouche de la charte des Nations Unies nécessite d'abord le consentement du Conseil de Sécurité où quelques États disposent du droit de veto, autant attendre l'Arlésienne. Une importante réunion s'est tenue en octobre 2013 au Parlement Européen à Bruxelles, mais l’essoufflement est manifeste.

La solution ne passe pas par les États, mais par les citoyens. C'est le sens de l'appel des 13 de 1966

http://www.recim.org/cdm/cit13fr.htm

Alfred Rodrigues Brent, journaliste néerlandais auteur du projet du Congrès des Peuples, a précisé son point de vue que je résume ici :

A côté du droit international finissant doit émerger un droit mondial capable de prendre la relève.

http://www.recim.org/kdp/rbrent-fr.htm

C'est ce droit mondial que nous essayons de promouvoir au sein de l'Assemblée (ASCOP - Assemblée des Citoyens du Monde). Par exemple, le 26 janvier 2013, l'Assemblée a approuvé 16 textes

http://www.recim.org/ascop/pr25-fr.htm

Ces 16 textes sont au stade de "résolutions" et attendent 2016 pour recevoir l'autorité du Congrès des Peuples selon l'article 21-3 de la DUDH. Dès lors, ces textes trouveront leur application par vagues successives en commençant par les États non représentés à l'ONU (il y en a une vingtaine, dont Taïwan et plusieurs îles du Pacifique), et par les Tribunaux de compétence universelle ou de tradition anglo-saxonne

A ces 16 textes s'ajoutent les 20 déclarations du Congrès des Peuples, et devront s'ajouter d'autres expériences et d'autres revendications, comme celle que soutient le forum, à savoir la création d'un tribunal citoyen pour juges tous les crimes contre l'humanité, et sans doute aussi le projet d'alliance mondiale des citoyens.

On le voit ici, l'introduction de la constitution mondiale dans l'histoire n'est pas frontale. nous y arriverons pas plusieurs biais. On ne peut pas dire le nombre d'années nécessaire.

Pierre : Je crois que nous n'avons pas besoin de tout cela, ni surtout d'être dirigés par des Anglo-Saxons comme c'est écrit dans le texte.


haut de page

Pétition pour un tribunal pénal pour l'environnement et la santé.

Permettez-moi d'abord un rappel historique : le 21 octobre 1995 a eu lieu au Palais de Justice de Paris, sous la présidence conjointe de Corinne Lepage, alors Ministre de l'Environnement, et de Robert Mallet, recteur de l'Académie de Paris, une conférence sur le thème "l'environnement à l'heure de la mondialisation". A cette conférence participait M. le Juge Amedeo Postiglione, "président de la Cour Internationale de l'environnement" à Rome.

Cet évènement est rappelé dans la page : http://www.recim.org/cilame/cilame.htm#aspects

J'ai fait une petite recherche sur Internet : cette Cour Internationale de l'Environnement n'est pas connue de Google.

Au mois de juillet 2014, Laurent m'avait déjà transmis le lien pour cette pétition. J'y ai répondu par mon avis personnel que l'on peut retrouver page : http://www.recim.org/far/drap14.htm#14722 (j'en conseille la lecture)

En résumé : OUI à cette initiative, tout en sachant que cela en ajoute à l'opacité de nos systèmes.

Sur le fond, il y a débat parce que nous, citoyens du monde, attendons quelque chose de beaucoup plus fort qu'un organisme capable de "juger au moins sur le plan moral" (sic), quelque chose qui condamne les véritables fautifs à de véritables réparations, quelque chose qui agisse "au nom des peuples du monde" (donc soutenue par le processus démocratique prévu dans la DUDH) et non plus au nom de ceux qui financent le tribunal.

Je laisse à Marie Carlens et à Roger le soin de donner leur avis qui sera déterminant : est-ce que l'Assemblée des Citoyens du Monde peut être signataire de la pétition malgré tous les défauts relevés dans le projet ?


A l'AMIP

Suite à l'attentat perpétré contre l'hebdomadaire Charlie-hebdo, les mondialistes ne peuvent pas rester muets, et surtout pas ceux qui se réclament d'un journalisme mondialiste.

On peut réagir à chaud, comme le fait actuellement toute la vague mondiale de solidarité envers Charlie.

On peut aussi tempérer et produire dans quelques semaines un texte plus analytique, plus juste.

En ce qui me concerne, j'ai reçu plusieurs messages ou contributions de la part de citoyens du monde isolés :

  • un court poème d'Alain Mila (Les Sentinelles de la Paix)
  • un petit texte et une invitation à manifester à Mulhouse par Alain Million (la Marche pour la Paix et la Fraternité)
  • un long poème de Théa Robert (Marie-Thérèse), danseuse, photographe et artiste, citoyenne du monde
  • et, ce matin, la prise de position de nos amis Fédéralistes européens, par un envoi de Jean-Francis Billion, lui-même citoyen du monde. Je vous recopie ce texte ci-dessous. Mon avis est que ce texte est intéressant, car il place la question de la liberté de presse plus haut qu'une certaine presse satyrique, plus haut que la nation, au niveau de l'Europe. Un autre pas reste à franchir pour placer le débat au niveau mondial. C'est à ce niveau que nous devons produire une réaction à cet attentat.

    Giada :
    malgré l'émotion évidente, je ne peux cautionner cet appel car j'estime qu'il est impossible de prendre position dans cette affaire sans prendre position contre une politique sciemment menée depuis des années à la fois contre l'islam en France et à la fois en supportant les actions politiques visant à cautionner le terrorisme islamique selon les opportunités à l'ordre du jour.

    J'estime donc que toute prise de position sera politique, donc il faudra assumer.

Daniel : Je conviens que ce n'est pas facile, et qu'il faut user de prudence.

D'une part, les journalistes mondialistes ne peuvent pas rester muets lorsque l'on attaque la liberté de la presse et toutes les libertés énoncées dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme ;

D'autre part, la défi à relever est de prendre une position claire, sans pour autant prendre parti. Le but de tous les mondialistes est de parvenir à un monde civilisé et pacifique. Le passage obligé est de doter le monde d'une constitution mondiale préparée et adoptée par le peuple mondial.

Chaque article de l'AMIP doit donc faire référence ou allusion à ce passage et à ce but

L'agenda que je propose est qu'une prise de position de l'Assemblée des Citoyens du Monde ou un article validé de l'AMIP soit disponible à tous les Citoyens du Monde et à toutes les organisations mondialistes au début du mois de mars, afin qu'ils puissent s'en servir lors de la journée de l'unité mondiale, journée des Citoyens du Monde, le 20 mars prochain.

Luc : Comment prendre une position claire, sans pour autant prendre parti ?

Daniel

Je ne vais pas entrer à fond dans le sujet, car la voie à trouver est celle d'un consensus à acquérir par une participation aussi diverse que possible entre les simples "militants" que nous sommes. Je vais donc me répéter un peu. Les Citoyens du Monde ne sont pas une organisation qui viendrait en appui à des politiques partisanes. Chaque citoyen est libre de ses adhésions. Par contre, ce qui nous réunit, c'est notre conviction que le monde ne s'est pas doté des instruments nécessaires à la résolution des problèmes qui s'amoncèlent depuis plus d'un siècle. Beaucoup de choses que nous connaissons arrivent dans le fond de l'impasse, et notamment les États et les partis. Les États sont devenus des marionnettes dans les mains du capital, et bien rares sont les partis qui envisageraient de se révolter contre les marionnettistes. C'est la corruption (pas seulement financière) telle que la dénonce Pierre Delmotte avec une énergie donc je ne connais pas d'égal.

Notre position est donc "au-dessus" (ou à côté, ou en dehors) des États et des partis, non pas pour conduire ces derniers à la raison - peine perdue -, mais pour fédérer les énergies citoyennes et construire le monde nouveau que des milliards de personnes attendent. Dans un entretien avec Valéry Giscard d'Estaing, alors qu'il était président de la république française, il avait été dit que le mondialisme devait se construire non pas tant par la participation des États, mais bien plus par l'élaboration d'instruments nouveaux, fondés sur la volonté citoyenne, dans des espaces nouveaux que l'histoire ne manquera pas d'ouvrir. Les mots n'étaient pas ceux-là, mais c'est ainsi que je les interprète 40 ans après. Comme la nature a horreur du vide, si donc les États se trouvent dans une impasse - puisqu'ils ont perdu les droits régaliens, puisqu'ils sont manipulés, etc ... il s'ouvre actuellement un espace que les mondialistes doivent (peuvent ?) mettre à profit. Dans la manifestation de dimanche, beaucoup trop ont chanté la marseillaise, mais beaucoup n'ont pas hésité à se déclarer ouverts à l'universalité, au-delà des religions, au-delà des partis, au-delà des nations, citoyens du monde en devenir. Peut-être n'étaient-ils pas la majorité, mais il y a au moins, là, une brèche dans le mur des nationalismes et des communautarismes que nous pouvons élargir. Laissons les États et les partis faire ce qu'ils peuvent ou ce qu'ils croient devoir faire. Quant à nous, construisons le monde dans lequel nous voulons vivre. J'atteins ici un niveau de naïveté contestable, mais à replacer dans l'histoire de ces 70 dernières années, celle des balbutiements de la démocratie mondiale.

Tout ça, c'est du bla bla bla, ça ne fait pas un texte, mais cela participe à l'environnement de la position que nous pouvons prendre, si nous le voulons.


haut de page

Beaucoup de choses malsaines

à Pierre Delmotte,

Ce que j'ai écrit hier avait pour but de commencer une analyse de ce qui s'est passé la semaine dernière. Et je crois que nous sommes d'accord par les arguments complémentaires que tu donnes.

Dans les manifestations de dimanche, chacun est allé pour exprimer ce qui lui semblait important, mais les motivations étaient très diverses. J'en ai sérié quelques unes, mais il y en a bien d'autres, et les "tenants" d'une des motivations ne peuvent pas récupérer les millions de personnes qui ont voulu bouger à cette occasion.

Nombreux sont les manifestants qui n'ont jamais ouvert un "Charlie-hebdo" Nombreux sont les non-manifestants qui, comme toi, refusent que soit mise en image l'indécence, et pire ! qu'il en soit fait commerce.

La semaine dernière, je ne suis pas resté scotché à la télévision, mais beaucoup de choses malsaines se sont passées. Les responsables en sont nos médias, que ce soit TF1, chaîne privée, ou France-2, chaîne publique, qui ont organisé et orchestré le voyeurisme. Dans un pays qui a tourné le dos à la peine de mort, dans ce même pays qui refuse la mise à mort des taureaux, la télévision s'est postée pour montrer en direct la mise à mort de personnes qu'on n'avait pas envie d'entendre dans un tribunal.

Et pendant la manifestation, comment peut-on interpréter que des gens soi-disant venus défendre la fraternité et autres belles valeurs, aient chanté plusieurs fois à tue-tête "qu'un sang impur abreuve nos sillons !" Beaucoup parmi les manifestants n'ont pas une connaissance de l'histoire suffisante pour garder en conscience que ces paroles ont été écrites il y a plus de 200 ans dans un contexte complètement différent. Quand au nom de la fraternité on en appelle à la xénophobie, au racisme, à la haine, à la guerre, cela relève de l'asile psychiatrique.

Notre monde est comme cela.

Une autre faute a été, pour nos "autorités" d'inviter quelques grands criminels pour clore la journée dans une synagogue. C'est à n'y rien comprendre, quand la foi juive devient sioniste pour clore une journée dédiée aux valeurs laïques.

Face à cela notre travail est celui d'un éducateur, c'est-à-dire partir de ce que les gens sont pour leur ouvrir les yeux sur les réalités du monde, sur leur propre réalité, et leur montrer des chemins autres.

Des millions de personnes (manifestants ou refusants) se sont senties concernées par les évènements. Avec juste raison. Et c'est avec eux, les "Charlie" et les "non-Charlie", que nous devons construire un monde du vivre-ensemble.

J'ajouterai un mot plus interne : "citoyens du monde" n'est pas une organisation. Nous sommes la diversité des personnes qui prennent à coeur le devenir de la planète, chacun avec ce qu'il est, en fonction de ses propres convictions. Le Registre des Citoyens du Monde est une institution "neutre", un simple service d'état-civil pour dénombrer ceux qui veulent un niveau mondial de démocratie, et pour initier quelques unes des structures nécessaires. Le Registre des Citoyens du Monde s'est ainsi trouvé présent à l'origine de certaines structures comme le Congrès des Peuples, l'Assemblée des Citoyens du Monde, l'Agence Mondialiste d'Information et de Presse, etc... Ces structures sont habilitées à prendre des positions, mais, je le rappelais hier dans un message que j'ai adressé à l'AMIP : prendre position, ce n'est pas prendre parti. Notre position est de montrer le but : le vivre-ensemble sur la planète, le passage nécessaire : une constitution mondiale, un contrat du vivre-ensemble, et notre rôle est de faire ressortir au jour-le-jour ce qui va dans ce sens. Toute autre position relève de l'opinion personnelle et se trouve donc livré à la discussion.

Pierre :

Je vous dirai pourquoi moi je ne suis pas, mais absolument pas Charlie. Ghandi et Mandela, oui, mais pas Charlie. Quelle horreur ! La France est tombée bien bas ! La liberté tout court, la liberté d'expression aussi, de même que l'argent et le progrès technologique, sont comme la langue d'Esope, les meilleures et les pires des choses.

Je considère que certains dessins de Charlie Hebdo faisaient preuve d'un manque total de respect et dressaient plutôt les communautés les unes contre les autres. Sous prétexte de faire rire, ils semaient la haine plutôt que l'égalité et la fraternité. Est-ce qu'un chef d'Etat - même le plus vicieux - aurait admis d'être représenté en train de sodomiser quelqu'un, comme ils l'ont fait pour le Pape ? Les dessins de Pierre Kroll sont bien plus intelligents et ils font souvent rire, même ceux qui sont caricaturés. Certains auraient même voulu voir ces dessinateurs élevés au rang de héros et pire encore, d'être enterrés au Panthéon. Oserais-je dire qu'on a les héros qu'on peut ?

De plus, dans ce cortège, il y avait des gens qui devraient être traînés devant la CPI, tels Netanyahou, Sarkozy, et d'autres, pour leurs exploits à Gaza, en Syrie et en Libye. Encore heureux qu'ils n'aient pas invité Kagamé et Museveni, les terroristes-génocidaires.

Enfin, ce cirque médiatique, qui a manipulé une nouvelle fois des millions de gens, n'est rien d'autre qu'une phase de la guerre globale en cours, cachée derrière le terrorisme.

Pauvre France, pauvre Belgique et pauvre Europe, broyées par le Nouvel Ordre Mondial et le pouvoir militaro-économique et financier !! De Gaulle, reviens...

On crie "Charlie", comme on a crié "Nous sommes tous Américains" après le 11 Septembre. Moi je suis Amérindien, Aborigène, Africain et Asiatique,... comme les centaines de millions d'êtres humains, colonisés, pillés et massacrés par les puissances occidentales depuis 5 siècles. Ce n'est pas encore aujourd'hui qu'un chef d'Etat occidental ira s'agenouiller en plein cœur du continent africain pour demander pardon au monde entier pour tout cela. Au contraire, ils mettent tout en œuvre pour en exterminer encore une bonne partie, comme nous le verrons. Je suis franchement déçu de mon Organisation, car le ciel va bientôt nous tomber sur la tête, et personne ne veut le voir ! Ce ne sont pas les "Charlots" qui vont nous sauver.


haut de page

"Je suis Charlie" : un fait historique

La mobilisation monstre d'hier à Paris et dans de nombreuses villes de France et à travers le monde, répondait à une émotion très forte où se mêlaient

  • l'attachement à la liberté de pensée, et liberté de la presse,
  • l'attachement sentimental à Cabus, Wolinsky, et à l'ensemble de l'équipe de Charlie-hebdo
  • le refus du racisme, de l'intolérance, et la volonté de trouver un chemin de fraternité, de solidarité et du "vivre ensemble"
  • la question de l'État d'Israël (sionisme - anti-sionisme)
  • mais aussi un message fort à tous ceux qui, en France, se laissent aller vers les extrémismes politiques ou religieux.
  • et bien d'autres choses encore,

Cependant, il faut situer l'acte des terroristes, le 7 janvier, dans un contexte d'une guerre qui se déroule à plusieurs niveaux, d'une part au Mali, en Irak, en Syrie, d'autre part une guerre pour la maîtrise des ressources fossiles et minérales.

"Je suis Charlie" est devenu un fait historique de portée mondiale. Les Citoyens du Monde et les journalistes qui se réclament de cette identité sont attendus pour donner un sens constructif à tout cela. Ensemble, nous pouvons le faire.

Giada

Bonsoir, malgré l'émotion évidente, je ne peux cautionner cet appel car j'estime qu'il est impossible de prendre position dans cette affaire sans prendre position contre une politique sciemment menée depuis des années à la fois contre l'islam en France et à la fois en supportant les actions politiques visant à cautionner le terrorisme islamique selon les opportunités à l'ordre du jour.J'estime donc que toute prise de position sera politique, donc il faudra assumer.

Suite à l'attentat perpétré contre l'hebdomadaire Charlie-hebdo, les mondialistes ne peuvent pas rester muets, et surtout pas ceux qui se réclament d'un journalisme mondialiste.

On peut réagir à chaud, comme le fait actuellement toute la vague mondiale de solidarité envers Charlie.

On peut aussi tempérer et produire dans quelques semaines un texte plus analytique, plus juste.

En ce qui me concerne, j'ai reçu plusieurs messages ou contributions de la part de citoyens du monde isolés :

  • un court poème d'Alain Mila (Les Sentinelles de la Paix)
  • petit texte et une invitation à manifester à Mulhouse par Alain Million (la Marche pour la Paix et la Fraternité)
  • un long poème de Théa Robert (Marie-Thérèse), danseuse, photographe et artiste, citoyenne du monde
  • et, ce matin, la prise de position de nos amis Fédéralistes européens, par un envoi de Jean-Francis Billion, lui-même citoyen du monde. Je vous recopie ce texte ci-dessous.

Mon avis est que ce texte est intéressant, car il place la question de la liberté de presse plus haut qu'une certaine presse satyrique, plus haut que la nation, au niveau de l'Europe. Un autre pas reste à franchir pour placer le débat au niveau mondial. C'est à ce niveau que nous devons produire une réaction à cet attentat.

Daniel à l'AMIP

D'une part, les journalistes mondialistes ne peuvent pas rester muets lorsque l'on attaque la liberté de la presse et toutes les libertés énoncées dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme ;

D'autre part, la défi à relever est de prendre une position claire, sans pour autant prendre parti. Le but de tous les mondialistes est de parvenir à un monde civilisé et pacifique. Le passage obligé est de doter le monde d'une constitution mondiale préparée et adoptée par le peuple mondial.

Chaque article de l'AMIP doit donc faire référence ou allusion à ce passage et à ce but

L'agenda que je propose est qu'une prise de position de l'Assemblée des Citoyens du Monde ou un article validé de l'AMIP soit disponible à tous les Citoyens du Monde et à toutes les organisations mondialistes au début du mois de mars, afin qu'ils puissent s'en servir lors de la journée de l'unité mondiale, journée des Citoyens du Monde, le 20 mars prochain.

Luc

Juste pour comprendre comment prendre une position claire, sans pour autant prendre parti ? ( et avec ses extremes)

Daniel

Je ne vais pas entrer à fond dans le sujet, car la voie à trouver est celle d'un consensus à acquérir par une participation aussi diverse que possible entre les simples "militants" que nous sommes. Je vais donc me répéter un peu. Les Citoyens du Monde ne sont pas une organisation qui viendrait en appui à des politiques partisanes. Chaque citoyen est libre de ses adhésions. Par contre, ce qui nous réunit, c'est notre conviction que le monde ne s'est pas doté des instruments nécessaires à la résolution des problèmes qui s'amoncèlent depuis plus d'un siècle. Beaucoup de choses que nous connaissons arrivent dans le fond de l'impasse, et notamment les États et les partis. Les États sont devenus des marionnettes dans les mains du capital, et bien rares sont les partis qui envisageraient de se révolter contre les marionnettistes. C'est la corruption (pas seulement financière) telle que la dénonce Pierre Delmotte avec une énergie donc je ne connais pas d'égal.

Notre position est donc "au-dessus" (ou à côté, ou en dehors) des États et des partis, non pas pour conduire ces derniers à la raison - peine perdue -, mais pour fédérer les énergies citoyennes et construire le monde nouveau que des milliards de personnes attendent. Dans un entretien avec Valéry Giscard d'Estaing, alors qu'il était président de la république française, il avait été dit que le mondialisme devait se construire non pas tant par la participation des États, mais bien plus par l'élaboration d'instruments nouveaux, fondés sur la volonté citoyenne, dans des espaces nouveaux que l'histoire ne manquera pas d'ouvrir. Les mots n'étaient pas ceux-là, mais c'est ainsi que je les interprète 40 ans après. Comme la nature a horreur du vide, si donc les États se trouvent dans une impasse - puisqu'ils ont perdu les droits régaliens, puisqu'ils sont manipulés, etc ... il s'ouvre actuellement un espace que les mondialistes doivent (peuvent ?) mettre à profit. Dans la manifestation de dimanche, beaucoup trop ont chanté la marseillaise, mais beaucoup n'ont pas hésité à se déclarer ouverts à l'universalité, au-delà des religions, au-delà des partis, au-delà des nations, citoyens du monde en devenir. Peut-être n'étaient-ils pas la majorité, mais il y a au moins, là, une brèche dans le mur des nationalismes et des communautarismes que nous pouvons élargir. Laissons les États et les partis faire ce qu'ils peuvent ou ce qu'ils croient devoir faire. Quant à nous, construisons le monde dans lequel nous voulons vivre. J'atteins ici un niveau de naïveté contestable, mais à replacer dans l'histoire de ces 70 dernières années, celle des balbutiements de la démocratie mondiale.

Tout ça, c'est du bla bla bla, ça ne fait pas un texte, mais cela participe à l'environnement de la position que nous pouvons prendre, si nous le voulons.


CPI et Nouvel Ordre Mondial

A Pierre Delmotte,

Les faits sont accablants. Il s'agit de révélations à partir d'une expérience particulière. On devine qu'il y a tout un faisceau d'expériences et de cas qui ne peuvent que confirmer l'accaparement de cet instrument de justice par un système criminel. Dans l'état des choses, nous devons en informer le public, et plus particulièrement tous ceux qui ont travaillé à l'évènement de cette cour qui avait été saluée comme un pas vers un monde meilleur.

Sur le fond, je n'ai pas été surpris de lire tout cela. Voici quelques jours, je t'informais, toi et quelques autres, qu'en 1998 j'avais écrit un éditorial dans lequel je dénonçais la création de ce tribunal qui avait certes pour tâche de poursuivre un certain nombre de criminels qui échappaient à toute autre juridiction, mais qui était créé en dehors de tout cadre démocratique. Ce Tribunal Pénal international ne peut pas rendre la justice au nom des peuples du monde, car il n'en a pas reçu l'autorité (article 21-3 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme). A défaut d'être autorisé à défendre la cause de l'homme - ce qui est notre but - ce tribunal défend la cause de ceux qui le financent. Belle aubaine pour le monde du capital.

Au niveau mondial, il ne peut pas y avoir de justice (dans tous les sens de ce mot) sans l'existence préalable d'une constitution mondiale.

C'est la raison de l'existence du Congrès des Peuples, misérable essai d'une démocratie mondiale qui ne concerne que quelques dizaines de milliers de personnes alors que des dizaines de millions de personnes devraient déjà être impliqués dans ce processus. Nous y travaillons, mais avec des moyens dérisoires et donc des délais insupportables.

Ceci dit à propos du Congrès des Peuples (Sénat et Assemblée), d'autres initiatives peuvent accélérer les choses. Il en est ainsi de la "Marche des Citoyens du Monde" initiative proposée par Olivier d'Argenlieu, et certainement aussi du projet "Alliances". Pour ma part, je n'ai pas vu de message ou de document dans lequel ce dernier projet est présenté. Je reste donc sur mon interrogation.

haut de page